Prémices du carnet de bord d’une thésarde

J-21 avant le départ : collecte de témoignages au Maroc

« Le seul véritable voyage, le seul bain de Jouvence, ce ne serait pas d’aller vers de nouveaux paysages, mais d’avoir d’autres yeux (…) »[1]. Cette citation de Marcel Proust illustre parfaitement ma perception de la recherche en histoire contemporaine. C’est à travers un regard neuf que j’étudie les troupes coloniales marocaines après les deux conflits mondiaux du XXe siècle. Ce texte ne vise pas au statut d’article scientifique mais souhaite livrer ce qui accompagne la vie du chercheur pendant son travail de terrain. Il y sera question de l’utilisation du carnet de bord. Nous verrons en quoi posséder un carnet ou journal de bord peut ou non faciliter la vie du chercheur.

Je suis en quatrième année de préparation d’une thèse intitulée : « Leurs combats pour la vie et la fierté » Les combattants marocains dans les opérations extérieures de l’Armée française : Europe centrale et orientale en 1918-1921, Indochine en 1945-1954. Mes travaux cherchent à saisir comment l’institution militaire française, qui se veut intégratrice, a contribué à la fois au maintien de la colonisation et en même temps à sa destruction. Cette question est intéressante à étudier tant du point de vue des acteurs français que de celui des acteurs marocains impliqués. Les deux périodes retenues (implication des Marocains en Europe centrale et orientale après 1918 et après la Seconde Guerre mondiale, en particulier dans la guerre d’Indochine) sont pertinentes en ce qu’elles diffèrent des temps marqués par des conflits mondiaux. La puissance française ne se manifeste plus (clairement du moins) dans le cadre d’alliances, et un des effets des guerres mondiales est la surreprésentation des troupes coloniales dans les opérations extérieures. Cependant, dans les pays coloniaux, celle-ci est contestée plus activement qu’avant les conflits mondiaux.

Ces évolutions se retrouvent dans la combinaison de sources écrites et orales (archives miliaires, diplomatiques, municipales et documents de presse…) que j’utilise. Les sources orales m’aident particulièrement à comprendre l’identité de l’homme qui se transforme peu à peu lorsqu’il est formé par l’institution militaire. Cela me permet de poser la question du statut d’Homme face à celui de soldat. C’est à l’aide d’ouvrages méthodologiques et de discussions que ma recherche est devenue plus minutieuse. Les entretiens se présentent comme une source complémentaire de l’écrit. Les sources orales nous permettent de glaner des traces, de collecter des fragments de la mémoire d’un passé qui peut s’avérer douloureux. Si l’enquête historique permet de donner comme une photographie d’un temps révolu, elle ne doit surtout pas faire oublier que derrière un événement passé se cache des personnes. Les témoignages sont, pour le chercheur, un moyen de comprendre le comportement des acteurs historiques. Le but était de ne pas rester prisonnière des sources écrites afin d’élargir les possibilités de recherche. Cette année encore les témoignages aideront à enrichir les collectes d’archives. Parfois les sources écrites ne disent pas tout. Les sources orales font appel à la mémoire, ma thèse tente de faire le lien entre la mémoire d’un individu et les évènements historiques recueillis dans des ouvrages et archives du Service historique de la Défense. Ce lien est important à situer et analyser car cela peut aider à interpréter l’ensemble des sources : « (…) les témoignages oraux enregistrés, dont la micro-histoire  et l’histoire du temps présent font une grande consommation. Leur rôle est considérable dans le conflit entre mémoire des survivants et l’histoire déjà écrite, Or ces témoignages oraux ne constituent des documents qu’une fois enregistrés ; ils quitteront alors la sphère orale pour entrer dans celle de l’écriture et s’éloigne ainsi du rôle du témoignage dans la conversation ordinaire »[2]. Le témoignage est donc une œuvre de l’esprit (partiellement partagée) qui doit être protégé. Mais la protection s’étend aux témoins en tant que personnes, en particulier à ceux qui ne voulaient pas être identifiés. Par conséquent, dans l’esprit de confidentialité, les noms et prénoms que j’utiliserai ici ont été inventés afin de garantir la confidentialité des témoignages, comme promis aux intéressés.

L’objectif de ce texte ne sera pas d’offrir un guide du carnet. Je pense néanmoins que si vous êtes rigoureux cela se sentira dans vos prises de notes. Si vous êtes plutôt de nature borderline, eh bien bon courage pour vos relectures à votre retour. Bon ! Je sais ce que certains diront, je me retrouve parfaitement dans mon désordre. Attention tout de même, le carnet est à mon sens « la mémoire de notre travail de terrain ». N’oublions pas qu’il y a plusieurs façons d’utiliser un carnet, qu’il y a des avantages et comme toutes choses dans la vie, il y a des inconvénients. Il s’agit donc de partager avec vous mon utilisation du carnet durant la phase précédant le départ et de vous faire part accessoirement de ce que je ressens avant d’effectuer des collectes de témoignages.

Mon travail de terrain reprend dans (J-21) au pays de la rose. On nomme surtout « vallée de la rose », la célèbre vallée de l’Oued Dadès (dans le Sud-Est du Maroc), pour ses fabuleux rosiers et son odeur enivrante. Lorsque je prends mon carnet et que je prépare mon enquête de terrain, je me surprends à percevoir ces lieux mystérieux depuis ma Lorraine, à contempler les montagnes du sud, loin des villes maritimes. Je songe alors à la simplicité d’un monde où la nature s’exprime, chante et parle des habitants de cette terre que j’étudie. Je revois ces hommes récitant des poésies arabo-berbères au rythme du vent. Cette poésie qui devient la mémoire de leur passé, de leurs victoires guerrières ainsi que de leurs tourments. Elle raconte une histoire partagée, collective et parfois elle offre une vision individuelle. Le poème « cicatrices du soleil » de Tahar Benjelloun (1972, natif de Fès) nous invite au voyage dans un monde complexe :

« Déposées sur le voile du regard

elles fument des pensées de sable

c’est la chute

la parure.

 

Suspendues au sommeil séculaire

elles retournent les racines d’une saison.

 

La terre

de connivence avec le ciel

retient la mer

délivre l’écume

retourne l’étoile tatouée sur notre front

« le front c’est le Sud ».

 

Un siècle en faux

labouré par l’écriture du ciel

un livre radié de toutes les mémoires :

l’imposture;

l’œil recueilli dans une cuiller

donne au matin

la mort douce[3].

 

Être historien, c’est ressentir le monde, s’intéresser, s’ouvrir à l’humain, chercher les traces qu’il laisse derrière lui. Cette fois-ci, je ne vais humer que les prémices d’une récolte de roses qui n’a lieu qu’au mois de mai et qui offre un moussem (fête) des roses magnifiques. Aller sur le terrain c’est vivre les moments, s’imprégner de lieux qui vous marquent et potentiellement ont marqué les personnes que vous allez interviewer. Comme dit l’historienne Malika Rahal concernant ses travaux: « (…) C’est durant cette recherche que j’ai commencé à saisir combien la connaissance des lieux aide à la compréhension des choses, et ancre l’écriture (…) »[4].

Un proverbe tibétain explique que : « le voyage est un retour vers l’essentiel ». C’est se rendre compte que vous allez à la découverte de « l’autre », en ayant conscience que « l’autre » a une vie particulière ! Qu’il a des émotions cachées voire des a priori sur vous, ou non. Qu’il ressent peut-être encore de l’amertume face à un passé douloureux. Dans mon cas, les anciens combattants vont me livrer leurs récits de vie. Ils me parleront sans doute d’enfance, de famille, d’amour, de patrie, de religion, d’engagement et de la fierté qu’un homme ressent ou pas. Ils parleront aussi de la mort ou plutôt de leur rapport à la mort (à la violence et à la peur). Ils (dé) livreront sans doute les séquelles que la guerre produit chez l’Homme. Parfois ils ne diront peut-être rien… Il faudra donc se rappeler qu’ils ont le droit de ne rien vouloir dire et que le silence peut également être étudié.

J’ai noté une chose essentielle dans mon carnet, qui m’accompagne comme un rappel. Collecter un témoignage c’est donc s’intéresser au quotidien du témoin en parlant de la vie, des roses, des odeurs, de ces beautés qui l’entourent et qui vont m’entourer dans trois semaines. Être sur le terrain c’est être patient, se dire qu’il faut vivre l’instant. Après tout, le moins que nous puissions faire, c’est de prendre le temps.

J’ai noté un souvenir de recherche dans mon carnet qui illustre mon idée : « (…) il y a cet instant délicat de partage, d’hospitalité. Ce moment où tout s’arrête, l’épouse apporte à l’ancien combattant le plateau où il y a de l’eau chaude, du sucre, du thé vert et de la menthe. Il ne faut surtout pas oublier cette hospitalité presque sacrée. La préparation du thé est alors un moment spontané naturel et unique où l’homme parle à la jeune femme que je suis. Nous partagions l’ancien combattant, son épouse et moi un verre de thé et alors que nous discutions (…) ». Mohamed me regarde et me dit : « le thé est bon, il est sucré, j’aime le thé sucré et toi (…) ». Je lui dis qu’il est parfait et il réplique : « J’aime la poésie en fait (…) ». Je lui demande quel genre de poésie et il me dit « (…) celle qui rappelle à mon cœur que je vis (…) ». Il m’explique que les berbères ont une éducation naturelle à l’art de la poésie, « que boire du thé ce n’est pas étancher sa soif… C’est une façon de connaître  l’invité ». Donc « l’autre » c’était devenu moi, il m’analysait autant que je pouvais le faire. J’intégrais un microcosme familial où je devenais l’observatrice la doctorante, la femme chercheure qui s’invite dans un foyer chaleureux marocain où les souvenirs, les non-dits allaient noircir les pages de mon carnet. Il m’invitait sous son toit et m’offrait son récit. Dans certaines traditions marocaines le conteur est respecté, écouté et ne dit jamais quand l’histoire se termine. Il s’agit évidemment d’une image mais ce qui importe ici c’est de toujours respecter les témoins et de ne jamais les sous-estimer. Ce sont bien des sujets, et pas des objets d’études.

Alors dans mes notes figure aujourd’hui que la modestie, l’humilité, sont fondamentales lorsque l’on s’apprête à collecter des témoignages.

J’effectue ce travail depuis cinq ans maintenant. Je ressens toujours le même enthousiasme, le même désir de découverte, la même passion dévorante de rencontrer des acteurs du passé. Je me nourris de leurs souvenirs. Comme le dit mon directeur de thèse, l’historien vit des restes de ce que nous livre l’humanité. Cette micro-histoire, c’est d’une certaine manière une micro-mémoire de notre univers. Alors oui, j’aime ce moment, où je me prépare avant de mener une enquête de terrain, où je relis mes notes. Je redécouvre certains témoignages comme un rappel qu’il faut maîtriser sa méthodologie.

Dis comme ça, cela fait un peu Colombo, mais comme vous le savez, l’historien n’a rien d’un détective et il ne ressemble pas à Indiana Jones. Eh non ! Dans trois semaines, je ne vais pas à la recherche de reliques mystérieuses tout en découvrant des pierres précieuses sorties tout droit de mythes anciens. Cela paraît tout de suite moins « sexy » je vous l’accorde, quoique…  Les pierres précieuses, pour moi, ce sont mes pépites. Par ailleurs, l’historien Paul Veyne dégage une idée importante sur la notion d’intrigue: « Les faits n’existent pas isolément, en ce sens que le tissu de l’histoire est ce que nous appellerons une intrigue, un mélange très humain et très peu « scientifique » de causes matérielles, de fins et de hasards ; une tranche de vie, en un mot, que l’historien découpe à son gré et où les faits ont leurs liaisons objectives et leur importance relative (…) ».[5]

Un petit rappel semble nécessaire, j’utilise une méthode qualitative, je rencontre donc des personnes individuellement et par moment, il s’avère que ce sont elle les pépites, des personnes bouleversantes. Il m’arrive de revoir plusieurs fois les mêmes anciens combattants marocains.

Comme dit Edgar Morin : « Ce que signifie la recherche ? Vivre pleinement la question ». Cette réflexivité dans mes travaux, l’ancien combattant la vit également. Il ne faut donc jamais oublié l’effet que l’entretien peut avoir sur le témoin.

J’ai été ébahie devant tant d’émotion familiale, ces hommes racontent leur passé et regardent souvent la porte pour veiller à ne pas être écouté. Le dictaphone devient un « ennemi » pour eux, ils le regardent et me regardent. La véritable question est de savoir s’ils allaient avoir confiance en moi pour parler et raconter leur passé en toute honnêteté. Il est clair que l’interviewé(e) montre sa plus belle image au premier contact, lors du premier discours. Il (elle) tente de nous séduire ou de nous déstabiliser. J’ai souvent été émue par leur histoire mais tout en gardant ma place. Car le véritable danger est de tomber dans le piège et de croire tout ce qu’ils racontent. Réécouter le témoignage peut facilement remédier au problème. Parler des heures sans avoir de réponse aux questions initiales est également l’une des grandes difficultés. Le rendez-vous terminé un ancien combattant me regarde et me dit : « Vous reviendrez me voir, il y a encore beaucoup de choses à raconter. »[6]. Le témoignage se transforme en exutoire, des hommes qui à un âge avancé veulent parler et être écoutés pour beaucoup. J’ai tout de même connu des échecs : certains en dehors d’un cadre structuré deviennent plus méfiants, ils me répondent au téléphone et me disent : « Non je ne veux pas vous voir, l’Indochine c’est du passé. »[7] . Et puis il y a les autres anciens combattants, ceux qui vivent six mois en France et six mois au Maroc pour toucher une pension au titre des droits à la retraite des anciens combattants qui est versée sous condition de résidence en France. Des hommes brisés, épuisés par le temps et par les voyages à répétition entre leur terre d’origine et leurs droits qu’ils viennent percevoir en France. Ces anciens combattants vivent dans des foyers, dans de petites chambres. Et c’est dans ces endroits que je les ai rencontrés. Le cadre est important, au mur un miroir pour se raser, un tapis de prière sur la chaise, et des vivres. Parfois le regard fuyant comme si ces hommes regardaient vers le passé afin de me raconter qui ils étaient et enfin qui ils sont devenus.

Nous comprenons aisément que l’être humain ne peut être perçu comme un objet théorique. Mais il faut respecter l’inflexibilité de la démarche scientifique qu’impose notre discipline. C’est donc la préparation méthodologique qui permet de réunir l’exigence scientifique et la prise en compte de la richesse humaine du processus de témoignage. Tenir un carnet de bord, c’est avant tout percevoir notre propre évolution scientifique tout en rapportant clairement la mise en œuvre de notre méthodologie et la densité humaine des interactions sur le terrain. C’est à l’aide du carnet que j’ai pu améliorer mon travail sur le terrain et me rendre compte de certains biais. Le thésard est avant tout un chercheur confronté à la solitude de l’exploration scientifique. Le carnet devient alors l’outil, l’instrument nécessaire où j’expose mes idées de travail quand je suis sur le terrain ou que je prépare mon avancée réflexive, mes notes, des citations, des titres d’ouvrages à lire ou à introduire dans ma bibliographie. Ces traces écrites peuvent se faire l’écho également de mes émotions suite à la collecte d’un récit de vie bouleversant ou non.

Comme si le journal devenait un outil de dialogue intérieur entre les divers éléments qui composent mon identité en mutation. L’illusion d’une forme de séparation, qui produirait une identité à part de chercheuse, coupée du reste de soi-même au nom de la science, s’éloigne au profit d’une combinaison mouvante où l’identité culturelle du/de la thésard(e) n’est plus interdite sur le terrain. Le carnet est alors particulièrement précieux pour connecter et mettre à distance la recherche en contextualisant chaque moment sans nier la richesse des interactions avec les témoins ou les interférences culturelles et personnelles. Alors que j’étudie le souvenir des anciens combattants marocains, cela m’aide à retrouver mes propres souvenirs, me permettant la triangulation de mes données à mon retour. En attendant de vous livrer mon compte rendu de voyage, je vous laisse méditer avec cette citation d’Emile Zola : « Rien ne développe l’intelligence comme les voyages. »

 

[1] Marcel Proust,  À la recherche du temps perdu, chapitre 12 la prisonnière, Gallimard, Paris, 1946-47, p.109.

[2] Paul RICOEUR, La mémoire, l’histoire, l’oubli, Seuil, Paris, 2000, p. 226.

[3]  Tahar BEN JELLOUN, Le discours du chameau suivi de Jénine et autres poèmes, Gallimard, 2007, 18-Saint-Amand-Montrond, p.57.

[4] http://texturesdutemps.hypotheses.org/1108

[5] Paul VEYNE, Comment on écrit l’histoire, Editions Points, (3ème édition), 2015, Paris, p.51.

[6] Monsieur Mohamed, témoignage recueilli en 2015 à Paris.

[7] Monsieur Hatim, témoignage recueilli en 2012.


Auteur : azizadoudou

Titre de thèse: « Un combat pour la vie et la fierté » Les combattants marocains dans les opérations extérieures de l'Armée française : Europe centrale et orientale en 1918-1921, Indochine en 1945-1954 Je travaille sur une combinaison de source écrite et orale. En effet, je collecte depuis 5 ans des témoignages (en arabe) d'anciens combattants marocains. Il s’agit de constituer des données permettant d'enrichir mon enquête sur la base d’une analyse qualitative. Étudier la mémoire c'est aussi étudier l'oubli. L'historien qui recompose un récit de vie à base d'histoire orale doit donc savoir affronter les silences, les erreurs, les interrogations sur le sens de la vie, les troubles psychologiques ou psychiatriques.

1 pensée sur “Prémices du carnet de bord d’une thésarde”

  1. Très intéressant tout cela, mais partant du principe que la démarche comparatiste est à la base de toute recherche historique, je vous invite à vous documenter sur les anciens combattants algériens. Bon courage…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *