L’Avignon des jeunes. Un essai sur le rôle de la parole au Festival mondial de théâtre de Nancy (4/5)

Quatrième partie:  Le Festival mondial de théâtre de Nancy et la réalité hors du théâtre

Le Festival mondial de théâtre de Nancy, la parole au peuple. La recherche d’un nouveau public et la décentralisation du festival

Dès 1968, le festival éclate (hors) les murs du théâtre de la place Stanislas, investit la ville toute entière : brasseries, cafés, bistrots, gymnases, ainsi on utilise comme scène de spectacle des lieux neutres, des lieux de la vie quotidienne. La ville se décrypte par le biais de la culture populaire qui réhabilite l’idée de polis ou d’agora où la rencontre et la démocratie peuvent se faire par la libre circulation dans la rue, enjeu primordial de réappropriation de l’espace public. Le Festival Mondial du Théâtre Universitaire descend dans la rue : la jeuneuse chasse le spectacle dans un fauteuil. Théâtre des interventions, terrain où on se réapproprie l’espace public, la rue constitue le carrefour privilégié des rencontres entre différentes formes d’expression artistiques et de contestations.

Grâce au Bread and Puppet, les festivaliers découvrent la rue comme espace du jeu. Archives de Meurthe-et-Moselle, côte du document : 68J9.
Grâce au Bread and Puppet, les festivaliers découvrent la rue comme espace du jeu. Archives de Meurthe-et-Moselle, côte du document : 68J9.

La décentralisation est le levier premier de cette démocratisation culturelle de l’espace et des pièces se jouent dans la banlieue nancéienne. Les Nancéiens sont alors loin d’être tous saisis par la fièvre théâtrale ; la majorité reste assez indifférente à ce qui se passe en leurs murs. Indifférents, sinon agacés par cette jeunesse qui bouge et porte (parfois) des cheveux longs.

Il faut en convenir, le festival n’est pas « populaire » au sens promu par Jean Vilar et son T.N.P. cela signifie qu’il ne vide ni les usines, ni les bureaux, ni les foyers où se reposent ceux qui les ont quittés. « Vient qui veut. Vient qui peut. Vient qui aime. » [1]

Continuer la lecture de « L’Avignon des jeunes. Un essai sur le rôle de la parole au Festival mondial de théâtre de Nancy (4/5) »

L’Avignon des jeunes. Un essai sur le rôle de la parole au Festival mondial de théâtre de Nancy (3/5)

Troisième partie:  1973 : la mise en cause de la poursuite du Festival mondial de théâtre de Nancy

Figure 9 bis

La parole en crise

Contrairement à El Teatro Campesino, Bread and Puppet Theatre dépasse le langage pour nous rendre directement sensible à la guerre du Vietnam. La troupe ne fait pas confiance à la parole « qui trompe et qui se trompe », qui déforme la réalité ou change son sens profond. Cette défiance face au langage est une réaction aux mots des théoriciens de la guerre, des journalistes qui ont réquisitionné le mot « théâtre » pour en faire le lieu des combats, le « théâtre de guerre » que ce soit en transformant le champ de bataille en lieu d’action que les spectateurs peuvent voir en déjeunant, en manipulant les photos de presse et la télévision. La guerre est devenue une suite d’actes se jouant sur le théâtre-monde, les soldats et leurs cibles : ses acteurs. Par réaction contre ce qu’il juge une dégradation d’un langage, Peter Schumann crée un théâtre souvent aussi silencieux qu’une œuvre sculptée, où les mots, lorsqu’il y en a, ne sont que des sous-titres, des à-côtés, du bruit. Le metteur en scène s’envole vers le Vietnam tout en restant là où se trouve la source du pouvoir. Il fait ce voyage par l’esprit, en lui donnant une réalité, en franchissant la distance qui le sépare de ce pays.

         Fire est dédié à Alice Herz, Norman Morrison et Roger Laporte qui se sont immolés pour protester contre la guerre. Un spectacle, à l’exception d’une scène, muet. Il économise les gestes jusqu’à les décomposer en signes. Cinq exécutants y baignent et sombrent dans un rêve. Ils restent sept jours dans un village vietnamien dévasté le dernier jour par un violent incendie.

Bread and Puppet est un théâtre qui veut montrer quelque chose aussi clairement qu’une théorie – un théâtre volontairement didactique, sans être terre à terre. C’est un théâtre qui donne à ceux qui y participent l’occasion de relier leur art et leur travail à un problème moral central. C’est encore un théâtre qui vise à être « aussi simple (et nécessaire) que du bon pain » (nous faisons référence au rituel du partage de pain des acteurs avec le public qui précède chaque spectacle) et recherche une morale aussi peu compliquée que celle des Évangiles et des contes pour enfants. Bread and Puppet Theatre tente sous forme théâtrale et à travers quelques phrases de cerner et résumer le conflit vietnamien et d’exprimer une théorie d’ensemble, globalisante, une « théorie » de la guerre menée au Vietnam que les artistes américains refusent.

Continuer la lecture de « L’Avignon des jeunes. Un essai sur le rôle de la parole au Festival mondial de théâtre de Nancy (3/5) »

L’Avignon des jeunes. Un essai sur le rôle de la parole au Festival mondial de théâtre de Nancy (2/5)

Deuxième partie: Une transformation dans la pensée sur la réalité et l’illusion.

Figure 7. El Teatro Campesino. Archives de Meurthe-et-Moselle, cote du document : 68J9.
Figure 7. El Teatro Campesino. Archives de Meurthe-et-Moselle, cote du document : 68J9.

Un théâtre qui s’attaque à la réalité

Le Festival mondial de théâtre de Nancy est un festival né hors des institutions théâtrales classiques, sensible aux tendances nouvelles et hanté par la question de son aptitude à représenter la réalité contemporaine, à mettre le monde sur la scène. Une transformation dans la pensée sur la réalité et l’illusion s’exprime alors dans l’esthétique théâtrale par des décors simples, symboliques, souvent schématisant le monde représenté. Jamais en trompe l’œil ; bien au contraire la machinerie théâtrale n’est plus cachée, on n’utilise plus de coulisses, ni de rideau, on laisse tout apparaître : les entrées et les sorties d’acteurs, les moments de changements de costumes, les déplacements de décors. Les artistes du théâtre se révoltent contre ce qu’ils considèrent comme les principes rigides du passé. Ce mouvement a commencé avec la Grande Réforme du début du XXe siècle et continue jusqu’aujourd’hui. Le théâtre se sépare peu à peu de ses signes conventionnels ; il exige d’utiliser un autre espace que la scène théâtrale sensu stricto, parfois des objets mais surtout des sujets issus de la réalité. Le théâtre dépasse les frontières entre la réalité et l’art, il abandonne les vieilles règles et conventions pour en instaurer de nouvelles, plus ouvertes, souples, parfois presque anarchiques.

Nous considérons que les représentations de Bread and Puppet et du Teatro Campesino sont un intermédiaire entre le vrai et le faux. Leur dramaturgie exprime une vision de l’auteur, du metteur en scène ou de l’acteur, le spectacle naissant de son opinion qui n’est ni vraie ni fausse. El Teatro Campesino essaye de s’approcher du réel. Cela passe, par exemple, par la présence des paysans qui jouent des paysans dans la troupe du Teatro Campesino. Ce dernier parvient à dépasser la double nature de l’acteur – personnage. Jusqu’à maintenant, de l’acteur et du personnage aucun n’était plus vrai que l’autre et ils étaient réunis dans la même personne. L’acteur est Hamlet et n’est pas Hamlet. Il est vrai-faux en s’identifiant à son personnage. Les acteurs de Valdez jouent eux-mêmes, à l’origine pour un public qui leur ressemble et ainsi ils contournent ce passage, qui semblait inévitable, de l’incarnation classique d’un personnage.

Bread and Puppet réussit aussi une certaine approche de la réalité mais par des moyens complètement différents car ce théâtre tient à transposer une situation lointaine, des personnages sans visages, sans nom dont nous ne connaissons que le pays où ils vivent, le Vietnam. En effet, Bread and Puppet demandant à ses acteurs de jouer des vérités universelles, de les illustrer par une sorte de jeux de mime accompagné d’une fable, échappe tout comme El Teatro Campesino à l’incarnation classique des personnages.

Continuer la lecture de « L’Avignon des jeunes. Un essai sur le rôle de la parole au Festival mondial de théâtre de Nancy (2/5) »

L’Avignon des jeunes. Un essai sur le rôle de la parole au Festival mondial de théâtre de Nancy (1/5)

L’exemple de deux troupes des États-Unis : Bread and Puppet Theatre et le Teatro Campesino 

Première partie: L’Avignon des jeunes : 1963-1979

 

Figure 1. Gravure par Roland Grünberg. Archives de Meurthe-et-Moselle, cote du document : 68J9.
Figure 1. Gravure par Roland Grünberg.
Archives de Meurthe-et-Moselle, cote du document : 68J9.

Le Festival mondial de théâtre de Nancy. L’entrée en scène du réel ou la politisation de la parole

Les années autour de 1968 sont l’occasion d’une intense remise en question de la culture et de son rôle dans la société. Ainsi les frontières séparant l’art et l’actualité tout comme l’art et la politique se redéfinissent. Le théâtre de cette période change son aptitude à représenter la réalité contemporaine ; il met sur la scène le monde ou plutôt cette facette de la réalité qui correspond à ses convictions. Le Festival mondial de théâtre de Nancy reflète les préoccupations de son époque. Entre 1963 et 1983, des troupes venues des quatre coins du monde confrontent des expériences théâtrales, des styles scéniques, des formes et des modes d’expression. Surtout elles viennent dire de partout que quelque chose est en train de se casser, que le « vieux monde » est usé, que la vie est à changer.

         Nous allons nous intéresser au Festival mondial de théâtre de Nancy, en nous attachant plus particulièrement à deux troupes américaines : Bread and Puppet et El Campesino[1]. Ce travail s’appuie sur la consultation des fonds de Mlle Christiane Michel des Archives départementales de Meurthe-et-Moselle et sur une interview de septembre 2008 accordée par le collaborateur du festival, Roland Grünberg.

Le texte est divisé en cinq parties, publiées en cinq posts successifs. Les deux premiers sont dédiés à un rapide historique du Festival mondial de théâtre de Nancy. Le troisième post à la position du festival dans les débats politiques mondiaux et locaux. La quatrième partie s’intéresse aux enjeux auxquels le festival se confronte dans les années 1970 avec la mise en cause de sa pérennité. Pour terminer, une analyse des procédés esthétiques utilisés par Bread and Puppet Theatre et le Teatro Campesino et au cours du mouvement festivalier dans son ensemble.

         Dans quelle mesure le Festival mondial de théâtre de Nancy est-il emblématique des ruptures apportées par 1968? Plus spécifiquement, d’abord sous l’angle d’une prise de parole par ceux qui en étaient jusqu’alors exclus ? Cette entrée en la matière nous amènera à nous interroger sur la préoccupation de ce théâtre qui décide de s’attaquer directement au réel et qui, pour représenter l’actualité passe par l’engagement politique et par la contestation. Il devient un théâtre qui milite, qui lutte. Après nous être attachés au caractère politique du festival, spécifique du contexte de son émergence, et de ses deux troupes américaines, nous observerons les moyens par lesquels s’expriment Bread and Puppet et El Campesino et en quoi consiste leur remise en cause du langage théâtral traditionnel.

Continuer la lecture de « L’Avignon des jeunes. Un essai sur le rôle de la parole au Festival mondial de théâtre de Nancy (1/5) »