Le goût des Autres

Le goût des autres. De l’expérience de l’altérité gastronomique à l’appropriation – Europe XVIIIe-XXIe siècles. 

Sous la direction de Didier Francfort et Denis Saillard. Presses universitaires de Nancy – Editions Universitaires de Lorraine, 2015, 392 p.

Les 19 et 20 octobre 2010 a eu lieu dans la capitale azerbaïdjanaise, Bakou, un colloque sur « Le goût des Autres. De l’expérience de l’altérité gastronomique à l’appropriation (Europe, XVIIIe-XXIe siècles). L’immense richesse des communications portant sur l’altérité alimentaire permet de comprendre pourquoi la publication des actes s’est fait un peu attendre.

Dirigé par Didier Francfort, professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Lorraine et Denis Saillard, chercheur et spécialiste de l’histoire culturelle de l’alimentation, rattaché au CHCSC de l’université de Versailles-Saint-Quentin, Le goût des Autres , publié aux Editions universitaires de Lorraine, a pour ambition  de replacer l’alimentation au cœur des enjeux de l’histoire culturelle dont celui de réinterroger et de déconstruire les représentations des frontières politiques pour mieux déceler les frontières culturelles, plus à même de définir l’altérité gastronomique. Ces dernières doivent également être questionnées car non seulement elles sont fluctuantes au cours des siècles mais leur construction (vecteurs de l’identité nationale ou régionale ; littérature et souvenirs de voyage ; etc.) fait aussi souvent bon marché de réalités complexes.

Cette publication propose une acception large de l’Europe, de la France à la Turquie, et de la Lettonie à l’Iran en mettant en évidence à la fois les représentations liées à l’alimentation mais aussi les pratiques, car, comme l’affirme à juste titre Julie Demange dans sa contribution : « en histoire culturelle on ne peut ni comprendre les discours sans les pratiques ni les pratiques sans les discours ».

Cette jeune auteure offre un article tout à fait stimulant puisqu’elle analyse sur le temps long (deux siècles) les étapes de l’invention d’une cuisine nationale lettonne parallèlement à la construction d’une nation souhaitant accéder à l’indépendance. D’une cuisine aux contours non définis à l’image d’un Etat qui n’existe pas encore au XIXe siècle, à l’élaboration d’une gastronomie nationale basée sur les produits naturels du terroir pendant l’entre-deux-guerres, la cuisine lettone est aujourd’hui, selon l’auteure, dans une phase complexe de repositionnement entre affirmation de soi, appartenance à l’Union européenne et recherche de « visibilité » au sein de cette dernière. En effet, l’histoire culturelle nous montre que ce qui nous parait en général naturel est en fait une histoire, une construction.

L’ouvrage a également pour ambition de dévoiler le rôle de la cuisine dans la définition de l’altérité et de la distanciation au sein d’entités géographiques regroupant des populations dites « ethniquement » différentes. L’espace de l’ex-Yougoslavie est un terrain propice à l’étude du discours sur l’autre. Denis Saillard, co-directeur de la publication, montre comment le contexte politique joue un rôle dans la définition du discours identitaire. Avant la cristallisation des mouvements nationaux, la cuisine dans les Balkans paraît tenir, pour un observateur Français, sur une dichotomie entre cuisine turque et grecque d’un côté et slave de l’autre, vision qui ignore les entremêlements entre les deux qui mettent au jour une certaine similarité. Il est difficile d’affirmer si les mouvements nationaux de l’après Première Guerre mondiale ont donné lieu à un renforcement des distanciations. Bien que certains livres de cuisine présentent des plats locaux, on ne peut les qualifier de « livres nationaux ». En revanche, après la Seconde guerre mondiale, et notamment à partir des années 1970, les revendications nationalistes se traduisent par une multiplication des premiers livres de cuisine nationaux. Les conflits des années 1990 constituent un point culminant dans la déshumanisation de l’Autre présente dans les discours culinaires, discours qui ont à peine changé à la fin des conflits, notamment légitimés par la politique de mise en valeur de la diversité culturelle prônée par les instances européennes et concrétisée par l’émission en 2005, de timbres « Europe » dont le thème était la gastronomie.

Ces deux brillants articles, à lire en intégralité dans cet ouvrage tant érudit qu’accessible au plus grand nombre, reflètent bien la saveur des autres contributions et donneront aux insatiables gastronomes une furieuse envie de les dévorer.

Prémices du carnet de bord d’une thésarde

J-21 avant le départ : collecte de témoignages au Maroc

« Le seul véritable voyage, le seul bain de Jouvence, ce ne serait pas d’aller vers de nouveaux paysages, mais d’avoir d’autres yeux (…) »[1]. Cette citation de Marcel Proust illustre parfaitement ma perception de la recherche en histoire contemporaine. C’est à travers un regard neuf que j’étudie les troupes coloniales marocaines après les deux conflits mondiaux du XXe siècle. Ce texte ne vise pas au statut d’article scientifique mais souhaite livrer ce qui accompagne la vie du chercheur pendant son travail de terrain. Il y sera question de l’utilisation du carnet de bord. Nous verrons en quoi posséder un carnet ou journal de bord peut ou non faciliter la vie du chercheur.

Je suis en quatrième année de préparation d’une thèse intitulée : « Leurs combats pour la vie et la fierté » Les combattants marocains dans les opérations extérieures de l’Armée française : Europe centrale et orientale en 1918-1921, Indochine en 1945-1954. Mes travaux cherchent à saisir comment l’institution militaire française, qui se veut intégratrice, a contribué à la fois au maintien de la colonisation et en même temps à sa destruction. Cette question est intéressante à étudier tant du point de vue des acteurs français que de celui des acteurs marocains impliqués. Les deux périodes retenues (implication des Marocains en Europe centrale et orientale après 1918 et après la Seconde Guerre mondiale, en particulier dans la guerre d’Indochine) sont pertinentes en ce qu’elles diffèrent des temps marqués par des conflits mondiaux. La puissance française ne se manifeste plus (clairement du moins) dans le cadre d’alliances, et un des effets des guerres mondiales est la surreprésentation des troupes coloniales dans les opérations extérieures. Cependant, dans les pays coloniaux, celle-ci est contestée plus activement qu’avant les conflits mondiaux.

Ces évolutions se retrouvent dans la combinaison de sources écrites et orales (archives miliaires, diplomatiques, municipales et documents de presse…) que j’utilise. Les sources orales m’aident particulièrement à comprendre l’identité de l’homme qui se transforme peu à peu lorsqu’il est formé par l’institution militaire. Cela me permet de poser la question du statut d’Homme face à celui de soldat. C’est à l’aide d’ouvrages méthodologiques et de discussions que ma recherche est devenue plus minutieuse. Les entretiens se présentent comme une source complémentaire de l’écrit. Les sources orales nous permettent de glaner des traces, de collecter des fragments de la mémoire d’un passé qui peut s’avérer douloureux. Si l’enquête historique permet de donner comme une photographie d’un temps révolu, elle ne doit surtout pas faire oublier que derrière un événement passé se cache des personnes. Les témoignages sont, pour le chercheur, un moyen de comprendre le comportement des acteurs historiques. Le but était de ne pas rester prisonnière des sources écrites afin d’élargir les possibilités de recherche. Cette année encore les témoignages aideront à enrichir les collectes d’archives. Parfois les sources écrites ne disent pas tout. Les sources orales font appel à la mémoire, ma thèse tente de faire le lien entre la mémoire d’un individu et les évènements historiques recueillis dans des ouvrages et archives du Service historique de la Défense. Ce lien est important à situer et analyser car cela peut aider à interpréter l’ensemble des sources : « (…) les témoignages oraux enregistrés, dont la micro-histoire  et l’histoire du temps présent font une grande consommation. Leur rôle est considérable dans le conflit entre mémoire des survivants et l’histoire déjà écrite, Or ces témoignages oraux ne constituent des documents qu’une fois enregistrés ; ils quitteront alors la sphère orale pour entrer dans celle de l’écriture et s’éloigne ainsi du rôle du témoignage dans la conversation ordinaire »[2]. Le témoignage est donc une œuvre de l’esprit (partiellement partagée) qui doit être protégé. Mais la protection s’étend aux témoins en tant que personnes, en particulier à ceux qui ne voulaient pas être identifiés. Par conséquent, dans l’esprit de confidentialité, les noms et prénoms que j’utiliserai ici ont été inventés afin de garantir la confidentialité des témoignages, comme promis aux intéressés.

L’objectif de ce texte ne sera pas d’offrir un guide du carnet. Je pense néanmoins que si vous êtes rigoureux cela se sentira dans vos prises de notes. Si vous êtes plutôt de nature borderline, eh bien bon courage pour vos relectures à votre retour. Bon ! Je sais ce que certains diront, je me retrouve parfaitement dans mon désordre. Attention tout de même, le carnet est à mon sens « la mémoire de notre travail de terrain ». N’oublions pas qu’il y a plusieurs façons d’utiliser un carnet, qu’il y a des avantages et comme toutes choses dans la vie, il y a des inconvénients. Il s’agit donc de partager avec vous mon utilisation du carnet durant la phase précédant le départ et de vous faire part accessoirement de ce que je ressens avant d’effectuer des collectes de témoignages.

Continuer la lecture de « Prémices du carnet de bord d’une thésarde »

Histoires, culture et connexion

Histoires, culture et connexion est un outil commun mis en place par l’Institut d’histoire culturelle européenne (IHCE) de Lunéville et du CEntre de Recherche sur les Cultures Littéraires Européennes (CERCLE) de l’Université de Lorraine pour promouvoir un dialogue interdisciplinaire autour de l’histoire culturelle transnationale. Les deux institutions concernent l’Europe au sens très large, espace subjectif et mouvant au sein duquel les phénomènes de mondialisation, de migration et de déplacement des frontières politiques et culturelles agissent sur les représentations et les pratiques des individus. Ainsi, il s’agit autant de comprendre comment les maisons de disques françaises se sont emparées de la génération des artistes maghrébins immigrés durant les années 1950 que de découvrir les chorégraphies de la danseuse japonaise Fumido Ikeda qui commence sa carrière européenne en Belgique dans les années 1980 et ceci en mettant à contribution spécialistes de la question et artistes. L’histoire culturelle a un rôle explicatif à jouer dans la compréhension des nouvelles sociétés européennes du XXIe siècle qui doivent remettre en question les modèles sur lesquelles elles se sont construites. Mais elle ne doit pas oublier pour autant de s’interroger sur ses propres méthodes, qui ont été bouleversées entre autres par le material turn et le digital turn. Les articles publiés dans le carnet proposent des pistes de réflexion sur les nouvelles modalités du travail de chercheur aujourd’hui. Enfin, l’histoire culturelle étant non seulement l’étude des représentations mais également des pratiques, ce carnet veut placer le lecteur non plus seulement dans la position passive de celui qui apprend en lisant les recherches d’autrui mais également dans celle d’acteur en mettant à sa disposition les medias et les liens des oeuvres dont il est question dans les textes : morceaux de musique, extraits de film, afin de « pratiquer la culture ».