Voyages en chansons dans la métropole lilloise au XIXe siècle

Sophie-Anne Leterrier, Université d’Artois

C’est au XIXe siècle que s’invente le voyage d’agrément, mais il ne devient pas aussitôt une pratique habituelle pour la majorité des Français, paysans et ouvriers. Pour eux, voyager, même à proximité, reste un événement, voire une aventure. On le voit quand on s’intéresse à des corpus locaux, dont celui des chansons en patois de Lille. Réunies en deux importants ensembles à la médiathèque de Lille, ces chansons datent pour la plupart du second Empire et des débuts de la troisième République. Elles sont écrites dans le cadre de sociétés, réunies dans un estaminet, par des ouvriers de l’industrie textile de la métropole, souvent illettrés. Ces chansons sont une formidable source de leur vie quotidienne et de leurs représentations du monde. Si l’on y recherche ce qui a trait au voyage, on voit combien le fait de quitter son monde familier suscite de craintes, de fantasmes, dont les chansons se font l’écho. On mesure aussi l’importance du service militaire dans l’ouverture des horizons[1] et celle de formes de sociabilité spécifiques, notamment la pratique orphéonique.

I – Les dangers du voyage

Statistiquement, les milliers de chansons en patois de la médiathèque Lévy parlent très peu de voyage. Comme le souligne à juste titre Laurent Marty (au sujet des ouvriers des fabriques de Roubaix) : « L’identité qui s’affirme dans la chanson est d’abord une identité ouvrière (…) Non moins affirmé est le caractère roubaisien de cette identité (…) on trouve très peu de récits venant d’ailleurs, soit imaginaires, soit relatant des événements extérieurs. »[2] Les chansonniers, même les plus cultivés, ne se produisent que dans la métropole et dans les villages voisins. Le plus renommé d’entre eux (Alexandre Desrousseaux) n’a jamais voulu renoncer au patois pour élargir son audience. Tout au plus s’est-il rendu à l’invitation de voisins du Pas-de-Calais, ce dont témoigne sa chanson Mon premier voyage à Arras (11 octobre 1857). Le localisme des chansons témoigne d’une réalité : l’ouvrier lillois n’a ni les moyens ni le temps de se déplacer hors de sa ville. Le coût des voyages lointains est exorbitant, la pratique en est réservée aux riches, comme le dit une chanson d’un certain Henri Delannoy, non datée, qui raconte l’histoire d’un homme devenu pauvre, qui fait tous les métiers, et se conclue ainsi :

« J’ raccommode des pindules / Et même les parapluies / Si j’ peux faire m’ fortune / J’irais vir du pays. »[3]

Quitter son quartier est rare, et l’on ne bouge que si l’on y est obligé. Dans nombre de textes, les petites expéditions se résument à des déconvenues dont on revient mal en point. Un Voyage d’agrément[4] évoque les mésaventures d’une bande de coqueleux, partis pour le marais de Lomme, mais victimes de leurs abus de boisson. Quelques années plus tard, Un Voyage à Dunkerque[5] évoque les mésaventures d’un Lillois, allé accueillir le président de la République à son retour de Russie, en 1898. Il faut une bonne raison pour voyager, une nécessité pressante, et ceux qui tentent l’aventure en sont souvent pour leurs frais. En 1858, Les Deux Cousins[6] se présente comme un dialogue entre un certain Jérôme et son cousin Narcisse, qui a tout vendu pour aller faire fortune à Paris, mais s’en est mordu les doigts. En 1878 une autre chanson, L’Voyage d’tros carpintiers[7], raconte les déconvenues de trois charpentiers récemment mariés, partis travailler en Belgique. Les voyages lointains sont plus rarement évoqués, mais dans le même esprit. Ainsi, Un Voyache au Java[8], conclut que pour voir de beaux objets venus du Japon, il vaut mieux aller à la cantine roubaisienne. En somme, la sagesse est de rester chez soi : ce genre de « morale », très courante dans les chansons (qu’elles parlent ou non de voyages) fait partie des conventions du genre.

II – La lente ouverture des horizons

Cette appréhension du voyage diminue progressivement, à mesure de l’ouverture du territoire par les chemins de fer, qui rendent les déplacements plus faciles et moins onéreux, à partir de la fin des années 1840. Une Chanson nouvelle[9] s’émerveille de la vitesse du train et conclut que bientôt « In partant d’ Lille d’un bon matin / On ira coucher à Pékin. » D’autres chansons témoignent des nouvelles opportunités que le train offre aux gens ingénieux. En 1842, dans Voyage de Lille à Boulogne[10], un certain Ignace raconte qu’il a voyagé pendant six mois en faisant dans chaque endroit un métier différent, et comme il en a tiré profit. La chanson évoque au passage des monuments historiques et des personnages célèbres, mais on voit bien que le but du voyage n’a rien de touristique. On se déplace pour trouver de quoi vivre, quand cela devient nécessaire. Bien d’autres chansons ne traitent du voyage que comme d’un prétexte à dénoncer la bêtise ou l’avarice des personnages évoqués. Mais toute une série de chansons fait l’éloge des « trains de plaisir », qui permettent aux travailleurs de voyager à bon marché, avec (déjà) des resquilleurs[11]. Le premier voyage de Lille à Dunkerque en train de plaisir a lieu le 28 juillet 1850. Alexandre Desrousseaux en rend compte dans Le Voyage à Dunkerque en train de plaisir[12] ; il évoque ce train plein de gens ravis d’aller voir la mer pour la première fois de leur vie, très impressionnés par ce spectacle, dont ils se souviendront longtemps.

Le train de plaisir permet au Lillois d’aller jusqu’à Paris[13], quand l’Exposition universelle en fournit l’occasion. Certains chansonniers lillois imaginent des occasions plus originales d’aller dans la capitale. Pendant la campagne d’Orient, l’un d’eux suppose que le tsar de Russie sera fait prisonnier et montré au jardin des plantes pour 18 sous[14], ce qui vaudra la peine du voyage. On retrouve ce thème de l’empereur exhibé, cette fois au théâtre du Petit Lazari à Paris, dans une autre chanson intitulée Départ pour l’Orient[15].

Cependant, le Lillois ne part jamais sans appréhension. Plusieurs chansons racontent ses malheurs, qui tiennent davantage du fantasme que de la chronique. Une Chanson nouvelle[16] de 1852 évoque la mauvaise farce faite à l’un d’eux par ses compagnons de train. Quinze ans plus tard, Le Voyage à Paris[17] raconte les mésaventures d’un autre, agressé par un singe qui s’en est pris à ses moustaches, au Jardin des plantes. L’année suivante une autre chanson[18]reprend ce thème. Il est aussi courant de s’émerveiller de la grandeur de Paris, de l’importance de ses monuments (surtout des traces des révolutions[19]) que de redouter l’expédition et de finir par l’éloge du pays natal. Alexandre Desrousseaux n’y manque pas, dans Le voyage à Paris en train de plaisir.[20] Plusieurs chansons expliquent que, parmi les inconvénients du voyage, il y a celui de laisser sa femme seule, ce dont elle profite pour faire des bêtises, vendre le mobilier et décamper avec le fruit de la vente (L’ voyage d’ Petit-Pierre, de Désiré Fleurquin ; L’Voyage à Paris, de Jean Derose ; Un voyage d’agrémint, de Victor Laga). Comme la peur de « l’ailleurs » et l’éloge de « l’ici », ces propos misogynes font partie des lieux communs des chansons.

III – Exils et campagnes lointaines

Ce citadin effarouché de sortir de chez lui, qui parle dans les chansons en patois de Lille est en effet un patriote ardent, mais qui répugne à quitter sa petite patrie. Dans Les Emigrants[21], l’auteur, Théodore Cordonnier, explique que maintenant les gens prennent le bateau pour l’Amérique, croyant faire fortune, mais qu’ils se font des idées. Il faut être fou pour s’exiler, devenir bohémien, trimer comme un galérien, et risquer de périr en mer.

D’une façon générale, le Lillois n’a pas beaucoup plus d’enthousiasme pour les déplacements lointains que peut occasionner le service militaire. Il craint plutôt de tirer un mauvais numéro et de devoir abandonner son environnement familier – comme la plupart de ses compatriotes d’ailleurs[22]. Ce dégoût est très sensible dans les chansons, dont plusieurs témoignent des malheurs du soldat.[23] Pourtant la « grande patrie » n’est pas absente des chansons. La plupart comprennent un couplet d’exaltation patriotique ; l’éloge de l’armée et de ses victoires est récurrent. La plupart des chansons « militaires » commentent l’actualité à travers l’artifice de lettres envoyées par des conscrits à leur amoureuse restée au pays, ou à leur mère, femmes aussi ardentes patriotes et aussi belliqueuses qu’eux[24]. Desrousseaux consacre l’une de ses chansons à ces « Conscrits de l’an 56 »[25], dont il fait un rappel des faits héroïques anciens et une promesse de nouveaux déboires pour les Russes. Dans certains cas cependant, l’engagement fournit au conscrit une occasion de voyager, et le désir de voir du pays peut être un stimulant[26]. Dans Un Lillois de retour du Tonkin[27], l’auteur conclut : « Pour finir pour mi ch’ t’ eun’ gloire / J’avos jamais voyagé. »

 

IV – La musique qui fait voyager : orphéons et concours

Il existe une autre occasion de voyager qui ne suscite, elle, que des commentaires enthousiastes : c’est celle qu’offre l’appartenance à des orphéons, la participation aux festivals et surtout aux concours. « Les orphéonistes sont parmi les premiers hommes du peuple qui peuvent s’en aller respirer d’autres odeurs, voir d’autres visages. »[28] C’est particulièrement vrai dans la région du Nord et du Pas-de-Calais, une des plus actives sur le plan musical. Des 85.000 ouvriers des mines du Bassin du Nord, les mineurs musiciens sont les seuls à pouvoir rompre avec le rythme immuable de la fosse et le ghetto du coron[29]. Dans la deuxième moitié du XIXe siècle, la plupart des sociétés orphéoniques se font un point d’honneur de participer à ces concours, dont les prix leur valent une vraie renommée locale. C’est notamment le cas de la célèbre société des orphéonistes lillois, les Crick-Mouils.

Ils sont au départ dix-sept compères, sapeurs-pompiers de Lille, « Francs-buveurs, rigolos de l’amitié »[30] qui se réunissent trois fois par semaine et chantent à la cantonade des airs traditionnels. En 1838, ils vont à un concours orphéonique en Belgique et en reviennent transportés, se mettent à déchiffrer des chœurs à plusieurs voix. En 1848, la société quitte le corps des sapeurs-pompiers, et devient une formation d’élite, qui participe régulièrement aux concours nationaux, souvent avec succès[31]. Ces concours ne sont pas très fréquents (moins d’un par an en moyenne), ont surtout lieu dans la région, soit en France, soit en Belgique, à quelques exceptions près, dont Paris, où les orphéonistes se rendent à l’occasion des expositions universelles. Alexandre Desrousseaux leur consacre trois chansons : L’garchon Girotte au concours de Troyes, une chanson d’actualité[32], datée du 1er juin 1851, qui s’inscrit pleinement dans la tradition des chansons de voyage. La deuxième chanson, Les Criks-Mouls[33], est un portrait de groupe. La troisième s’intitule La Rentrée d’un concours[34] ; c’est une pasquille, donc un poème narratif sans musique, qui évoque une formation revenant d’un concours, accueillie avec enthousiasme par ses compatriotes. Les musiciens sont fiers et heureux,

« Mais l’un d’euss’, pour tout dir’ vraimint / N’intind point du tout ch’ complimint,  / Car, in honnêt’ pèr’ de famille / I tient dins ses bras s’petit’ fille, / Et l’bajote avec tant d’ardeur/ Qu’on jur’rot là, parole d’honneur, / Qu’il arrive du fin fond d’Afrique / Ou d’ l’Amérique, / Et qu’i n’ l’a point vu’ d’puis six mos / Eun’ petit’ fos… ». Une autre petite fille, au contraire, tremble parce qu’elle doit remettre un bouquet à un orateur : « Pauvre infant ! autant qu’un conscrit / Qui vient d’quitter ses pères et mères / Et parte pour l’armé’ d’la guerre / Elle a l’air tout triste… Elle a peur… » Comme on le voit à ces extraits, le voyage ne se limite pas au déplacement spatial : il est le nom de ce qui arrache au familier, l’épreuve, le dépassement de soi. Le voyage de l’orphéoniste ne diffère pas essentiellement de l’épopée lointaine du militaire aux yeux du chansonnier lillois.

Ce petit parcours dans le corpus des chansons en patois de Lille montre que le voyage reste, jusqu’à la fin du XIXe siècle, une aventure pour l’homme du peuple qui le tente. Il faut faire la part des conventions du genre : les chansons expriment l’amour de la petite patrie et l’appréhension de l’inconnu, se font le véhicule de valeurs conservatrices (« Où est-on mieux qu’au sein de sa famille ? »). Mais on y trouve cependant nombre d’indices de l’élargissement progressif des horizons physiques et mentaux de l’ouvrier de la métropole lilloise, que permettent les innovations techniques (les trains de plaisir) et les mutations sociales (le mouvement orphéonique). Ces modestes archives du peuple, encore si peu explorées, ont bien des choses à nous apprendre.

Sophie-Anne Leterrier, Université d’Artois, EA 4027 CRHES.

Les chansons évoquées dans cette communication n’ont jamais été  enregistrées, mais plusieurs autres chansons de ce fonds sont audibles sur le site de Christian Declercq, « Archives du folk en nord-pas de calais« .

[1]. Importance soulignée par Eugen Weber, La Fin des terroirs, la modernisation de la France rurale 1870-1914, Paris, Fayard, 1983.

[2] L. Marty, Chanter pour survivre, Culture ouvrière, travail et technique dans le textile, Roubaix 1850-1914, Fédération Léo Lagrange, Imprimerie artésienne, Liévin, 1982, p. 176.

[3] . Chanson nouvelle en patois de Lille, de la Société des Amis réunis de la Liberté, par Henri Delannoy. Pour des raisons de longueur, je dois ici renoncer à la plupart des citations tirées des chansons. Le lecteur intéressé pourra se reporter à la version longue de cet article sur mon site (www.sophieanneleterrier.fr).

[4]. Un Voyage d’agrément, par les Coqueleux de Ronchin, de la Société des Sans-pitié, sur l’air du « Petit Quinquin » (d’A. Desrousseaux), signé César Latulupe, 1891.

[5]. Un Voyage à Dunkerque, de la Société des Rouges-nez, sur l’air de : « Tout mince » ou « Je le conserve pour ma femme », signée H. Fournier, 1898.

[6]. Les Deux Cousins, de la Société des Bons-Enfants, sur l’air : « De moi ne soyez pas surpris si j’amène ici ma maîtresse », anonyme, 1858.

[7] . L’Voyage d’tros carpintiers, de la Société du Cheval d’osier, signée Théodore Cordonnier, sur l’air du verglas, 1878.

[8]. Un Voyache au Java, de la Société des Amis réunis chez Jean Pieu, sur l’air des Pochards de la Glacière, signée Achille Broutin, non datée.

[9] . Chanson nouvelle, de la Société du Grenadier lillois, non datée.

[10] . Voyage de Lille à Boulogne, par un marchand d’allumettes chimiques, de la Société du Grand Saint-Esprit, sur l’air : « Veux-tu venir Catherine avec tes wigeaines », anonyme, 1842.

[11] . Chanson nouvelle, par les Amis réunis à l’estaminet de Saint-Amand, sur l’air du désespoir, signée Joseph Henri Lalau, non datée.

[12]. A. Desrousseaux, « Le Voyage à Dunkerque en train de plaisir », dans Œuvres complètes (ci-après O.C.), vol. 1, p. 126.

[13]. Par exemple Le Chemin de fer parisien, société des Amis réunis, sur l’air : « Courez filles et garchons », de Victor Bloum, 1877.

[14] . L’Bochu Franços sur les affaires d’Orient, chanson nouvelle en patois de Lille, par la Société des Amis réunis de la Liberté, sur l’air de La foire de Lille, 1855.

[15] . Départ pour l’Orient, chanson nouvelle en patois de Lille, par la Société du Bonnet, 18 février 1855.

[16] . Chanson nouvelle de la Société de la Liberté, sur l’air de la Cendrillon, 1852.

[17] . Le Voyage à Paris, des Enfants chinois, sur l’air du « Voyage à Dunkerque », signée G. Bizard, 1867.

[18] . Chanson nouvelle, de la Société des Amis réunis des petits couteaux, signée D.F., 1868.

[19] . Voir par exemple la Chanson nouvelle, de la Société du Grenadier lillois, sur l’air : « Abd-el-Kader quoich’ qu’te pinse » (probablement postérieure à 1848), anonyme, non datée.

[20]. A. Desrousseaux, « Le Voyage à Paris en train de plaisir », dans O.C., vol. 1, p. 28.

[21]. Les Emigrants, chanson de la Société des Anti-émigrants, sur l’air des Pious-pious d’Auvergne, par Théodore Cordonnier, 1889.

[22]. Odile Roynette, Bons pour le service, l’expérience de la caserne en France à la fin du XIXe siècle, Paris, Belin, 2000, p. 29.

[23]. Par exemple « Le Petit chez les Zoulous », chanson de la société de la Raie mouchetée, sur l’air du Petit Jésus ou du Loup, par C. Brochet, 1880.

[24] Par exemple « Lettre de Popold à sa fiancée Marie-Claire », citée par Pierre Pierrard, Chansons populaires de Lille sous le second Empire, réed. 1998, p. 86.

[25]. Desrousseaux, « Les Conscrits de l’an 56 », dans O.C. vol. 3 p. 5.

[26]. Par exemple Campagne d’Italie, chanson nouvelle de la Société de la Liberté, sur l’air des Bonnes gens de Saint-Sauveur, par Edouard Prévos, 1860.

[27] . Un Lillois de retour du Tonkin, société les Tonkinois, air du Garchon d’Lille, signé H.D., 1886.

[28]. Philippe Gumplowicz Les Travaux d’Orphée, Deux siècles de pratique musicale amateur en France (1820-2000), Paris, Aubier, 2e édition 2001, p. 151 sqq. « Les voyageurs de l’orphéon. »

[29]. André Lebon, Petite histoire des sociétés de musique populaire dans le Nord de la France, Escaudain, p. 29.

[30]. Ibid., p. 76.

[31] . Cf. André Gaudefroy, La Société des orphéonistes lillois Crick-Mouils, Lille, 1896.

[32]. Desrousseaux, L’ Garchon Girotte au concours de Troyes, sur l’air : Non, je n’prendrai pas un mari, dans O.C. vol. 1 p. 150.

[33] . Desrousseaux, Les Crik-Mouls, dans O.C. vol. 3 p. 132.

[34]. Desrousseaux, La Rentrée d’un concours, O.C. vol. 5 p. 24.

From Voyager to Migrant, Foreigner to Refugee: Strange Selves or Those Who are Strangers to Other Selves

Defne Türker Demir, Lunéville, juin 2017

Sven Lindqvist’s ‘Exterminate All the Brutes’ is a travel narrative par excellance, with five different journeys interwoven; the author’s actual journey in Africa, the author’s journey into his own past, and the author’s journey into the colonial enterprise constitute the contemporary travels depicted in this work. Whereas Lindqvist’s references to Joseph Conrad’s actual journey into colonised Africa, and finally the journey in Joseph Conrad’s best known work The Heart of Darkness -to which the title of Lindqvist’s  book is a reference- complete the list. Lindqvist survives all these journeys to tell them, whereas in Conrad’s The Heart of Darkness, the anti-hero, Kurtz is undone. Kurtz is destroyed spiritually by his travel into “the Heart of Darkness” that is Africa, “the dark continent”. His white man’s burden, the duty of the “civilised” European to “enlighten” the Africans and save them from savagery, has proven too much of a challenge for Kurtz. Instead Kurtz has gone native. Just before his imminent demise, he is disgusted by the people he was supposed to save and says: “Exterminate All the Brutes’”. To Kurtz the African is a mere animal, and has to be destroyed, since his own attempts to rehabilitate them has resulted in his own debilitation through long exposure to the continent he deems dark and the savage people that inhabit it. Kurtz’s deification stands as living proof of his failure.

Sven Lindqvist’s ‘Exterminate all the Brutes’ is a travel narrative that could all in all be read as the comprehensive history of the nineteenth century colonial enterprise. The author’s travel into the heart of Sahara serves as a frame to his historical research that traces the roots of imperialism and racism in Western thought and practice. Hence, Lindqvist’s geographical and linear movements in space are subtexts to a journey backwards in time, a journey that is further enhanced by brief introspective memories of childhood and hallucinatory, nightmarish visions. Along with his heavy suitcase and his computer, fear accompanies Lindqvist in his journey. Lindqvist associates the act of travelling with fear to such an extent that he asks himself the following question:

 « Why do I travel so much when I am so terribly frightened of travelling? Perhaps in fear we seek an increased perception of life, a more potent form of existence? I am frightened, therefore I exist. The more frightened I am, the more I exist?  » (5)

In addition to the First and the Second World wars that caused mass upheavals in terms of population movements, the end of the colonial era ushered in its own multiplicity of dislocations, as the peoples of the former colonies started flocking from the periphery into the colonial centres. Today, on the other hand, while peoples are taking the dangerous journey towards the EU by sea and by land, rampart fear reigns on both sides of the divide. With civil wars wreaking havoc in Central Africa and the Middle East, the overall situation was dubbed “the worst migrant crisis since the WWII” by The New York Times in 2015. On the whole, gaining impetus with “The  War to End all Wars” the 20th century witnessed an unprecedented flow of peoples, and the 21st is already marked not only by civil disturbances, but also the resultant migrations.

Schrodinger’s immigrant

Whereas the individuals taking the leap from the periphery into the centre construct new subjectivity positions, not only the centre, but the periphery itself is transformed in the process. Likewise, Salman Rushdie’s book title Imaginary Homelands aptly suggests that the periphery cannot remain static, but is re-inscribed as part of a dream vision for those who have left, while it is perpetually re-imaged and re-imagined. Consequently, the phantom homelands or phantom-ness of homelands are perpetually interrogated by migrants and refugees.

Continuer la lecture de « From Voyager to Migrant, Foreigner to Refugee: Strange Selves or Those Who are Strangers to Other Selves »