L’Avignon des jeunes. Un essai sur le rôle de la parole au Festival mondial de théâtre de Nancy (1/5)

L’exemple de deux troupes des États-Unis : Bread and Puppet Theatre et le Teatro Campesino 

Première partie: L’Avignon des jeunes : 1963-1979

 

Figure 1. Gravure par Roland Grünberg. Archives de Meurthe-et-Moselle, cote du document : 68J9.
Figure 1. Gravure par Roland Grünberg.
Archives de Meurthe-et-Moselle, cote du document : 68J9.

Le Festival mondial de théâtre de Nancy. L’entrée en scène du réel ou la politisation de la parole

Les années autour de 1968 sont l’occasion d’une intense remise en question de la culture et de son rôle dans la société. Ainsi les frontières séparant l’art et l’actualité tout comme l’art et la politique se redéfinissent. Le théâtre de cette période change son aptitude à représenter la réalité contemporaine ; il met sur la scène le monde ou plutôt cette facette de la réalité qui correspond à ses convictions. Le Festival mondial de théâtre de Nancy reflète les préoccupations de son époque. Entre 1963 et 1983, des troupes venues des quatre coins du monde confrontent des expériences théâtrales, des styles scéniques, des formes et des modes d’expression. Surtout elles viennent dire de partout que quelque chose est en train de se casser, que le « vieux monde » est usé, que la vie est à changer.

         Nous allons nous intéresser au Festival mondial de théâtre de Nancy, en nous attachant plus particulièrement à deux troupes américaines : Bread and Puppet et El Campesino[1]. Ce travail s’appuie sur la consultation des fonds de Mlle Christiane Michel des Archives départementales de Meurthe-et-Moselle et sur une interview de septembre 2008 accordée par le collaborateur du festival, Roland Grünberg.

Le texte est divisé en cinq parties, publiées en cinq posts successifs. Les deux premiers sont dédiés à un rapide historique du Festival mondial de théâtre de Nancy. Le troisième post à la position du festival dans les débats politiques mondiaux et locaux. La quatrième partie s’intéresse aux enjeux auxquels le festival se confronte dans les années 1970 avec la mise en cause de sa pérennité. Pour terminer, une analyse des procédés esthétiques utilisés par Bread and Puppet Theatre et le Teatro Campesino et au cours du mouvement festivalier dans son ensemble.

         Dans quelle mesure le Festival mondial de théâtre de Nancy est-il emblématique des ruptures apportées par 1968? Plus spécifiquement, d’abord sous l’angle d’une prise de parole par ceux qui en étaient jusqu’alors exclus ? Cette entrée en la matière nous amènera à nous interroger sur la préoccupation de ce théâtre qui décide de s’attaquer directement au réel et qui, pour représenter l’actualité passe par l’engagement politique et par la contestation. Il devient un théâtre qui milite, qui lutte. Après nous être attachés au caractère politique du festival, spécifique du contexte de son émergence, et de ses deux troupes américaines, nous observerons les moyens par lesquels s’expriment Bread and Puppet et El Campesino et en quoi consiste leur remise en cause du langage théâtral traditionnel.

Continuer la lecture de « L’Avignon des jeunes. Un essai sur le rôle de la parole au Festival mondial de théâtre de Nancy (1/5) »

Colloque Réécritures de l’Histoire en Europe centrale et orientale après 1989, l’intervention de Paul Gradvohl

« Moments et temps de la responsabilité face à la Shoah en Hongrie et en Pologne. De 1945 à Polin (Musée d’histoire des Juifs de Pologne) et au « Fils de Saul », un fait local à dimension mondiale. Ou les apories des visions nationales. » par Paul Gradvohl

Le Centre de recherche sur les cultures et littératures européennes (CERCLE) a organisé un colloque à l’Université de Lorraine, les 18 et 19 avril 2016, portant sur les perceptions et les représentations des événements majeurs des XIXe et XXe siècles à travers leurs nombreuses narrations. Ces dernières ont pris la forme d’ouvrages historiques mais sont également présentes dans la littérature, la presse, le cinéma, les arts plastiques et la musique. Ce colloque a pour ambition de montrer comment écritures et réécritures multiples ont eu un rôle dans la construction des imaginaires et des identités nationales en Europe et ce, jusqu’à aujourd’hui.

J’ai retenu une intervention en particulier, celle de Paul Gradvohl. Professeur de l’Université de Varsovie où il dirige le Centre de civilisation française et d’études francophones et maître de conférences à l’Université de Lorraine, sa communication était intitulée « Moments et temps de la responsabilité face à la Shoah en Hongrie et en Pologne. De 1945 à Polin (Musée d’histoire des Juifs de Pologne) et au « Fils de Saul », un local à dimension mondiale. Ou les apories des visions nationales. » Sa réflexion m’a paru bien montrer combien il est difficile d’écrire une histoire globale de la Shoah si l’on prend en compte les différents temps, acteurs, changements de frontières et de contextes politiques, et combien les questions de responsabilités sont compliquées à aborder à cause de ces discontinuités en partant de l’exemple des peuples hongrois et polonais pendant la Seconde Guerre mondiale.

Paul Gradvohl a tout d’abord souligné que la chronologie de cette guerre n’est pas la même pour les deux pays. La Pologne est, en septembre 1939, complètement occupée. Il n’y a donc plus d’Etat polonais, le gouvernement étant parti en exil. En Hongrie, Miklós Horthy gouverne reste régent même après l’occupation du pays par l’Armée allemande le 19 mars 1944. Il n’est remplacé à la tête de l’État par le chef du parti fasciste des Croix fléchées que le 16 octobre 1944. Et l’État hongrois se maintient même fin 1944 et début 1945 au contraire de la Pologne qui n’existe en tant qu’État que par son gouvernement en exil au moins jusqu’à l’été 1944 et l’arrivée des Soviétiques.

Continuer la lecture de « Colloque Réécritures de l’Histoire en Europe centrale et orientale après 1989, l’intervention de Paul Gradvohl »