L’objet du Cercle de Madame du Châtelet. Matérialisation. Créativité. Réalisation. Efficacité. Par Annie Jourdain

Les ateliers d’été de l’Institut d’histoire culturelle européenne Bronislaw Geremek, qui ont eu lieu au Château des Lumières de Lunéville les 11, 12 et 13 juillet 2016, avaient pour thème: Objet(s)

Annie Jourdain nous présente la figure d’Emilie du Châtelet, devenue un objet invisible, que l’association du Cercle de Madame du Châtelet a voulu refaire exister à travers différentes actions explicitées ci-dessous.

OBJETS, c’est le thème des ateliers d’été de l’I.H.C.E. du 11 au 13 juillet 2016 au château de Lunéville. Ce château est en lui-même un objet qui symbolise le dix-huitième siècle puisqu’il porte officiellement le nom de château des Lumières. Madame du Châtelet, femmes de sciences, compagne (pendant quinze ans) et protectrice de Voltaire, y est morte le 10 septembre 1749. L’histoire des femmes — grâce aux « gender studies » –montre comment, au fil des siècles, les femmes sont invisibilisées. Madame du Châtelet en est un exemple. Pour la plupart des visiteurs et visiteuses du château de Cirey sur Blaise où, sur l’invitation d’Émilie du Châtelet, Voltaire s’est réfugié loin de Paris (il a été deux fois embastillé), ce château appartient à … Voltaire!

20160727_143257

Quant au château de Lunéville où nous sommes aujourd’hui, on n’y trouve aucun objet qui signalerait le rôle important qu’a joué Madame du Châtelet. Elle a, avec Voltaire, OBJECTIVEMENT fait briller la cour de Stanislas. Elle a OBJECTIVEMENT aidé matériellement Madame de Graffigny. Or, en ce château, on met à l’honneur Voltaire, on met à l’honneur Madame de Graffigny alors que Madame du Châtelet est, elle, un objet invisible.
Le cercle de Madame du Châtelet est là pour rendre visible Madame la Marquise du Châtelet, « modèle pour les jeunes filles du 21ème siècle ». C’est l’OBJET de l’association loi 1901 déclarée au Journal Officiel le 23 septembre 2013.

Continuer la lecture de « L’objet du Cercle de Madame du Châtelet. Matérialisation. Créativité. Réalisation. Efficacité. Par Annie Jourdain »

Pour une histoire culturelle du travail, à partir du docufilm Radio Singer, par Marcella Filippa

Les ateliers d’été de l’Institut d’histoire culturelle européenne Bronislaw Geremek, qui ont eu lieu au Château des Lumières de Lunéville les 11, 12 et 13 juillet 2016, avaient pour thème: Objet(s)

Marcella Filippa (Fondazione Vera Nocentini, Turin), a proposé une réflexion sur les objets liés au travail. Pas ceux qui servent directement à la production, mais ceux qui accompagnent les luttes sociales, ici, la radio. Peut-on faire une histoire à partir de ces objets ?

La Fondazione Vera Nocentini (www.fondazioneveranocentini.it) de Turin, en Italie, a créé, avec la société de production Deriva Film, un docufilm, Radio Singer (Pietro Balla, Italie 2009, 52’) auquel j’ai moi-même participé. Ce documentaire fait une liaison entre des sources historiques et une histoire narrative inspirée de la vie quotidienne, à partir d’une histoire liée à une radio libre, une des premières radios libres nées en Italie.

Les radios libres sont un phénomène italien et européen qui se constitue à partir de la moitiée des annés 1970, une période qui change radicalement le monde de la communication au niveau local et national: les citoyens peuvent intervenir en direct en donnant leur propre opinion, ils peuvent choisir des chansons et on voit apparaître la publicité qui peut donner des ressources fiancières aux radios qui ne sont plus des radios d’Etat. En 2011, dans un petit village du sud de l’Italie de presque 3000 habitants, on a nommé pour la première fois en Italie, de manière symbolique, une place “Piazza Radio Libere 1976”.

Continuer la lecture de « Pour une histoire culturelle du travail, à partir du docufilm Radio Singer, par Marcella Filippa »

L’Avignon des jeunes. Un essai sur le rôle de la parole au Festival mondial de théâtre de Nancy (4/5)

Quatrième partie:  Le Festival mondial de théâtre de Nancy et la réalité hors du théâtre

Le Festival mondial de théâtre de Nancy, la parole au peuple. La recherche d’un nouveau public et la décentralisation du festival

Dès 1968, le festival éclate (hors) les murs du théâtre de la place Stanislas, investit la ville toute entière : brasseries, cafés, bistrots, gymnases, ainsi on utilise comme scène de spectacle des lieux neutres, des lieux de la vie quotidienne. La ville se décrypte par le biais de la culture populaire qui réhabilite l’idée de polis ou d’agora où la rencontre et la démocratie peuvent se faire par la libre circulation dans la rue, enjeu primordial de réappropriation de l’espace public. Le Festival Mondial du Théâtre Universitaire descend dans la rue : la jeuneuse chasse le spectacle dans un fauteuil. Théâtre des interventions, terrain où on se réapproprie l’espace public, la rue constitue le carrefour privilégié des rencontres entre différentes formes d’expression artistiques et de contestations.

Grâce au Bread and Puppet, les festivaliers découvrent la rue comme espace du jeu. Archives de Meurthe-et-Moselle, côte du document : 68J9.
Grâce au Bread and Puppet, les festivaliers découvrent la rue comme espace du jeu. Archives de Meurthe-et-Moselle, côte du document : 68J9.

La décentralisation est le levier premier de cette démocratisation culturelle de l’espace et des pièces se jouent dans la banlieue nancéienne. Les Nancéiens sont alors loin d’être tous saisis par la fièvre théâtrale ; la majorité reste assez indifférente à ce qui se passe en leurs murs. Indifférents, sinon agacés par cette jeunesse qui bouge et porte (parfois) des cheveux longs.

Il faut en convenir, le festival n’est pas « populaire » au sens promu par Jean Vilar et son T.N.P. cela signifie qu’il ne vide ni les usines, ni les bureaux, ni les foyers où se reposent ceux qui les ont quittés. « Vient qui veut. Vient qui peut. Vient qui aime. » [1]

Continuer la lecture de « L’Avignon des jeunes. Un essai sur le rôle de la parole au Festival mondial de théâtre de Nancy (4/5) »