L’Avignon des jeunes. Un essai sur le rôle de la parole au Festival mondial de théâtre de Nancy (2/5)

Deuxième partie: Une transformation dans la pensée sur la réalité et l’illusion.

Figure 7. El Teatro Campesino. Archives de Meurthe-et-Moselle, cote du document : 68J9.
Figure 7. El Teatro Campesino. Archives de Meurthe-et-Moselle, cote du document : 68J9.

Un théâtre qui s’attaque à la réalité

Le Festival mondial de théâtre de Nancy est un festival né hors des institutions théâtrales classiques, sensible aux tendances nouvelles et hanté par la question de son aptitude à représenter la réalité contemporaine, à mettre le monde sur la scène. Une transformation dans la pensée sur la réalité et l’illusion s’exprime alors dans l’esthétique théâtrale par des décors simples, symboliques, souvent schématisant le monde représenté. Jamais en trompe l’œil ; bien au contraire la machinerie théâtrale n’est plus cachée, on n’utilise plus de coulisses, ni de rideau, on laisse tout apparaître : les entrées et les sorties d’acteurs, les moments de changements de costumes, les déplacements de décors. Les artistes du théâtre se révoltent contre ce qu’ils considèrent comme les principes rigides du passé. Ce mouvement a commencé avec la Grande Réforme du début du XXe siècle et continue jusqu’aujourd’hui. Le théâtre se sépare peu à peu de ses signes conventionnels ; il exige d’utiliser un autre espace que la scène théâtrale sensu stricto, parfois des objets mais surtout des sujets issus de la réalité. Le théâtre dépasse les frontières entre la réalité et l’art, il abandonne les vieilles règles et conventions pour en instaurer de nouvelles, plus ouvertes, souples, parfois presque anarchiques.

Nous considérons que les représentations de Bread and Puppet et du Teatro Campesino sont un intermédiaire entre le vrai et le faux. Leur dramaturgie exprime une vision de l’auteur, du metteur en scène ou de l’acteur, le spectacle naissant de son opinion qui n’est ni vraie ni fausse. El Teatro Campesino essaye de s’approcher du réel. Cela passe, par exemple, par la présence des paysans qui jouent des paysans dans la troupe du Teatro Campesino. Ce dernier parvient à dépasser la double nature de l’acteur – personnage. Jusqu’à maintenant, de l’acteur et du personnage aucun n’était plus vrai que l’autre et ils étaient réunis dans la même personne. L’acteur est Hamlet et n’est pas Hamlet. Il est vrai-faux en s’identifiant à son personnage. Les acteurs de Valdez jouent eux-mêmes, à l’origine pour un public qui leur ressemble et ainsi ils contournent ce passage, qui semblait inévitable, de l’incarnation classique d’un personnage.

Bread and Puppet réussit aussi une certaine approche de la réalité mais par des moyens complètement différents car ce théâtre tient à transposer une situation lointaine, des personnages sans visages, sans nom dont nous ne connaissons que le pays où ils vivent, le Vietnam. En effet, Bread and Puppet demandant à ses acteurs de jouer des vérités universelles, de les illustrer par une sorte de jeux de mime accompagné d’une fable, échappe tout comme El Teatro Campesino à l’incarnation classique des personnages.

Continuer la lecture de « L’Avignon des jeunes. Un essai sur le rôle de la parole au Festival mondial de théâtre de Nancy (2/5) »