Objets politiques, objets culturels en France de la fin du XIXe siècle à nos jours, par Jean El Gammal

Les ateliers d’été de l’Institut d’histoire culturelle européenne Bronislaw Geremek, qui ont eu lieu au Château des Lumières de Lunéville les 11, 12 et 13 juillet 2016, avaient pour thème: Objet(s)

                  580_410_2_940912-542835115897185-4116016921062749155-n

Le professeur Jean El Gammal (Université de Lorraine) a proposé une intervention sur les objets politiques dont voici le texte intégral.

Une réflexion d’ensemble sur les rapports entre objets politiques et objets culturels, même pour un peu plus d’un siècle et dans le cadre d’un pays familier, la France, peut ouvrir de nombreuses perspectives, mais aussi intriguer, voire dérouter si l’on prend en considération les diverses significations et formes de tels objets. A priori, ils sont insérés dans une trame historique, politique et culturelle, qui ne retient guère dans ses mailles d’objets au sens solide, surtout, en apparence, dans le domaine politique. Les objets y sont souvent peu – ou à l’inverse trop minutieusement –  définis, voire insaisissables, s’il s’agit de promesses ou d’éléments de programmes qui se dérobent ou s’estompent souvent, à moins qu’ils ne fossilisent.  Ces objets peuvent relever aussi de transactions plus ou moins licites, que l’on peut présenter en termes anthropologiques, sous le signe du don ou de contre-don, ou de manière peut-être plus prosaïque en termes de clientélisme, voire de corruption[1]. Ces objets sont divers, au sens figuré (l’emploi fictif, la manœuvre tortueuse) ou plus concrets quoiqu’en principe invisibles (la liasse de billets, la valise ou tout autre type de contenant).

A l’état matériel, du reste, un objet politique peut être de plus ou moins grande taille, assez solennel (un arbre de la liberté, une Marianne, une mairie, une salle politique, un palais, une tribune, une assemblée – mais peut-on vraiment parler d’objet lorsqu’il s’agit d’un bâtiment ?-, soit flottant, tout au moins au sens propre (un drapeau, par ailleurs souvent présent et arboré), réitéré ( un banquet républicain)  ou éphémère (un bulletin de vote, une affiche, ou, bien plus massive, une barricade). Il existe aussi des mots-objets (Bloc, Cartel, Front) ou des espaces-objets (territoires, dont les « coteaux modérés » chers à Albert Thibaudet). D’autres sont ou paraissent plus conformes au statut usuel d’un objet : un maroquin, une ou plusieurs décorations,  un insigne parlementaire ou militant. Certains journaux,  livres, recueils, mémoires, traités (encore que la notion de livre politique soit plus complexe qu’il n’y paraît) sont maniables ou utilisables en tant qu’objets.  Il arrive aussi que, dans des archives ou des musées, certains objets de divers types soient préservés, mais inégalement consultés (un fonds électoral ou des papiers privés), voire  exposés ou mis en évidence : ainsi en va-t-il de certaines photographies, de portraits, séquences d’actualités, extraits de discours, voire films politiques, subissant une transformation qui en renforce l’objectivation, ou l’instrumentalisation.

Face à un tel éventail, sans doute faut-il avoir présentes à l’esprit les permanences et surtout les évolutions d’une typologie, avant d’examiner les relations qui les distinguent ou les rapprochent et  les usages qui leur sont attachés, puis, en rapport avec ce que l’on pourrait appeler par référence à un titre de Jean Baudrillard des « systèmes des objets »[2], aborder les corrélations et, pour une période plus récente, la question des rapports entre matérialité et dématérialisation ?

Ces trois approches correspondent pour une part à une présentation chronologique, que l’on adoptera, avec deux césures en 1914 et – moins  nettement – jusqu’à la fin des années 1970 ou au début des années 1980,  mais il peut y avoir des échos d’un temps à l’autre.

Continuer la lecture de « Objets politiques, objets culturels en France de la fin du XIXe siècle à nos jours, par Jean El Gammal »

L’Avignon des jeunes. Un essai sur le rôle de la parole au Festival mondial de théâtre de Nancy (2/5)

Deuxième partie: Une transformation dans la pensée sur la réalité et l’illusion.

Figure 7. El Teatro Campesino. Archives de Meurthe-et-Moselle, cote du document : 68J9.
Figure 7. El Teatro Campesino. Archives de Meurthe-et-Moselle, cote du document : 68J9.

Un théâtre qui s’attaque à la réalité

Le Festival mondial de théâtre de Nancy est un festival né hors des institutions théâtrales classiques, sensible aux tendances nouvelles et hanté par la question de son aptitude à représenter la réalité contemporaine, à mettre le monde sur la scène. Une transformation dans la pensée sur la réalité et l’illusion s’exprime alors dans l’esthétique théâtrale par des décors simples, symboliques, souvent schématisant le monde représenté. Jamais en trompe l’œil ; bien au contraire la machinerie théâtrale n’est plus cachée, on n’utilise plus de coulisses, ni de rideau, on laisse tout apparaître : les entrées et les sorties d’acteurs, les moments de changements de costumes, les déplacements de décors. Les artistes du théâtre se révoltent contre ce qu’ils considèrent comme les principes rigides du passé. Ce mouvement a commencé avec la Grande Réforme du début du XXe siècle et continue jusqu’aujourd’hui. Le théâtre se sépare peu à peu de ses signes conventionnels ; il exige d’utiliser un autre espace que la scène théâtrale sensu stricto, parfois des objets mais surtout des sujets issus de la réalité. Le théâtre dépasse les frontières entre la réalité et l’art, il abandonne les vieilles règles et conventions pour en instaurer de nouvelles, plus ouvertes, souples, parfois presque anarchiques.

Nous considérons que les représentations de Bread and Puppet et du Teatro Campesino sont un intermédiaire entre le vrai et le faux. Leur dramaturgie exprime une vision de l’auteur, du metteur en scène ou de l’acteur, le spectacle naissant de son opinion qui n’est ni vraie ni fausse. El Teatro Campesino essaye de s’approcher du réel. Cela passe, par exemple, par la présence des paysans qui jouent des paysans dans la troupe du Teatro Campesino. Ce dernier parvient à dépasser la double nature de l’acteur – personnage. Jusqu’à maintenant, de l’acteur et du personnage aucun n’était plus vrai que l’autre et ils étaient réunis dans la même personne. L’acteur est Hamlet et n’est pas Hamlet. Il est vrai-faux en s’identifiant à son personnage. Les acteurs de Valdez jouent eux-mêmes, à l’origine pour un public qui leur ressemble et ainsi ils contournent ce passage, qui semblait inévitable, de l’incarnation classique d’un personnage.

Bread and Puppet réussit aussi une certaine approche de la réalité mais par des moyens complètement différents car ce théâtre tient à transposer une situation lointaine, des personnages sans visages, sans nom dont nous ne connaissons que le pays où ils vivent, le Vietnam. En effet, Bread and Puppet demandant à ses acteurs de jouer des vérités universelles, de les illustrer par une sorte de jeux de mime accompagné d’une fable, échappe tout comme El Teatro Campesino à l’incarnation classique des personnages.

Continuer la lecture de « L’Avignon des jeunes. Un essai sur le rôle de la parole au Festival mondial de théâtre de Nancy (2/5) »

L’Avignon des jeunes. Un essai sur le rôle de la parole au Festival mondial de théâtre de Nancy (1/5)

L’exemple de deux troupes des États-Unis : Bread and Puppet Theatre et le Teatro Campesino 

Première partie: L’Avignon des jeunes : 1963-1979

 

Figure 1. Gravure par Roland Grünberg. Archives de Meurthe-et-Moselle, cote du document : 68J9.
Figure 1. Gravure par Roland Grünberg.
Archives de Meurthe-et-Moselle, cote du document : 68J9.

Le Festival mondial de théâtre de Nancy. L’entrée en scène du réel ou la politisation de la parole

Les années autour de 1968 sont l’occasion d’une intense remise en question de la culture et de son rôle dans la société. Ainsi les frontières séparant l’art et l’actualité tout comme l’art et la politique se redéfinissent. Le théâtre de cette période change son aptitude à représenter la réalité contemporaine ; il met sur la scène le monde ou plutôt cette facette de la réalité qui correspond à ses convictions. Le Festival mondial de théâtre de Nancy reflète les préoccupations de son époque. Entre 1963 et 1983, des troupes venues des quatre coins du monde confrontent des expériences théâtrales, des styles scéniques, des formes et des modes d’expression. Surtout elles viennent dire de partout que quelque chose est en train de se casser, que le « vieux monde » est usé, que la vie est à changer.

         Nous allons nous intéresser au Festival mondial de théâtre de Nancy, en nous attachant plus particulièrement à deux troupes américaines : Bread and Puppet et El Campesino[1]. Ce travail s’appuie sur la consultation des fonds de Mlle Christiane Michel des Archives départementales de Meurthe-et-Moselle et sur une interview de septembre 2008 accordée par le collaborateur du festival, Roland Grünberg.

Le texte est divisé en cinq parties, publiées en cinq posts successifs. Les deux premiers sont dédiés à un rapide historique du Festival mondial de théâtre de Nancy. Le troisième post à la position du festival dans les débats politiques mondiaux et locaux. La quatrième partie s’intéresse aux enjeux auxquels le festival se confronte dans les années 1970 avec la mise en cause de sa pérennité. Pour terminer, une analyse des procédés esthétiques utilisés par Bread and Puppet Theatre et le Teatro Campesino et au cours du mouvement festivalier dans son ensemble.

         Dans quelle mesure le Festival mondial de théâtre de Nancy est-il emblématique des ruptures apportées par 1968? Plus spécifiquement, d’abord sous l’angle d’une prise de parole par ceux qui en étaient jusqu’alors exclus ? Cette entrée en la matière nous amènera à nous interroger sur la préoccupation de ce théâtre qui décide de s’attaquer directement au réel et qui, pour représenter l’actualité passe par l’engagement politique et par la contestation. Il devient un théâtre qui milite, qui lutte. Après nous être attachés au caractère politique du festival, spécifique du contexte de son émergence, et de ses deux troupes américaines, nous observerons les moyens par lesquels s’expriment Bread and Puppet et El Campesino et en quoi consiste leur remise en cause du langage théâtral traditionnel.

Continuer la lecture de « L’Avignon des jeunes. Un essai sur le rôle de la parole au Festival mondial de théâtre de Nancy (1/5) »

Colloque Réécritures de l’Histoire en Europe centrale et orientale après 1989, l’intervention de Paul Gradvohl

« Moments et temps de la responsabilité face à la Shoah en Hongrie et en Pologne. De 1945 à Polin (Musée d’histoire des Juifs de Pologne) et au « Fils de Saul », un fait local à dimension mondiale. Ou les apories des visions nationales. » par Paul Gradvohl

Le Centre de recherche sur les cultures et littératures européennes (CERCLE) a organisé un colloque à l’Université de Lorraine, les 18 et 19 avril 2016, portant sur les perceptions et les représentations des événements majeurs des XIXe et XXe siècles à travers leurs nombreuses narrations. Ces dernières ont pris la forme d’ouvrages historiques mais sont également présentes dans la littérature, la presse, le cinéma, les arts plastiques et la musique. Ce colloque a pour ambition de montrer comment écritures et réécritures multiples ont eu un rôle dans la construction des imaginaires et des identités nationales en Europe et ce, jusqu’à aujourd’hui.

J’ai retenu une intervention en particulier, celle de Paul Gradvohl. Professeur de l’Université de Varsovie où il dirige le Centre de civilisation française et d’études francophones et maître de conférences à l’Université de Lorraine, sa communication était intitulée « Moments et temps de la responsabilité face à la Shoah en Hongrie et en Pologne. De 1945 à Polin (Musée d’histoire des Juifs de Pologne) et au « Fils de Saul », un local à dimension mondiale. Ou les apories des visions nationales. » Sa réflexion m’a paru bien montrer combien il est difficile d’écrire une histoire globale de la Shoah si l’on prend en compte les différents temps, acteurs, changements de frontières et de contextes politiques, et combien les questions de responsabilités sont compliquées à aborder à cause de ces discontinuités en partant de l’exemple des peuples hongrois et polonais pendant la Seconde Guerre mondiale.

Paul Gradvohl a tout d’abord souligné que la chronologie de cette guerre n’est pas la même pour les deux pays. La Pologne est, en septembre 1939, complètement occupée. Il n’y a donc plus d’Etat polonais, le gouvernement étant parti en exil. En Hongrie, Miklós Horthy gouverne reste régent même après l’occupation du pays par l’Armée allemande le 19 mars 1944. Il n’est remplacé à la tête de l’État par le chef du parti fasciste des Croix fléchées que le 16 octobre 1944. Et l’État hongrois se maintient même fin 1944 et début 1945 au contraire de la Pologne qui n’existe en tant qu’État que par son gouvernement en exil au moins jusqu’à l’été 1944 et l’arrivée des Soviétiques.

Continuer la lecture de « Colloque Réécritures de l’Histoire en Europe centrale et orientale après 1989, l’intervention de Paul Gradvohl »

Le goût des Autres

Le goût des autres. De l’expérience de l’altérité gastronomique à l’appropriation – Europe XVIIIe-XXIe siècles. 

Sous la direction de Didier Francfort et Denis Saillard. Presses universitaires de Nancy – Editions Universitaires de Lorraine, 2015, 392 p.

Les 19 et 20 octobre 2010 a eu lieu dans la capitale azerbaïdjanaise, Bakou, un colloque sur « Le goût des Autres. De l’expérience de l’altérité gastronomique à l’appropriation (Europe, XVIIIe-XXIe siècles). L’immense richesse des communications portant sur l’altérité alimentaire permet de comprendre pourquoi la publication des actes s’est fait un peu attendre.

Dirigé par Didier Francfort, professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Lorraine et Denis Saillard, chercheur et spécialiste de l’histoire culturelle de l’alimentation, rattaché au CHCSC de l’université de Versailles-Saint-Quentin, Le goût des Autres , publié aux Editions universitaires de Lorraine, a pour ambition  de replacer l’alimentation au cœur des enjeux de l’histoire culturelle dont celui de réinterroger et de déconstruire les représentations des frontières politiques pour mieux déceler les frontières culturelles, plus à même de définir l’altérité gastronomique. Ces dernières doivent également être questionnées car non seulement elles sont fluctuantes au cours des siècles mais leur construction (vecteurs de l’identité nationale ou régionale ; littérature et souvenirs de voyage ; etc.) fait aussi souvent bon marché de réalités complexes.

Cette publication propose une acception large de l’Europe, de la France à la Turquie, et de la Lettonie à l’Iran en mettant en évidence à la fois les représentations liées à l’alimentation mais aussi les pratiques, car, comme l’affirme à juste titre Julie Demange dans sa contribution : « en histoire culturelle on ne peut ni comprendre les discours sans les pratiques ni les pratiques sans les discours ».

Cette jeune auteure offre un article tout à fait stimulant puisqu’elle analyse sur le temps long (deux siècles) les étapes de l’invention d’une cuisine nationale lettonne parallèlement à la construction d’une nation souhaitant accéder à l’indépendance. D’une cuisine aux contours non définis à l’image d’un Etat qui n’existe pas encore au XIXe siècle, à l’élaboration d’une gastronomie nationale basée sur les produits naturels du terroir pendant l’entre-deux-guerres, la cuisine lettone est aujourd’hui, selon l’auteure, dans une phase complexe de repositionnement entre affirmation de soi, appartenance à l’Union européenne et recherche de « visibilité » au sein de cette dernière. En effet, l’histoire culturelle nous montre que ce qui nous parait en général naturel est en fait une histoire, une construction.

L’ouvrage a également pour ambition de dévoiler le rôle de la cuisine dans la définition de l’altérité et de la distanciation au sein d’entités géographiques regroupant des populations dites « ethniquement » différentes. L’espace de l’ex-Yougoslavie est un terrain propice à l’étude du discours sur l’autre. Denis Saillard, co-directeur de la publication, montre comment le contexte politique joue un rôle dans la définition du discours identitaire. Avant la cristallisation des mouvements nationaux, la cuisine dans les Balkans paraît tenir, pour un observateur Français, sur une dichotomie entre cuisine turque et grecque d’un côté et slave de l’autre, vision qui ignore les entremêlements entre les deux qui mettent au jour une certaine similarité. Il est difficile d’affirmer si les mouvements nationaux de l’après Première Guerre mondiale ont donné lieu à un renforcement des distanciations. Bien que certains livres de cuisine présentent des plats locaux, on ne peut les qualifier de « livres nationaux ». En revanche, après la Seconde guerre mondiale, et notamment à partir des années 1970, les revendications nationalistes se traduisent par une multiplication des premiers livres de cuisine nationaux. Les conflits des années 1990 constituent un point culminant dans la déshumanisation de l’Autre présente dans les discours culinaires, discours qui ont à peine changé à la fin des conflits, notamment légitimés par la politique de mise en valeur de la diversité culturelle prônée par les instances européennes et concrétisée par l’émission en 2005, de timbres « Europe » dont le thème était la gastronomie.

Ces deux brillants articles, à lire en intégralité dans cet ouvrage tant érudit qu’accessible au plus grand nombre, reflètent bien la saveur des autres contributions et donneront aux insatiables gastronomes une furieuse envie de les dévorer.

Prémices du carnet de bord d’une thésarde

J-21 avant le départ : collecte de témoignages au Maroc

« Le seul véritable voyage, le seul bain de Jouvence, ce ne serait pas d’aller vers de nouveaux paysages, mais d’avoir d’autres yeux (…) »[1]. Cette citation de Marcel Proust illustre parfaitement ma perception de la recherche en histoire contemporaine. C’est à travers un regard neuf que j’étudie les troupes coloniales marocaines après les deux conflits mondiaux du XXe siècle. Ce texte ne vise pas au statut d’article scientifique mais souhaite livrer ce qui accompagne la vie du chercheur pendant son travail de terrain. Il y sera question de l’utilisation du carnet de bord. Nous verrons en quoi posséder un carnet ou journal de bord peut ou non faciliter la vie du chercheur.

Je suis en quatrième année de préparation d’une thèse intitulée : « Leurs combats pour la vie et la fierté » Les combattants marocains dans les opérations extérieures de l’Armée française : Europe centrale et orientale en 1918-1921, Indochine en 1945-1954. Mes travaux cherchent à saisir comment l’institution militaire française, qui se veut intégratrice, a contribué à la fois au maintien de la colonisation et en même temps à sa destruction. Cette question est intéressante à étudier tant du point de vue des acteurs français que de celui des acteurs marocains impliqués. Les deux périodes retenues (implication des Marocains en Europe centrale et orientale après 1918 et après la Seconde Guerre mondiale, en particulier dans la guerre d’Indochine) sont pertinentes en ce qu’elles diffèrent des temps marqués par des conflits mondiaux. La puissance française ne se manifeste plus (clairement du moins) dans le cadre d’alliances, et un des effets des guerres mondiales est la surreprésentation des troupes coloniales dans les opérations extérieures. Cependant, dans les pays coloniaux, celle-ci est contestée plus activement qu’avant les conflits mondiaux.

Ces évolutions se retrouvent dans la combinaison de sources écrites et orales (archives miliaires, diplomatiques, municipales et documents de presse…) que j’utilise. Les sources orales m’aident particulièrement à comprendre l’identité de l’homme qui se transforme peu à peu lorsqu’il est formé par l’institution militaire. Cela me permet de poser la question du statut d’Homme face à celui de soldat. C’est à l’aide d’ouvrages méthodologiques et de discussions que ma recherche est devenue plus minutieuse. Les entretiens se présentent comme une source complémentaire de l’écrit. Les sources orales nous permettent de glaner des traces, de collecter des fragments de la mémoire d’un passé qui peut s’avérer douloureux. Si l’enquête historique permet de donner comme une photographie d’un temps révolu, elle ne doit surtout pas faire oublier que derrière un événement passé se cache des personnes. Les témoignages sont, pour le chercheur, un moyen de comprendre le comportement des acteurs historiques. Le but était de ne pas rester prisonnière des sources écrites afin d’élargir les possibilités de recherche. Cette année encore les témoignages aideront à enrichir les collectes d’archives. Parfois les sources écrites ne disent pas tout. Les sources orales font appel à la mémoire, ma thèse tente de faire le lien entre la mémoire d’un individu et les évènements historiques recueillis dans des ouvrages et archives du Service historique de la Défense. Ce lien est important à situer et analyser car cela peut aider à interpréter l’ensemble des sources : « (…) les témoignages oraux enregistrés, dont la micro-histoire  et l’histoire du temps présent font une grande consommation. Leur rôle est considérable dans le conflit entre mémoire des survivants et l’histoire déjà écrite, Or ces témoignages oraux ne constituent des documents qu’une fois enregistrés ; ils quitteront alors la sphère orale pour entrer dans celle de l’écriture et s’éloigne ainsi du rôle du témoignage dans la conversation ordinaire »[2]. Le témoignage est donc une œuvre de l’esprit (partiellement partagée) qui doit être protégé. Mais la protection s’étend aux témoins en tant que personnes, en particulier à ceux qui ne voulaient pas être identifiés. Par conséquent, dans l’esprit de confidentialité, les noms et prénoms que j’utiliserai ici ont été inventés afin de garantir la confidentialité des témoignages, comme promis aux intéressés.

L’objectif de ce texte ne sera pas d’offrir un guide du carnet. Je pense néanmoins que si vous êtes rigoureux cela se sentira dans vos prises de notes. Si vous êtes plutôt de nature borderline, eh bien bon courage pour vos relectures à votre retour. Bon ! Je sais ce que certains diront, je me retrouve parfaitement dans mon désordre. Attention tout de même, le carnet est à mon sens « la mémoire de notre travail de terrain ». N’oublions pas qu’il y a plusieurs façons d’utiliser un carnet, qu’il y a des avantages et comme toutes choses dans la vie, il y a des inconvénients. Il s’agit donc de partager avec vous mon utilisation du carnet durant la phase précédant le départ et de vous faire part accessoirement de ce que je ressens avant d’effectuer des collectes de témoignages.

Continuer la lecture de « Prémices du carnet de bord d’une thésarde »

Histoires, culture et connexion

Histoires, culture et connexion est un outil commun mis en place par l’Institut d’histoire culturelle européenne (IHCE) de Lunéville et du CEntre de Recherche sur les Cultures Littéraires Européennes (CERCLE) de l’Université de Lorraine pour promouvoir un dialogue interdisciplinaire autour de l’histoire culturelle transnationale. Les deux institutions concernent l’Europe au sens très large, espace subjectif et mouvant au sein duquel les phénomènes de mondialisation, de migration et de déplacement des frontières politiques et culturelles agissent sur les représentations et les pratiques des individus. Ainsi, il s’agit autant de comprendre comment les maisons de disques françaises se sont emparées de la génération des artistes maghrébins immigrés durant les années 1950 que de découvrir les chorégraphies de la danseuse japonaise Fumido Ikeda qui commence sa carrière européenne en Belgique dans les années 1980 et ceci en mettant à contribution spécialistes de la question et artistes. L’histoire culturelle a un rôle explicatif à jouer dans la compréhension des nouvelles sociétés européennes du XXIe siècle qui doivent remettre en question les modèles sur lesquelles elles se sont construites. Mais elle ne doit pas oublier pour autant de s’interroger sur ses propres méthodes, qui ont été bouleversées entre autres par le material turn et le digital turn. Les articles publiés dans le carnet proposent des pistes de réflexion sur les nouvelles modalités du travail de chercheur aujourd’hui. Enfin, l’histoire culturelle étant non seulement l’étude des représentations mais également des pratiques, ce carnet veut placer le lecteur non plus seulement dans la position passive de celui qui apprend en lisant les recherches d’autrui mais également dans celle d’acteur en mettant à sa disposition les medias et les liens des oeuvres dont il est question dans les textes : morceaux de musique, extraits de film, afin de « pratiquer la culture ».