Le réisme ou la théorie générale des objets de T. KOTARBIŃSKI dans la Pologne de l’entre-deux-guerres, par Stanisław FISZER

Les ateliers d’été de l’Institut d’histoire culturelle européenne Bronislaw Geremek, qui ont eu lieu au Château des Lumières de Lunéville les 11, 12 et 13 juillet 2016, avaient pour thème: Objet(s)

Stanislaw Fiszer (Université de Lorraine, CERCLE) nous fait découvrir la figure de Tadeusz KOTARBIŃSKI et sa philosophie du réisme: « chaque objet est une chose! »

le professeur Kotarbinski. vers 50-60. © Anka Ptaszkowska
Le professeur Kotarbinski. Années 50-60. © Anka Ptaszkowska

1. L’École de Lvov-Varsovie

A. Kazimierz Twardowski et la période lvovienne

Certains considèrent que l’École de Lvov-Varsovie a vu le jour le 5 novembre 1895.  En réalité, ce jour-là Kazimierz Twardowski a pris la direction de la chaire de philosophie à l’université de Lvov. Twardowski, fils d’un haut fonctionnaire autrichien, a obtenu son baccalauréat dans le prestigieux lycée « Theresianum », créé par Marie-Thérèse. Puis il a fait sa thèse, consacrée à L’Idée et perception, à l’université de Vienne sous la direction de Franz Brentano.

Celui-ci, en ce qui concerne la notion d’objet, renouait avec la philosophie scolastique. Selon cette dernière, l’objet de notre entendement est la manière dont nous percevons les choses : au Moyen Âge on les qualifiait de sujets de notre pensée. L’usage actuel du mot objet désignant une chose elle-même, un être extérieur à celui qui le perçoit date du XVIe et plus encore du XVIIe siècle et provient surtout de la philosophie de Descartes. D’après lui nos idées sont des copies directes plus ou moins adéquates des choses : c’est pourquoi il identifie celles-ci avec la façon dont nous les percevons.

Twardowski qui partageait les idées de Brentano, comme enseignant, exigeait la clarté, tout en luttant contre l’opinion selon laquelle la profondeur philosophique est proportionnelle à la confusion du style. Il souhaitait réformer et démocratiser l’enseignement de la philosophie dans des écoles et universités polonaises. À cet effet, il a réussi à former autour de lui un groupe d’élèves et de doctorants qui, après la résurrection de la Pologne, en 1918, ont continué l’œuvre de leur maître à penser

Les thèses écrites sous sa direction sont très hétérogènes ce qui témoigne d’une grande ouverture d’esprit de Twardowski. En effet, son seul dogme était la conviction que le dogmatisme est le pire ennemi de tout travail didactique et scientifique. Parmi les élèves de Twardowski figure Tadeusz Kotarbiński. Après la soutenance de sa thèse (Utilitarisme dans l’éthique de Mill et Spencer), en 1912, il enseignait les lettres classiques dans un lycée varsovien (Mikołaj Rej). Il n’a intégré l’université de Varsovie qu’en 1919 pour y être nommé professeur quelques ans plus tard.

B. La période varsovienne

La branche varsovienne de l’École était une création commune de philosophes (Stanisław Leśniewski, Jan Łukasiewicz) et de mathématiciens (Wacław Sierpiński, Stefan Mazurkiewicz). La coopération entre ceux-ci et ceux-là a permis de former une excellente équipe de logiciens. Grâce à eux, la logique qui, auparavant, était considérée comme l’une des sciences auxiliaires des mathématiques, est devenue avec le temps une discipline de plein droit. Ses fondateurs ambitionnaient d’en faire les fondements des mathématiques pures, une sorte de métamathématique.

Continuer la lecture de « Le réisme ou la théorie générale des objets de T. KOTARBIŃSKI dans la Pologne de l’entre-deux-guerres, par Stanisław FISZER »

La valise, par Michel Rapoport

Les ateliers d’été de l’Institut d’histoire culturelle européenne Bronislaw Geremek, qui ont eu lieu au Château des Lumières de Lunéville les 11, 12 et 13 juillet 2016, avaient pour thème: Objet(s)

Le professeur Michel Rapoport (université Paris-Est Créteil) propose une déclinaison sur la valise.

https://www.flickr.com/photos/21804434@N02/5306379347/in/photolist-rTyp6X-iPQc5z-rViexN-kXViQe-rVjngy-rVrpi4-7qP3YC-8bi5pZ-9CnB76-gPbuy6-q7oDnT-kTVyqn-mofN2J-bDfrg8-4WF7pT-8MDAUm-4WKnJ5-q6hwo3-95UzH6-EnDRrG-saUJBo-rKYuZA-6GDJ1h-5nY7zX-DMegA2-4kuwm6-t1ePyk-95Wmhj
Case History, John King, 1998
Crédits: mira66

« Ma valise m’accompagne au massif de la Vanoise, et déjà ses nickels brillent et son cuir épais embaume. Je l’empaume, je lui flatte le dos, l’encolure et le plat ; Car ce coffre comme un livre plein d’un trésor de plis blancs : ma vêture singulière, ma lecture familière et mon plus simple attirail, oui, ce coffre comme un livre est aussi comme un cheval, fidèle contre mes jambes, que je selle, je harnache, pose sur un petit banc, selle et bride, bride et sangle ou dessangle dans la chambre de l’hôtel proverbial.

Oui, au voyageur moderne sa valise en somme reste comme un reste de cheval. »

Francis Ponge

Ponge nous entraîne d’emblée dans l’histoire de la valise. Le cheval, si longuement bien qu’indirectement évoqué, est-il là par hasard quand on sait qu’à l’origine la valise était ce long sac de cuir que le voyageur-cavalier transportait en croupe ? Montaigne, dans son Journal de voyage en Italie (effectue en 1580-1581) évoque « ces deux portemanteaus (sic) qui avaient à l’arson (sic) de la selle des valises », ces porte-manteaux étant métonymique des chevaux… La valise donc invite au voyage. Mais quel voyage ? C’est selon et, dès lors, l’objet valise devient tantôt symbole de la découverte, du plaisir, du temps de repos, de vacances, pouvant être perçue là comme objet de distinction sociale, objet de travail aussi. Tantôt c’est le drame,  la violence,  la mort dont elle et le symbole. Mais dans la valise peuvent être aussi enfouis secrets, souvenirs…

En premier lieu, comme il appert chez Ponge, la valise, cet objet parallélépipédique, muni d’une poignée, évoque donc le voyage d’agrément. Voyage pendant longtemps apanage des classes aisées et de l’aristocratie, voyage autour du monde, voyages d’initiation à l’image du Grand Tour, voyage vers les villes d’eaux, les stations balnéaires ou de montagne (voir Le voyage de Monsieur Perrichon)…

La valise, doublée souvent de la malle, était et reste la compagne indispensable du voyageur touriste. Un objet longtemps luxueux et donc coûteux ; un objet de « cuir épais », écrit Ponge, avec « ses nickels [qui] brillent ». Ces voyageurs fortunés ont soutenu une industrie du luxe. L’un de ces plus célèbres fournisseurs de ces objets fut Louis Vuitton, malletier à l’origine, mais qui déclina, fin XIXème-début XXème siècle, la valise, se dotant, face aux menaces de l’imitation, d’un imprimé propre. Les grandes marques de luxe suivirent, et dès les années 1920 Hermès se lança, à son tour, dans la production de cet objet de luxe. Dans les années 1980, Vuitton, comme tous les fabricants de valise, adopte l’innovation qui « révolutionne » la valise, le système des roulettes et de la poignée télescopique, devenu commun, mais objet d’une « guerre roulante » entre Samsonite et Delsey, chacun revendiquant la paternité de l’innovation. En attendant, peut-être demain, la valise électrique télécommandée, la « Trolley » est désormais de rigueur auprès de tous, des plus fortunés aux plus modestes.

Continuer la lecture de « La valise, par Michel Rapoport »

L’Avignon des jeunes. Un essai sur le rôle de la parole au Festival mondial de théâtre de Nancy (3/5)

Troisième partie:  1973 : la mise en cause de la poursuite du Festival mondial de théâtre de Nancy

Figure 9 bis

La parole en crise

Contrairement à El Teatro Campesino, Bread and Puppet Theatre dépasse le langage pour nous rendre directement sensible à la guerre du Vietnam. La troupe ne fait pas confiance à la parole « qui trompe et qui se trompe », qui déforme la réalité ou change son sens profond. Cette défiance face au langage est une réaction aux mots des théoriciens de la guerre, des journalistes qui ont réquisitionné le mot « théâtre » pour en faire le lieu des combats, le « théâtre de guerre » que ce soit en transformant le champ de bataille en lieu d’action que les spectateurs peuvent voir en déjeunant, en manipulant les photos de presse et la télévision. La guerre est devenue une suite d’actes se jouant sur le théâtre-monde, les soldats et leurs cibles : ses acteurs. Par réaction contre ce qu’il juge une dégradation d’un langage, Peter Schumann crée un théâtre souvent aussi silencieux qu’une œuvre sculptée, où les mots, lorsqu’il y en a, ne sont que des sous-titres, des à-côtés, du bruit. Le metteur en scène s’envole vers le Vietnam tout en restant là où se trouve la source du pouvoir. Il fait ce voyage par l’esprit, en lui donnant une réalité, en franchissant la distance qui le sépare de ce pays.

         Fire est dédié à Alice Herz, Norman Morrison et Roger Laporte qui se sont immolés pour protester contre la guerre. Un spectacle, à l’exception d’une scène, muet. Il économise les gestes jusqu’à les décomposer en signes. Cinq exécutants y baignent et sombrent dans un rêve. Ils restent sept jours dans un village vietnamien dévasté le dernier jour par un violent incendie.

Bread and Puppet est un théâtre qui veut montrer quelque chose aussi clairement qu’une théorie – un théâtre volontairement didactique, sans être terre à terre. C’est un théâtre qui donne à ceux qui y participent l’occasion de relier leur art et leur travail à un problème moral central. C’est encore un théâtre qui vise à être « aussi simple (et nécessaire) que du bon pain » (nous faisons référence au rituel du partage de pain des acteurs avec le public qui précède chaque spectacle) et recherche une morale aussi peu compliquée que celle des Évangiles et des contes pour enfants. Bread and Puppet Theatre tente sous forme théâtrale et à travers quelques phrases de cerner et résumer le conflit vietnamien et d’exprimer une théorie d’ensemble, globalisante, une « théorie » de la guerre menée au Vietnam que les artistes américains refusent.

Continuer la lecture de « L’Avignon des jeunes. Un essai sur le rôle de la parole au Festival mondial de théâtre de Nancy (3/5) »

Objets politiques, objets culturels en France de la fin du XIXe siècle à nos jours, par Jean El Gammal

Les ateliers d’été de l’Institut d’histoire culturelle européenne Bronislaw Geremek, qui ont eu lieu au Château des Lumières de Lunéville les 11, 12 et 13 juillet 2016, avaient pour thème: Objet(s)

                  580_410_2_940912-542835115897185-4116016921062749155-n

Le professeur Jean El Gammal (Université de Lorraine) a proposé une intervention sur les objets politiques dont voici le texte intégral.

Une réflexion d’ensemble sur les rapports entre objets politiques et objets culturels, même pour un peu plus d’un siècle et dans le cadre d’un pays familier, la France, peut ouvrir de nombreuses perspectives, mais aussi intriguer, voire dérouter si l’on prend en considération les diverses significations et formes de tels objets. A priori, ils sont insérés dans une trame historique, politique et culturelle, qui ne retient guère dans ses mailles d’objets au sens solide, surtout, en apparence, dans le domaine politique. Les objets y sont souvent peu – ou à l’inverse trop minutieusement –  définis, voire insaisissables, s’il s’agit de promesses ou d’éléments de programmes qui se dérobent ou s’estompent souvent, à moins qu’ils ne fossilisent.  Ces objets peuvent relever aussi de transactions plus ou moins licites, que l’on peut présenter en termes anthropologiques, sous le signe du don ou de contre-don, ou de manière peut-être plus prosaïque en termes de clientélisme, voire de corruption[1]. Ces objets sont divers, au sens figuré (l’emploi fictif, la manœuvre tortueuse) ou plus concrets quoiqu’en principe invisibles (la liasse de billets, la valise ou tout autre type de contenant).

A l’état matériel, du reste, un objet politique peut être de plus ou moins grande taille, assez solennel (un arbre de la liberté, une Marianne, une mairie, une salle politique, un palais, une tribune, une assemblée – mais peut-on vraiment parler d’objet lorsqu’il s’agit d’un bâtiment ?-, soit flottant, tout au moins au sens propre (un drapeau, par ailleurs souvent présent et arboré), réitéré ( un banquet républicain)  ou éphémère (un bulletin de vote, une affiche, ou, bien plus massive, une barricade). Il existe aussi des mots-objets (Bloc, Cartel, Front) ou des espaces-objets (territoires, dont les « coteaux modérés » chers à Albert Thibaudet). D’autres sont ou paraissent plus conformes au statut usuel d’un objet : un maroquin, une ou plusieurs décorations,  un insigne parlementaire ou militant. Certains journaux,  livres, recueils, mémoires, traités (encore que la notion de livre politique soit plus complexe qu’il n’y paraît) sont maniables ou utilisables en tant qu’objets.  Il arrive aussi que, dans des archives ou des musées, certains objets de divers types soient préservés, mais inégalement consultés (un fonds électoral ou des papiers privés), voire  exposés ou mis en évidence : ainsi en va-t-il de certaines photographies, de portraits, séquences d’actualités, extraits de discours, voire films politiques, subissant une transformation qui en renforce l’objectivation, ou l’instrumentalisation.

Face à un tel éventail, sans doute faut-il avoir présentes à l’esprit les permanences et surtout les évolutions d’une typologie, avant d’examiner les relations qui les distinguent ou les rapprochent et  les usages qui leur sont attachés, puis, en rapport avec ce que l’on pourrait appeler par référence à un titre de Jean Baudrillard des « systèmes des objets »[2], aborder les corrélations et, pour une période plus récente, la question des rapports entre matérialité et dématérialisation ?

Ces trois approches correspondent pour une part à une présentation chronologique, que l’on adoptera, avec deux césures en 1914 et – moins  nettement – jusqu’à la fin des années 1970 ou au début des années 1980,  mais il peut y avoir des échos d’un temps à l’autre.

Continuer la lecture de « Objets politiques, objets culturels en France de la fin du XIXe siècle à nos jours, par Jean El Gammal »