Notes sur les objets du tabac dans l’Empire ottoman, par Alain Servantie

Les ateliers d’été de l’Institut d’histoire culturelle européenne Bronislaw Geremek, qui ont eu lieu au Château des Lumières de Lunéville les 11, 12 et 13 juillet 2016, avaient pour thème: Objet(s)

Alain Servantie, membre de la Société Belge des Études Orientales et de la Société Asiatique, nous livre un éclairage passionnant sur les modes de consommation du tabac et sur les objets qui lui sont liés dans l’empire Ottoman, à travers des textes du 19e siècle.

Le café, opiat, tabac, pétun, opium,
Voilà cinq produits qui nous rendent heureux
.[1]

 

1.          Introduction sur l’histoire du Tabac dans l’empire Ottoman

On sait que le tabac, découvert sur Hispaniola par Christophe Colomb, a rapidement été diffusé par les marins dans tous les ports qu’ils fréquentaient. Le tabac aurait été introduit dans l’empire Ottoman autour de 1580, par les marins vénitiens, génois, anglais, et vendu comme médicament[2]. Tôt il eut beaucoup de succès chez les ulémas et les grands de l’Etat, et dans les cafés, il y avait « tellement de fumée qu’on ne pouvait plus se voir. Sur les marchés et les places, les pipes ne tombaient plus des mains. À expirer sans cesse, l’odeur s’est répandue dans les marchés et les quartiers, et on a écrit et récité partout des poèmes stupides », note l’historien Peçevi[3]. Aux 17-18e siècles, plus de quatre-vingt-dix traités ont été écrits dans l’empire ottoman, en arabe ou turc, sur les avantages, les inconvénients du tabac, et l’attitude religieuse à avoir à son égard. Trois seulement ont été traduits dans des langues occidentales. Ahmed al- Rûmî el-Akhisarî, dans le Traité du Tabac écrit vers 1630[4] et Kâtip Çelebi, dans  La balance de la vérité , écrit en 1656, estiment, comme Peçevi[5], que le tabac répand de mauvaises odeurs, est mauvais pour la santé, cause des incendies ; d’un autre côté à son avantage, on peut supposer qu’il favorise le sommeil, réduit l’humidité. Le sultan Murat IV, en 1633, suite à un incendie attribué aux tabagies des cafés, les fit fermer et instaura la peine de mort contre les fumeurs, les faisant pendre une pipe passée par le nez ou dans la bouche, ou une blague à tabac pendue au cou[6].

En tout cas rien dans le Coran ne permet de le prohiber, ce qu’a endossé une fatwa du Cheykh-ül-islam Bahâî Mehmet Efendi en 1649. Toutefois l’utilisation en turc du mot « boire » (la fumée) pour signifier « fumer », comme d’ailleurs dans d’autres langues de la région (arabe, persan, grec), laisse latitude aux autorités religieuses d’interdire de boire pendant la journée tout au long du Ramadan[7]. En 1910, à Istanbul, la première personne fichée sur un dossier anthropométrique appliqué selon les méthodes de la police française, a été condamnée à un mois de prison pour avoir fumé en public pendant le Ramadan[8].
L’interdiction de fumer du tabac est tombée en désuétude sous Ibrahim Ier (1640-48), et a été abrogée sous Mehmet IV (1648-87). La culture du tabac s’est rapidement répandue au 17e siècle en Macédoine (Yenice, Kırçaali) et en Syrie (Lattakieh), puis dans le Caucase, en Crimée et en Anatolie orientale (Bitlis, Bafra), tabacs figurant tous dans le pavillon ottoman à l’exposition universelle de Paris en 1867[9]. Le premier impôt sur le tabac a été créé en 1687[10]. Dans les années 1970, la production de tabac faisait vivre 750.000 familles dans près de 6.000 villages et constituait le principal produit d’exportation agricole turc[11]. Le monopole des tabacs créé en 1861- Inhisar-i duhan, mis, en 1884, entre les mains de la Dette Ottomane sous le contrôle d’une Régie des tabacs, est devenu en 1932 Tekel Genel Müdürlügü [Direction générale du monopole]. Ses activités relatives au tabac ont été privatisées et vendues en 2008 à la Bat (British- American Tobacco)[12].
Dès la fin du 17e siècle, les pipes, relèvent les voyageurs, sont offertes aux visiteurs avec le café : offrir de fumer une pipe devient ainsi un élément essentiel de l’hospitalité. Elle amène à une spécialisation dans le rôle de serviteurs des grands de l’empire : en 1721, l’ambassadeur turc à Versailles, Yirmisekiz Mehmet Çelebi, a dans sa suite “celuy qui luy remplit la pipe”. Au sérail, le  tütüncü ou duhancı bașı (chef du tabac) était un janissaire avec rang de vizir, qui disposait d’une chambre personnelle[13].

Venu participer à l’inauguration de la ligne de l’Orient-Express en 1883, Edmond About regrette qu’à Istanbul, avec le café, on offre des cigarettes au lieu des longues pipes: autrefois, “le çubukçu de la maison s’avançait vers vous gravement, une longue pipe à la main. Il mesurait avec soin la distance, posait à terre un petit plateau de cuivre ou d’argent, y déposait le fourneau de l’instrument, puis décrivait savamment un arc de cercle avec le bout d’ambre pour l’amener tout juste à vos lèvres. Ce travail accompli, il mettait le charbon sur la pipe s’il n’avait commencé par la fumer lui-même au seuil de la porte avec une douce familiarité… Il fallait tout un personnel attaché aux chibouques dans les maisons qui recevaient beaucoup. Avec un demi-cent de cigarettes sur un plateau, la politesse est faite, la tradition est respectée, l’honneur de l’hospitalité orientale sauvegardé et le tracas réduit à rien. »[14]

Bal à l'ambassade ottomane
Fig. 1- Dessin de Cham, vers 1855. Coll. AS

 

Continuer la lecture de « Notes sur les objets du tabac dans l’Empire ottoman, par Alain Servantie »

L’histoire a-t-elle un « objet » ? Par Petr Horák

Les ateliers d’été de l’Institut d’histoire culturelle européenne Bronislaw Geremek, qui ont eu lieu au Château des Lumières de Lunéville les 11, 12 et 13 juillet 2016, avaient pour thème: Objet(s)

Petr Horák, professeur à l’Université Pardubice (République tchèque), nous livre ses réflexions sur l’ « objet » de l’histoire.

L’histoire a-t-elle un « objet » ?

La question peut paraître superflue ou ridicule, en effet. L’«objet » de l’histoire, c’est l’histoire elle-même, cet ensemble d’événements différents pour lesquels l’historien fait un choix selon ses préférences ou selon ses obligations professionnelles. Pourrions-nous nous satisfaire de cette proposition ou plutôt de cette déclaration de notre bonne foi ? Suffit-elle, cette bonne foi, à nous rendre évident l’« objet » de l’histoire ? Sommes-nous sûrs que cette bonne foi nous assure suffisamment en même temps que nous connaissons l’histoire, à savoir tout ce que nous appelons les « faits », les « événements » historiques, ainsi que la manière ou la façon avec laquelle saisir ces fameux faits et comment les rendre évidents par le ou les récits appropriés ?

Le moyen apparemment le plus facile de saisir l’« objet » de l’histoire ou de le créer, de le rendre évident, c’est de le montrer aux yeux de tous les gens intéressés. Les monuments du passé, fabriqués à l’aide de différents matériaux rendent un témoignage palpable du passé. Suffit-il en tant qu’objet accessible à nos sens, le plus souvent à nos yeux, pour nous informer de son passé ? Sans doute que non. Il nous faut encore entendre, lire ou imaginer un récit ou plusieurs récits qui nous éclairent son passé, son histoire. L’histoire, c’est le récit sur l’histoire, c’est lui qui nous fait entrevoir « l’objet »  de l’histoire, c’est le récit qui est le synonyme de l’histoire, c’est lui qui est l’histoire elle-même. L’histoire est le récit que nous en avons et le récit ou les récits historiques, représentent notre savoir du passé, tout ce que nous aimons appeler nos « connaissances historiques».  Nous sommes depuis un certain temps témoins d’un glissement assez paradoxal dans ce champ de « connaissances historiques » vers la « mémoire » se manifestant par des commémorations de toutes sortes se succédant ici et là dans un rythme de plus en plus rapide. La « mémoire », ses manifestations dans la suite apparemment incessante des commémorations semble actuellement remplacer la vieille histoire. Ou les vieux habits de l’histoire qui semblent soudainement comme très usés, voire ringards. Certains historiens sont persuadés que cette victoire soudaine de la « mémoire » sur le vieux concept de l’histoire – une victoire dont personne n’ose prédire l’avenir – est due au sentiment de vivre dans le présent, donc au soi-disant « présentisme » de notre temps.

La « mémoire » aujourd’hui, la vieille histoire hier, semblent toutes les deux inépuisables alors qu’elles laissent notre savoir sur l’histoire toujours incomplet et ses serviteurs ainsi que leur public toujours insatisfaits, bien à la façon du docteur Faust et de son studieux assistant Wagner. Ne s’exclament-ils pas, en se promenant ensemble, que « l’art est long et la vie courte » (en latin « ars longa vita brevis ») ? Le studieux Wagner ne se plaint-il pas de la difficulté de trouver les moyens permettant au chercheur d’arriver jusqu’aux sources de la vraie connaissance ? Ne reçoit-il pas en réponse de son maître Faust qu’une réplique sarcastique disant que du vieux parchemin on n’assoupira point la soif pour la connaissance ? On ne peut l’assoupir que de la source profonde de son âme propre, de l’âme de celui qui cherche, lui assène docteur Faust sèchement. ( „Das Pergament, ist das der heilige Bronnen, Woraus ein Trunk den Durst auf ewig stillt ? Erquickung hast du nicht gewonnen, Wenn sie dir nicht aus eigner Seele quillt“ , Goethe, Faust, vers 555 – 565).

La constitution de l’objet dans notre conscience

Permettez-moi de postuler l’hypothèse suivante : L’historien(ne) trouve les objets avec et sur lesquels il ou elle travaille – les chartes, les livres, les chroniques, les différents objets de matériaux divers, les objets archéologiques, architecturaux, etc. – hors de lui, dans le monde réel – ces objets pourtant n’étant que les sources et les ressources stimulant son imagination. Le vrai objet de l’historien, en effet, c’est l’image qu’il se fait du passé, ou pour mieux le saisir, c’est sa représentation du passé. Shawn Smith, un critique littéraire américain, l’exprime bien par exemple, en réfléchissant sur les nouvelles de Thomas Pynchon, tout en s’appuyant sur Hyden White affirme : « le processus par lequel l’historien transforme une source historique en narration historiographique est essentiellement dû à son imagination ». [1]

Continuer la lecture de « L’histoire a-t-elle un « objet » ? Par Petr Horák »