Voyages en chansons dans la métropole lilloise au XIXe siècle

Sophie-Anne Leterrier, Université d’Artois

C’est au XIXe siècle que s’invente le voyage d’agrément, mais il ne devient pas aussitôt une pratique habituelle pour la majorité des Français, paysans et ouvriers. Pour eux, voyager, même à proximité, reste un événement, voire une aventure. On le voit quand on s’intéresse à des corpus locaux, dont celui des chansons en patois de Lille. Réunies en deux importants ensembles à la médiathèque de Lille, ces chansons datent pour la plupart du second Empire et des débuts de la troisième République. Elles sont écrites dans le cadre de sociétés, réunies dans un estaminet, par des ouvriers de l’industrie textile de la métropole, souvent illettrés. Ces chansons sont une formidable source de leur vie quotidienne et de leurs représentations du monde. Si l’on y recherche ce qui a trait au voyage, on voit combien le fait de quitter son monde familier suscite de craintes, de fantasmes, dont les chansons se font l’écho. On mesure aussi l’importance du service militaire dans l’ouverture des horizons[1] et celle de formes de sociabilité spécifiques, notamment la pratique orphéonique.

I – Les dangers du voyage

Statistiquement, les milliers de chansons en patois de la médiathèque Lévy parlent très peu de voyage. Comme le souligne à juste titre Laurent Marty (au sujet des ouvriers des fabriques de Roubaix) : « L’identité qui s’affirme dans la chanson est d’abord une identité ouvrière (…) Non moins affirmé est le caractère roubaisien de cette identité (…) on trouve très peu de récits venant d’ailleurs, soit imaginaires, soit relatant des événements extérieurs. »[2] Les chansonniers, même les plus cultivés, ne se produisent que dans la métropole et dans les villages voisins. Le plus renommé d’entre eux (Alexandre Desrousseaux) n’a jamais voulu renoncer au patois pour élargir son audience. Tout au plus s’est-il rendu à l’invitation de voisins du Pas-de-Calais, ce dont témoigne sa chanson Mon premier voyage à Arras (11 octobre 1857). Le localisme des chansons témoigne d’une réalité : l’ouvrier lillois n’a ni les moyens ni le temps de se déplacer hors de sa ville. Le coût des voyages lointains est exorbitant, la pratique en est réservée aux riches, comme le dit une chanson d’un certain Henri Delannoy, non datée, qui raconte l’histoire d’un homme devenu pauvre, qui fait tous les métiers, et se conclue ainsi :

« J’ raccommode des pindules / Et même les parapluies / Si j’ peux faire m’ fortune / J’irais vir du pays. »[3]

Quitter son quartier est rare, et l’on ne bouge que si l’on y est obligé. Dans nombre de textes, les petites expéditions se résument à des déconvenues dont on revient mal en point. Un Voyage d’agrément[4] évoque les mésaventures d’une bande de coqueleux, partis pour le marais de Lomme, mais victimes de leurs abus de boisson. Quelques années plus tard, Un Voyage à Dunkerque[5] évoque les mésaventures d’un Lillois, allé accueillir le président de la République à son retour de Russie, en 1898. Il faut une bonne raison pour voyager, une nécessité pressante, et ceux qui tentent l’aventure en sont souvent pour leurs frais. En 1858, Les Deux Cousins[6] se présente comme un dialogue entre un certain Jérôme et son cousin Narcisse, qui a tout vendu pour aller faire fortune à Paris, mais s’en est mordu les doigts. En 1878 une autre chanson, L’Voyage d’tros carpintiers[7], raconte les déconvenues de trois charpentiers récemment mariés, partis travailler en Belgique. Les voyages lointains sont plus rarement évoqués, mais dans le même esprit. Ainsi, Un Voyache au Java[8], conclut que pour voir de beaux objets venus du Japon, il vaut mieux aller à la cantine roubaisienne. En somme, la sagesse est de rester chez soi : ce genre de « morale », très courante dans les chansons (qu’elles parlent ou non de voyages) fait partie des conventions du genre.

II – La lente ouverture des horizons

Cette appréhension du voyage diminue progressivement, à mesure de l’ouverture du territoire par les chemins de fer, qui rendent les déplacements plus faciles et moins onéreux, à partir de la fin des années 1840. Une Chanson nouvelle[9] s’émerveille de la vitesse du train et conclut que bientôt « In partant d’ Lille d’un bon matin / On ira coucher à Pékin. » D’autres chansons témoignent des nouvelles opportunités que le train offre aux gens ingénieux. En 1842, dans Voyage de Lille à Boulogne[10], un certain Ignace raconte qu’il a voyagé pendant six mois en faisant dans chaque endroit un métier différent, et comme il en a tiré profit. La chanson évoque au passage des monuments historiques et des personnages célèbres, mais on voit bien que le but du voyage n’a rien de touristique. On se déplace pour trouver de quoi vivre, quand cela devient nécessaire. Bien d’autres chansons ne traitent du voyage que comme d’un prétexte à dénoncer la bêtise ou l’avarice des personnages évoqués. Mais toute une série de chansons fait l’éloge des « trains de plaisir », qui permettent aux travailleurs de voyager à bon marché, avec (déjà) des resquilleurs[11]. Le premier voyage de Lille à Dunkerque en train de plaisir a lieu le 28 juillet 1850. Alexandre Desrousseaux en rend compte dans Le Voyage à Dunkerque en train de plaisir[12] ; il évoque ce train plein de gens ravis d’aller voir la mer pour la première fois de leur vie, très impressionnés par ce spectacle, dont ils se souviendront longtemps.

Le train de plaisir permet au Lillois d’aller jusqu’à Paris[13], quand l’Exposition universelle en fournit l’occasion. Certains chansonniers lillois imaginent des occasions plus originales d’aller dans la capitale. Pendant la campagne d’Orient, l’un d’eux suppose que le tsar de Russie sera fait prisonnier et montré au jardin des plantes pour 18 sous[14], ce qui vaudra la peine du voyage. On retrouve ce thème de l’empereur exhibé, cette fois au théâtre du Petit Lazari à Paris, dans une autre chanson intitulée Départ pour l’Orient[15].

Cependant, le Lillois ne part jamais sans appréhension. Plusieurs chansons racontent ses malheurs, qui tiennent davantage du fantasme que de la chronique. Une Chanson nouvelle[16] de 1852 évoque la mauvaise farce faite à l’un d’eux par ses compagnons de train. Quinze ans plus tard, Le Voyage à Paris[17] raconte les mésaventures d’un autre, agressé par un singe qui s’en est pris à ses moustaches, au Jardin des plantes. L’année suivante une autre chanson[18]reprend ce thème. Il est aussi courant de s’émerveiller de la grandeur de Paris, de l’importance de ses monuments (surtout des traces des révolutions[19]) que de redouter l’expédition et de finir par l’éloge du pays natal. Alexandre Desrousseaux n’y manque pas, dans Le voyage à Paris en train de plaisir.[20] Plusieurs chansons expliquent que, parmi les inconvénients du voyage, il y a celui de laisser sa femme seule, ce dont elle profite pour faire des bêtises, vendre le mobilier et décamper avec le fruit de la vente (L’ voyage d’ Petit-Pierre, de Désiré Fleurquin ; L’Voyage à Paris, de Jean Derose ; Un voyage d’agrémint, de Victor Laga). Comme la peur de « l’ailleurs » et l’éloge de « l’ici », ces propos misogynes font partie des lieux communs des chansons.

III – Exils et campagnes lointaines

Ce citadin effarouché de sortir de chez lui, qui parle dans les chansons en patois de Lille est en effet un patriote ardent, mais qui répugne à quitter sa petite patrie. Dans Les Emigrants[21], l’auteur, Théodore Cordonnier, explique que maintenant les gens prennent le bateau pour l’Amérique, croyant faire fortune, mais qu’ils se font des idées. Il faut être fou pour s’exiler, devenir bohémien, trimer comme un galérien, et risquer de périr en mer.

D’une façon générale, le Lillois n’a pas beaucoup plus d’enthousiasme pour les déplacements lointains que peut occasionner le service militaire. Il craint plutôt de tirer un mauvais numéro et de devoir abandonner son environnement familier – comme la plupart de ses compatriotes d’ailleurs[22]. Ce dégoût est très sensible dans les chansons, dont plusieurs témoignent des malheurs du soldat.[23] Pourtant la « grande patrie » n’est pas absente des chansons. La plupart comprennent un couplet d’exaltation patriotique ; l’éloge de l’armée et de ses victoires est récurrent. La plupart des chansons « militaires » commentent l’actualité à travers l’artifice de lettres envoyées par des conscrits à leur amoureuse restée au pays, ou à leur mère, femmes aussi ardentes patriotes et aussi belliqueuses qu’eux[24]. Desrousseaux consacre l’une de ses chansons à ces « Conscrits de l’an 56 »[25], dont il fait un rappel des faits héroïques anciens et une promesse de nouveaux déboires pour les Russes. Dans certains cas cependant, l’engagement fournit au conscrit une occasion de voyager, et le désir de voir du pays peut être un stimulant[26]. Dans Un Lillois de retour du Tonkin[27], l’auteur conclut : « Pour finir pour mi ch’ t’ eun’ gloire / J’avos jamais voyagé. »

 

IV – La musique qui fait voyager : orphéons et concours

Il existe une autre occasion de voyager qui ne suscite, elle, que des commentaires enthousiastes : c’est celle qu’offre l’appartenance à des orphéons, la participation aux festivals et surtout aux concours. « Les orphéonistes sont parmi les premiers hommes du peuple qui peuvent s’en aller respirer d’autres odeurs, voir d’autres visages. »[28] C’est particulièrement vrai dans la région du Nord et du Pas-de-Calais, une des plus actives sur le plan musical. Des 85.000 ouvriers des mines du Bassin du Nord, les mineurs musiciens sont les seuls à pouvoir rompre avec le rythme immuable de la fosse et le ghetto du coron[29]. Dans la deuxième moitié du XIXe siècle, la plupart des sociétés orphéoniques se font un point d’honneur de participer à ces concours, dont les prix leur valent une vraie renommée locale. C’est notamment le cas de la célèbre société des orphéonistes lillois, les Crick-Mouils.

Ils sont au départ dix-sept compères, sapeurs-pompiers de Lille, « Francs-buveurs, rigolos de l’amitié »[30] qui se réunissent trois fois par semaine et chantent à la cantonade des airs traditionnels. En 1838, ils vont à un concours orphéonique en Belgique et en reviennent transportés, se mettent à déchiffrer des chœurs à plusieurs voix. En 1848, la société quitte le corps des sapeurs-pompiers, et devient une formation d’élite, qui participe régulièrement aux concours nationaux, souvent avec succès[31]. Ces concours ne sont pas très fréquents (moins d’un par an en moyenne), ont surtout lieu dans la région, soit en France, soit en Belgique, à quelques exceptions près, dont Paris, où les orphéonistes se rendent à l’occasion des expositions universelles. Alexandre Desrousseaux leur consacre trois chansons : L’garchon Girotte au concours de Troyes, une chanson d’actualité[32], datée du 1er juin 1851, qui s’inscrit pleinement dans la tradition des chansons de voyage. La deuxième chanson, Les Criks-Mouls[33], est un portrait de groupe. La troisième s’intitule La Rentrée d’un concours[34] ; c’est une pasquille, donc un poème narratif sans musique, qui évoque une formation revenant d’un concours, accueillie avec enthousiasme par ses compatriotes. Les musiciens sont fiers et heureux,

« Mais l’un d’euss’, pour tout dir’ vraimint / N’intind point du tout ch’ complimint,  / Car, in honnêt’ pèr’ de famille / I tient dins ses bras s’petit’ fille, / Et l’bajote avec tant d’ardeur/ Qu’on jur’rot là, parole d’honneur, / Qu’il arrive du fin fond d’Afrique / Ou d’ l’Amérique, / Et qu’i n’ l’a point vu’ d’puis six mos / Eun’ petit’ fos… ». Une autre petite fille, au contraire, tremble parce qu’elle doit remettre un bouquet à un orateur : « Pauvre infant ! autant qu’un conscrit / Qui vient d’quitter ses pères et mères / Et parte pour l’armé’ d’la guerre / Elle a l’air tout triste… Elle a peur… » Comme on le voit à ces extraits, le voyage ne se limite pas au déplacement spatial : il est le nom de ce qui arrache au familier, l’épreuve, le dépassement de soi. Le voyage de l’orphéoniste ne diffère pas essentiellement de l’épopée lointaine du militaire aux yeux du chansonnier lillois.

Ce petit parcours dans le corpus des chansons en patois de Lille montre que le voyage reste, jusqu’à la fin du XIXe siècle, une aventure pour l’homme du peuple qui le tente. Il faut faire la part des conventions du genre : les chansons expriment l’amour de la petite patrie et l’appréhension de l’inconnu, se font le véhicule de valeurs conservatrices (« Où est-on mieux qu’au sein de sa famille ? »). Mais on y trouve cependant nombre d’indices de l’élargissement progressif des horizons physiques et mentaux de l’ouvrier de la métropole lilloise, que permettent les innovations techniques (les trains de plaisir) et les mutations sociales (le mouvement orphéonique). Ces modestes archives du peuple, encore si peu explorées, ont bien des choses à nous apprendre.

Sophie-Anne Leterrier, Université d’Artois, EA 4027 CRHES.

Les chansons évoquées dans cette communication n’ont jamais été  enregistrées, mais plusieurs autres chansons de ce fonds sont audibles sur le site de Christian Declercq, « Archives du folk en nord-pas de calais« .

[1]. Importance soulignée par Eugen Weber, La Fin des terroirs, la modernisation de la France rurale 1870-1914, Paris, Fayard, 1983.

[2] L. Marty, Chanter pour survivre, Culture ouvrière, travail et technique dans le textile, Roubaix 1850-1914, Fédération Léo Lagrange, Imprimerie artésienne, Liévin, 1982, p. 176.

[3] . Chanson nouvelle en patois de Lille, de la Société des Amis réunis de la Liberté, par Henri Delannoy. Pour des raisons de longueur, je dois ici renoncer à la plupart des citations tirées des chansons. Le lecteur intéressé pourra se reporter à la version longue de cet article sur mon site (www.sophieanneleterrier.fr).

[4]. Un Voyage d’agrément, par les Coqueleux de Ronchin, de la Société des Sans-pitié, sur l’air du « Petit Quinquin » (d’A. Desrousseaux), signé César Latulupe, 1891.

[5]. Un Voyage à Dunkerque, de la Société des Rouges-nez, sur l’air de : « Tout mince » ou « Je le conserve pour ma femme », signée H. Fournier, 1898.

[6]. Les Deux Cousins, de la Société des Bons-Enfants, sur l’air : « De moi ne soyez pas surpris si j’amène ici ma maîtresse », anonyme, 1858.

[7] . L’Voyage d’tros carpintiers, de la Société du Cheval d’osier, signée Théodore Cordonnier, sur l’air du verglas, 1878.

[8]. Un Voyache au Java, de la Société des Amis réunis chez Jean Pieu, sur l’air des Pochards de la Glacière, signée Achille Broutin, non datée.

[9] . Chanson nouvelle, de la Société du Grenadier lillois, non datée.

[10] . Voyage de Lille à Boulogne, par un marchand d’allumettes chimiques, de la Société du Grand Saint-Esprit, sur l’air : « Veux-tu venir Catherine avec tes wigeaines », anonyme, 1842.

[11] . Chanson nouvelle, par les Amis réunis à l’estaminet de Saint-Amand, sur l’air du désespoir, signée Joseph Henri Lalau, non datée.

[12]. A. Desrousseaux, « Le Voyage à Dunkerque en train de plaisir », dans Œuvres complètes (ci-après O.C.), vol. 1, p. 126.

[13]. Par exemple Le Chemin de fer parisien, société des Amis réunis, sur l’air : « Courez filles et garchons », de Victor Bloum, 1877.

[14] . L’Bochu Franços sur les affaires d’Orient, chanson nouvelle en patois de Lille, par la Société des Amis réunis de la Liberté, sur l’air de La foire de Lille, 1855.

[15] . Départ pour l’Orient, chanson nouvelle en patois de Lille, par la Société du Bonnet, 18 février 1855.

[16] . Chanson nouvelle de la Société de la Liberté, sur l’air de la Cendrillon, 1852.

[17] . Le Voyage à Paris, des Enfants chinois, sur l’air du « Voyage à Dunkerque », signée G. Bizard, 1867.

[18] . Chanson nouvelle, de la Société des Amis réunis des petits couteaux, signée D.F., 1868.

[19] . Voir par exemple la Chanson nouvelle, de la Société du Grenadier lillois, sur l’air : « Abd-el-Kader quoich’ qu’te pinse » (probablement postérieure à 1848), anonyme, non datée.

[20]. A. Desrousseaux, « Le Voyage à Paris en train de plaisir », dans O.C., vol. 1, p. 28.

[21]. Les Emigrants, chanson de la Société des Anti-émigrants, sur l’air des Pious-pious d’Auvergne, par Théodore Cordonnier, 1889.

[22]. Odile Roynette, Bons pour le service, l’expérience de la caserne en France à la fin du XIXe siècle, Paris, Belin, 2000, p. 29.

[23]. Par exemple « Le Petit chez les Zoulous », chanson de la société de la Raie mouchetée, sur l’air du Petit Jésus ou du Loup, par C. Brochet, 1880.

[24] Par exemple « Lettre de Popold à sa fiancée Marie-Claire », citée par Pierre Pierrard, Chansons populaires de Lille sous le second Empire, réed. 1998, p. 86.

[25]. Desrousseaux, « Les Conscrits de l’an 56 », dans O.C. vol. 3 p. 5.

[26]. Par exemple Campagne d’Italie, chanson nouvelle de la Société de la Liberté, sur l’air des Bonnes gens de Saint-Sauveur, par Edouard Prévos, 1860.

[27] . Un Lillois de retour du Tonkin, société les Tonkinois, air du Garchon d’Lille, signé H.D., 1886.

[28]. Philippe Gumplowicz Les Travaux d’Orphée, Deux siècles de pratique musicale amateur en France (1820-2000), Paris, Aubier, 2e édition 2001, p. 151 sqq. « Les voyageurs de l’orphéon. »

[29]. André Lebon, Petite histoire des sociétés de musique populaire dans le Nord de la France, Escaudain, p. 29.

[30]. Ibid., p. 76.

[31] . Cf. André Gaudefroy, La Société des orphéonistes lillois Crick-Mouils, Lille, 1896.

[32]. Desrousseaux, L’ Garchon Girotte au concours de Troyes, sur l’air : Non, je n’prendrai pas un mari, dans O.C. vol. 1 p. 150.

[33] . Desrousseaux, Les Crik-Mouls, dans O.C. vol. 3 p. 132.

[34]. Desrousseaux, La Rentrée d’un concours, O.C. vol. 5 p. 24.

From Voyager to Migrant, Foreigner to Refugee: Strange Selves or Those Who are Strangers to Other Selves

Defne Türker Demir, Lunéville, juin 2017

Sven Lindqvist’s ‘Exterminate All the Brutes’ is a travel narrative par excellance, with five different journeys interwoven; the author’s actual journey in Africa, the author’s journey into his own past, and the author’s journey into the colonial enterprise constitute the contemporary travels depicted in this work. Whereas Lindqvist’s references to Joseph Conrad’s actual journey into colonised Africa, and finally the journey in Joseph Conrad’s best known work The Heart of Darkness -to which the title of Lindqvist’s  book is a reference- complete the list. Lindqvist survives all these journeys to tell them, whereas in Conrad’s The Heart of Darkness, the anti-hero, Kurtz is undone. Kurtz is destroyed spiritually by his travel into “the Heart of Darkness” that is Africa, “the dark continent”. His white man’s burden, the duty of the “civilised” European to “enlighten” the Africans and save them from savagery, has proven too much of a challenge for Kurtz. Instead Kurtz has gone native. Just before his imminent demise, he is disgusted by the people he was supposed to save and says: “Exterminate All the Brutes’”. To Kurtz the African is a mere animal, and has to be destroyed, since his own attempts to rehabilitate them has resulted in his own debilitation through long exposure to the continent he deems dark and the savage people that inhabit it. Kurtz’s deification stands as living proof of his failure.

Sven Lindqvist’s ‘Exterminate all the Brutes’ is a travel narrative that could all in all be read as the comprehensive history of the nineteenth century colonial enterprise. The author’s travel into the heart of Sahara serves as a frame to his historical research that traces the roots of imperialism and racism in Western thought and practice. Hence, Lindqvist’s geographical and linear movements in space are subtexts to a journey backwards in time, a journey that is further enhanced by brief introspective memories of childhood and hallucinatory, nightmarish visions. Along with his heavy suitcase and his computer, fear accompanies Lindqvist in his journey. Lindqvist associates the act of travelling with fear to such an extent that he asks himself the following question:

 « Why do I travel so much when I am so terribly frightened of travelling? Perhaps in fear we seek an increased perception of life, a more potent form of existence? I am frightened, therefore I exist. The more frightened I am, the more I exist?  » (5)

In addition to the First and the Second World wars that caused mass upheavals in terms of population movements, the end of the colonial era ushered in its own multiplicity of dislocations, as the peoples of the former colonies started flocking from the periphery into the colonial centres. Today, on the other hand, while peoples are taking the dangerous journey towards the EU by sea and by land, rampart fear reigns on both sides of the divide. With civil wars wreaking havoc in Central Africa and the Middle East, the overall situation was dubbed “the worst migrant crisis since the WWII” by The New York Times in 2015. On the whole, gaining impetus with “The  War to End all Wars” the 20th century witnessed an unprecedented flow of peoples, and the 21st is already marked not only by civil disturbances, but also the resultant migrations.

Schrodinger’s immigrant

Whereas the individuals taking the leap from the periphery into the centre construct new subjectivity positions, not only the centre, but the periphery itself is transformed in the process. Likewise, Salman Rushdie’s book title Imaginary Homelands aptly suggests that the periphery cannot remain static, but is re-inscribed as part of a dream vision for those who have left, while it is perpetually re-imaged and re-imagined. Consequently, the phantom homelands or phantom-ness of homelands are perpetually interrogated by migrants and refugees.

Continuer la lecture de « From Voyager to Migrant, Foreigner to Refugee: Strange Selves or Those Who are Strangers to Other Selves »

Sur les traces du passé dans le Voyage à Astrakan et sur la ligne du Caucase de Jean Potocki

par Stanislaw Fiszer, maître de conférence à l’université de Lorraine, HDR

Pour comprendre la prédilection de Jan (Jean) Potocki pour d’autres cultures, parfois très éloignées de la sienne, il faut d’abord citer quelques faits les plus importants de sa biographie. Il est né en 1766 en Podolie, entre le monde chrétien et le monde musulman de l’Empire turc, entre l’Europe et l’Asie. Ce grand seigneur polonais et cosmopolite imprégné de la culture française, connu avant tout comme l’auteur du Manuscrit trouvé à Saragosse, a joué sa vie durant plusieurs rôles et rempli de nombreuses fonctions au tournant du siècle de Lumières : officier de l’armée polonaise, député à la Grande Diète (1788-1792) et ministre de l’Éducation, il est témoin oculaire des deux derniers partages de la Pologne, des révolutions batave et française, des guerres napoléoniennes. D’abord au service du roi de Pologne, Stanislas-Auguste Poniatowski, il épouse, après la disparition de son pays natal en 1795, les intérêts de la Russie de Paul Ier et d’Alexandre Ier. En diplomate, émissaire, scientifique[1], explorateur passionné, il parcourt des pays et des contrées d’Europe (Angleterre, Pays-Bas, France, Espagne), d’Afrique (en particulier l’Egypte et le Maroc) et d’Asie (Turquie, Sibérie, Mongolie). Le fruit de ces périples, les récits de voyage, font de lui l’un des premiers écrivains de ce genre à l’époque moderne.

Jan Potocki, Manuscript found in Saragossa, Penguin classics, 1996

De mai 1797 à avril 1798, Potocki accomplit un grand circuit qui part de Moscou, passe par Astrakhan et le Caucase pour aboutir en Crimée. La relation quasi quotidienne qu’il écrit alors est un véritable récit de voyage découpé en chapitres. Il date systématiquement, « comme les navigateurs »[2] selon ses propres paroles, chaque notation et chaque étape de ce périple. D’après le calendrier julien en vigueur dans la Russie tsariste jusqu’à la révolution d’Octobre, il quitte Moscou le 15 mai 1797 (le 27 mai)[3], pour arriver à Astrakhan le 9 juin (le 21 juin), le 29 septembre (le 12 octobre) il est à Kizliar, ville de Daghestan, située dans la delta du fleuve Terek qui se jette dans la mer Caspienne, le 18 novembre (le 30 novembre) il atteint Mozdok, ville d’Ossétie du Nord et le 15 décembre de la même année (le 27 décembre) il parvient à Georgievsk, au centre du Caucase du Nord. Le 9 mars 1798 (le 21 mars), Potocki visite les ruines de Madjar, ancienne localité des Tatars, pour revenir à Georgievsk le 7 avril (le 19 avril). Dix jours plus tard il est déjà à Ekaterinodar (aujourd’hui Krasnodar), située sur le fleuve Kouban, le 21 avril (le 3 mai) il parvient à Taman, village (stanitsa) des Cosaques sur la péninsule de Kertch, enfin le 27 avril (le 9 mai), il franchit le détroit de Kertch qui le sépare de la Crimée.

Continuer la lecture de « Sur les traces du passé dans le Voyage à Astrakan et sur la ligne du Caucase de Jean Potocki »

« Exposure », by Defne Turker Demir

Les ateliers d’été de l’Institut d’histoire culturelle européenne Bronislaw Geremek, qui ont eu lieu au Château des Lumières de Lunéville les 11, 12 et 13 juillet 2016, avaient pour thème: Objet(s)

Defne Turker Demir, professeure assistante en littérature occidentale à l’université Kültür d’Istanbul, s’interroge sur la perception et l’expérience de la violence à travers les écrans.

Exposure: Can Experience Materialise through Dematerialisation?

Objects or their Lack within a Simulation

This paper is the outcome of a mental exercise, stemming from questions and “what ifs”  intending to enumerate questions in a Postmodern fashion, instead of trying to provide answers. The initial premise is “what if it were possible to expose the people in the West/ the Global North/ the First World, that is the inhabitants of privileged societies, to the conditions of war the rest of the world populations are no strangers to?” Then this would constitute an attempt to immerse individuals in an experience the likes of which are taking place today around the globe, and lately even more so in the Middle East. In the aftermath of the final attacks in Paris, Brussels and finally Nice, it would perhaps be easier to create a simulation of loss and a sense of catastrophe, based on an ever increasing appraisal of mayhem and chaos, since the people in the Global North are no longer mere spectators to these multiple tragedies, but they have become victims, too.

Today, our contemporary appraisal of reality still depends mainly on the information gathered from the visual modes of media. Yet, is the modality, frequency, and plurality of our visual exposure to violence making us shrug our shoulders and turn our heads in disgust from the computer or the television screen? When we are exposed to the visuals of carnage and brutality, are those imploding images overloaded with significance or already deflated, normalised, reduced to third page news? Since we started watching wars real-time, in sync with the actuality of the action as early as the First Gulf War on television, having become practiced in munching popcorn in our cosy sitting rooms as bombs hit the cities of Iraq, have we learned to override visual stimuli of violent content because of overexposure? Are our categories of fact and fiction lay equated as a result of the frequency of our exposure to, and the concurrent normalisation of brutality, be the violence factual or fictional, real-time or Hollywood time? Hence, the virtual images of the real on the television or computer screen have become a mere white noise to the reality of gulping down our mugs of camomile tea snuggling in our comfortable sofas.

Consequently how can we establish the Brechtian alienation[1], the sense of strangeness, the psychic distance that will allow us to get shocked by the images on the white screen? Or how to realise, materialise or solidify experience, if not through visual exposure? How would people feel if they were left in the dark, physically and metaphorically? If they were made to feel alone, isolated in an uncanny atmosphere, unknowing and unknown? Will they then strive harder to make sense of the reality, if the stimuli is audial and not visual? Will the spatial alienation and a different coding of stimuli result in a stronger sensation?

Continuer la lecture de « « Exposure », by Defne Turker Demir »

Ateliers d’été 2017 à l’IHCE: Voyages et voyageurs

Du 22 au 24 juin 2017 ont eu lieu les ateliers d’été de l’Institut d’histoire culturelle européenne, au Château des Lumières, à Lunéville. Le thème portait sur les « Voyages et voyageurs ».

Voyages et voyageurs, appel à communication

Les sciences humaines et sociales, les études littéraires se sont tôt emparées du thème des voyages. Logiquement puisque la littérature de voyage, des « expéditions » au bout de son jardin jusqu’aux odyssées, constitue un genre à part entière composé de dizaines de milliers d’oeuvres, en toutes langues et de tous les siècles. Le regard du voyageur sur l’Autre réside quant à lui au coeur des analyses de l’anthropologie et l’ethnologie. Les questions de l’acculturation, des échanges et des « transferts » culturels, des regards croisés, ne pouvaient qu’amener les historiens culturels vers les récits de voyages. Ainsi, Sylvain Venayre a récemment exploré les mille et une routes de l’aventure et interrogé les émotions nées du voyage ou de la lecture de récits de périples ; Nile Green a exploré les sources voyageuses dans un vaste espace compris entre la Turquie et la Malaisie.

Ce champ d’étude a donc été sillonné par de très belles analyses. Les Ateliers d’été 2017 de l’IHCE proposent de poursuivre cette aventure de la recherche en SHS. Tout type de voyage (y compris imaginaire), tout espace et toute période peuvent faire l’objet d’une communication. Les buts des voyages se révèlent de nature très différente et le carnet écrit du voyageur ne constitue pas, loin de là le seul vecteur de récit : les études sur les guides de voyage, les images (celles de livres de photographies, par exemple), la bande dessinée, le road movie, …, voire sur les festivals de voyageurs (Etonnants voyageurs, fondé par l’écrivain Michel Le Bris a lieu chaque année à Saint Malo depuis 1990) sont les bienvenues. En revanche, tout en étant conscient de l’importance historique et humaine des déplacements forcés de populations, de migrations imposées par les persécutions, la guerre, la misère ou les changements climatiques, nous pensons ne pas pouvoir inclure l’étude de ces phénomènes, sauf peut-être par le biais d’études du nouveau « tourisme humanitaire ».

Les communications seront publiées sur le carnet d’hypothèses Histoires, culture et connexion durant l’été 2017.

Ci-dessous une bibliographie non exhaustive sur le voyage, et notamment sur le thème « Voyages et gastronomie »

*BnF : http://www.bnf.fr/documents/biblio_tourisme.pdf
*Une bibliographie des voyages, sur le site du Centre de recherche sur la littératures des voyages : http://www.crlv.org/index/bibliographie-des-voyages
*Une recension d’ouvrages récents sur les « gourmands voyageurs » :
http://happy-apicius.dijon.fr/gourmands-voyageurs/

TOURISME ET GASTRONOMIE

*Jean-Yves Andrieux et Patrick Harismendy (dir.), L’Assiette du touriste, le goût de l’authentique, Rennes/Tours, PUR / PUFR, 2013.
*Jacinthe Bessière (dir.), « Gastronomie de terroir & tourisme », Espaces, n° 242, novembre 2006.
http://www.tourisme-espaces.com/doc/5061.gastronomie-terroir-tourisme.html
*Jacinthe Bessière, Innovation et patrimoine alimentaire en espace rural, Quae, 2012.
*Sophie Bessis (dir.), Mille et une bouches. Cuisines et identités culturelles, Paris, Autrement, coll. “Mutations/Mangeurs”, n°154, 1995.
*Priscilla Boniface, Tasting Tourism. Travelling for Food and Drink, Londres/New York, Routledge, 2003.
*Julia Csergo et Jean-Pierre Lemasson (dir.), Voyages en gastronomies, Paris, Autrement, « Mutations », 2008. http://www.cairn.info/voyages-en-gastronomies–9782746712188.htm
*Frédéric Duhart, « Manger aux eaux. Réflexions sur les pratiques alimentaires et culinaires dans les contextes thermaux (XVIe
-XXe siècles) », en ligne sur le site de l’OCHA
http://www.lemangeur-ocha.com/texte/manger-aux-eaux-reflexions-sur-les-pratiquesalimentaires-et-culinaires-dans-les-contextes-thermaux-xvi-xxemes-siecles/
*Sally Everett, Food and Drink Tourism. Principles and Practice, Londres, Sage, 2016.
*Priscilla P. Ferguson, Accounting for Taste. The Triumph of French Cuisine, Chicago et Londres, The University of Chicago Press, 2004 ; voir notamment le chap. 5 « Consuming Passions », p. 149-186.
*Philip Sloan, Willy Legrand et Clare Hindley (dir.), The Routledge Handbook of Sustainable Food and Gastronomy, Abingdon/New York, 2015, chap. 7 « Culinary tourism », dont par exemple Sonia Ferrari et Monica Gilli, « Authenticity and experience in sustainable food tourism », in p. 315-325.
*Didier Francfort et Denis Saillard (dir.), Le Goût des autres. De l’expérience de l’altérité gastronomique à l’appropriation (Europe, XVIIIe
–XXIe siècles), Presses universitaires de Nancy / Editions universitaires de Lorraine, 2015.
M. Gibson et C. Tang, « Indigenous people and their foods. A valuable contribution to tourism destination development. Evidence from Lijiang, China”, in Norzuwana Sumarjan et al. (dir.), Hospitality and Tourism, Londres, CRC Press, 2014, p. 385-389.
*Anne-Mette Hjalager and Greg Richards (dir.), Tourism and Gastronomy, Londres/New York, Routledge, 2002 et 2011 dont G. Richards, «Gastronomy. An Essential Ingredient in Tourism Production and Consumption », p. 3-20 et A-M. Hjalager, « A typology og gastronomy tourism », p. 21-35.
*Jean-Pierre Lemasson (dir.), « Tourisme gourmand », Teoros. Revue de recherche en tourisme, 25-1, 2006. http://teoros.revues.org/114
*Lucy M. Long (dir.), Culinary Tourism. Eating and Otherness, numéro spécial de Southern Folklore, vol. 55, n° 3, 1998, dont Lucy M. Long, « Culinary Tourism. A Folkloristic Perspective on Eating and Otherness », p. 181–204.
*Lucy M. Long (dir.), Culinary tourism, Lexington, University Press of Kentucky, 2004.
*C. Michael Hall et Richard Mitchell, « Gastronomic tourism. Comparing food and wine tourism experiences », in Marina Novelli (dir.), Niche tourism. Contemporary issues, trends and cases, Oxford, Butterworth-Heinemann, 2005, p. 73-88.
*C. Michael Hall, Liz Sharples, Richard Mitchell, Niki Macionis et Brock Cambourne (dir.), Food Tourism around the World. Development, management and markets, Londres/New York, Routledge, 2003.
*Victor T. C. Middleton et Jackie R. Clarke, Marketing in Travel and Tourism, Oxford, Butterworth-Heinemann, 2001.
*Philippe Poirrier, « Dijon, ville d’art et capitale de la gastronomie. L’invention d’une image urbaine (1919–1935) », in French Cultural Studies, August/November 2014, vol. 25, p. 357- 365.
*Nicolas Raduget, La mise en valeur du patrimoine alimentaire de la Touraine au XXe siècle, thèse sous la dir. de Jean-Pierre Williot, Université de Tours, 2015.
*Erik Wolf, Culinary Tourism. The Hidden Harvest, Dubuque, Kendall/Hunt, 2006.

Les instruments au service du free jazz : de l’anti-académisme au symbolisme, par Lucas Le Texier

Les ateliers d’été de l’Institut d’histoire culturelle européenne Bronislaw Geremek, qui ont eu lieu au Château des Lumières de Lunéville les 11, 12 et 13 juillet 2016, avaient pour thème: Objet(s)

Dans ce cadre, Lucas Le Texier avait présenté une communication très éclairée sur le free jazz et ses instruments. Cet article se lit, mais s’écoute également!

Au cours de la deuxième moitié des années cinquante, les musiciens de jazz répondent à leur envie de nouveauté musicale de trois manières : le hard-bop, idéalement illustré par l’orchestre d’Horace Silver et d’Art Blakey, les « Jazz Messengers ». Le groupe puise avant tout dans le blues et dans l’expressivité lors de leur chorus ; le jazz modal, avec le premier quintet de Miles Davis, qui se caractérise par  une simplification des thèmes et une réduction du nombre d’accords au sein des grilles ; enfin, le free jazz. Bien que plus difficile à définir en raison de son polymorphisme[1], plusieurs éléments peuvent nous aider à le caractériser[2] :

  • Abandon, réappropriation et déstructuration des standards de jazz pour y préférer des climats et des ambiances sonores ;
  • Pulsation libre et polyrythmies favorisées ;
  • Rejet de la tradition académique de la pratique instrumentale ;
  • Rôles nouveaux des instrumentistes et fin du clivage solistes/harmonistes/rythmiciens ;
  • Mise en avant de nouvelles sonorités et d’instruments.

C’est donc ce que nous proposons de parcourir ici, en étudiant plus spécifiquement la première avant garde du free jazz, à la jonction entre la fin des années cinquante et le début des années soixante. Il est question de montrer les différents instruments et les effets qui s’entrechoquent, et comment ceux ci vont être perçus par la critique parisienne. De l’anti-académisme, qui regroupe les nouveaux procédés techniques, au symbolisme, c’est-à-dire aux tentatives de légitimations opérées par les intermédiaires culturels pour cerner et comprendre la freemusic.

Continuer la lecture de « Les instruments au service du free jazz : de l’anti-académisme au symbolisme, par Lucas Le Texier »

Notes sur les objets du tabac dans l’Empire ottoman, par Alain Servantie

Les ateliers d’été de l’Institut d’histoire culturelle européenne Bronislaw Geremek, qui ont eu lieu au Château des Lumières de Lunéville les 11, 12 et 13 juillet 2016, avaient pour thème: Objet(s)

Alain Servantie, membre de la Société Belge des Études Orientales et de la Société Asiatique, nous livre un éclairage passionnant sur les modes de consommation du tabac et sur les objets qui lui sont liés dans l’empire Ottoman, à travers des textes du 19e siècle.

Le café, opiat, tabac, pétun, opium,
Voilà cinq produits qui nous rendent heureux
.[1]

 

1.          Introduction sur l’histoire du Tabac dans l’empire Ottoman

On sait que le tabac, découvert sur Hispaniola par Christophe Colomb, a rapidement été diffusé par les marins dans tous les ports qu’ils fréquentaient. Le tabac aurait été introduit dans l’empire Ottoman autour de 1580, par les marins vénitiens, génois, anglais, et vendu comme médicament[2]. Tôt il eut beaucoup de succès chez les ulémas et les grands de l’Etat, et dans les cafés, il y avait « tellement de fumée qu’on ne pouvait plus se voir. Sur les marchés et les places, les pipes ne tombaient plus des mains. À expirer sans cesse, l’odeur s’est répandue dans les marchés et les quartiers, et on a écrit et récité partout des poèmes stupides », note l’historien Peçevi[3]. Aux 17-18e siècles, plus de quatre-vingt-dix traités ont été écrits dans l’empire ottoman, en arabe ou turc, sur les avantages, les inconvénients du tabac, et l’attitude religieuse à avoir à son égard. Trois seulement ont été traduits dans des langues occidentales. Ahmed al- Rûmî el-Akhisarî, dans le Traité du Tabac écrit vers 1630[4] et Kâtip Çelebi, dans  La balance de la vérité , écrit en 1656, estiment, comme Peçevi[5], que le tabac répand de mauvaises odeurs, est mauvais pour la santé, cause des incendies ; d’un autre côté à son avantage, on peut supposer qu’il favorise le sommeil, réduit l’humidité. Le sultan Murat IV, en 1633, suite à un incendie attribué aux tabagies des cafés, les fit fermer et instaura la peine de mort contre les fumeurs, les faisant pendre une pipe passée par le nez ou dans la bouche, ou une blague à tabac pendue au cou[6].

En tout cas rien dans le Coran ne permet de le prohiber, ce qu’a endossé une fatwa du Cheykh-ül-islam Bahâî Mehmet Efendi en 1649. Toutefois l’utilisation en turc du mot « boire » (la fumée) pour signifier « fumer », comme d’ailleurs dans d’autres langues de la région (arabe, persan, grec), laisse latitude aux autorités religieuses d’interdire de boire pendant la journée tout au long du Ramadan[7]. En 1910, à Istanbul, la première personne fichée sur un dossier anthropométrique appliqué selon les méthodes de la police française, a été condamnée à un mois de prison pour avoir fumé en public pendant le Ramadan[8].
L’interdiction de fumer du tabac est tombée en désuétude sous Ibrahim Ier (1640-48), et a été abrogée sous Mehmet IV (1648-87). La culture du tabac s’est rapidement répandue au 17e siècle en Macédoine (Yenice, Kırçaali) et en Syrie (Lattakieh), puis dans le Caucase, en Crimée et en Anatolie orientale (Bitlis, Bafra), tabacs figurant tous dans le pavillon ottoman à l’exposition universelle de Paris en 1867[9]. Le premier impôt sur le tabac a été créé en 1687[10]. Dans les années 1970, la production de tabac faisait vivre 750.000 familles dans près de 6.000 villages et constituait le principal produit d’exportation agricole turc[11]. Le monopole des tabacs créé en 1861- Inhisar-i duhan, mis, en 1884, entre les mains de la Dette Ottomane sous le contrôle d’une Régie des tabacs, est devenu en 1932 Tekel Genel Müdürlügü [Direction générale du monopole]. Ses activités relatives au tabac ont été privatisées et vendues en 2008 à la Bat (British- American Tobacco)[12].
Dès la fin du 17e siècle, les pipes, relèvent les voyageurs, sont offertes aux visiteurs avec le café : offrir de fumer une pipe devient ainsi un élément essentiel de l’hospitalité. Elle amène à une spécialisation dans le rôle de serviteurs des grands de l’empire : en 1721, l’ambassadeur turc à Versailles, Yirmisekiz Mehmet Çelebi, a dans sa suite “celuy qui luy remplit la pipe”. Au sérail, le  tütüncü ou duhancı bașı (chef du tabac) était un janissaire avec rang de vizir, qui disposait d’une chambre personnelle[13].

Venu participer à l’inauguration de la ligne de l’Orient-Express en 1883, Edmond About regrette qu’à Istanbul, avec le café, on offre des cigarettes au lieu des longues pipes: autrefois, “le çubukçu de la maison s’avançait vers vous gravement, une longue pipe à la main. Il mesurait avec soin la distance, posait à terre un petit plateau de cuivre ou d’argent, y déposait le fourneau de l’instrument, puis décrivait savamment un arc de cercle avec le bout d’ambre pour l’amener tout juste à vos lèvres. Ce travail accompli, il mettait le charbon sur la pipe s’il n’avait commencé par la fumer lui-même au seuil de la porte avec une douce familiarité… Il fallait tout un personnel attaché aux chibouques dans les maisons qui recevaient beaucoup. Avec un demi-cent de cigarettes sur un plateau, la politesse est faite, la tradition est respectée, l’honneur de l’hospitalité orientale sauvegardé et le tracas réduit à rien. »[14]

Bal à l'ambassade ottomane
Fig. 1- Dessin de Cham, vers 1855. Coll. AS

 

Continuer la lecture de « Notes sur les objets du tabac dans l’Empire ottoman, par Alain Servantie »

L’histoire a-t-elle un « objet » ? Par Petr Horák

Les ateliers d’été de l’Institut d’histoire culturelle européenne Bronislaw Geremek, qui ont eu lieu au Château des Lumières de Lunéville les 11, 12 et 13 juillet 2016, avaient pour thème: Objet(s)

Petr Horák, professeur à l’Université Pardubice (République tchèque), nous livre ses réflexions sur l’ « objet » de l’histoire.

L’histoire a-t-elle un « objet » ?

La question peut paraître superflue ou ridicule, en effet. L’«objet » de l’histoire, c’est l’histoire elle-même, cet ensemble d’événements différents pour lesquels l’historien fait un choix selon ses préférences ou selon ses obligations professionnelles. Pourrions-nous nous satisfaire de cette proposition ou plutôt de cette déclaration de notre bonne foi ? Suffit-elle, cette bonne foi, à nous rendre évident l’« objet » de l’histoire ? Sommes-nous sûrs que cette bonne foi nous assure suffisamment en même temps que nous connaissons l’histoire, à savoir tout ce que nous appelons les « faits », les « événements » historiques, ainsi que la manière ou la façon avec laquelle saisir ces fameux faits et comment les rendre évidents par le ou les récits appropriés ?

Le moyen apparemment le plus facile de saisir l’« objet » de l’histoire ou de le créer, de le rendre évident, c’est de le montrer aux yeux de tous les gens intéressés. Les monuments du passé, fabriqués à l’aide de différents matériaux rendent un témoignage palpable du passé. Suffit-il en tant qu’objet accessible à nos sens, le plus souvent à nos yeux, pour nous informer de son passé ? Sans doute que non. Il nous faut encore entendre, lire ou imaginer un récit ou plusieurs récits qui nous éclairent son passé, son histoire. L’histoire, c’est le récit sur l’histoire, c’est lui qui nous fait entrevoir « l’objet »  de l’histoire, c’est le récit qui est le synonyme de l’histoire, c’est lui qui est l’histoire elle-même. L’histoire est le récit que nous en avons et le récit ou les récits historiques, représentent notre savoir du passé, tout ce que nous aimons appeler nos « connaissances historiques».  Nous sommes depuis un certain temps témoins d’un glissement assez paradoxal dans ce champ de « connaissances historiques » vers la « mémoire » se manifestant par des commémorations de toutes sortes se succédant ici et là dans un rythme de plus en plus rapide. La « mémoire », ses manifestations dans la suite apparemment incessante des commémorations semble actuellement remplacer la vieille histoire. Ou les vieux habits de l’histoire qui semblent soudainement comme très usés, voire ringards. Certains historiens sont persuadés que cette victoire soudaine de la « mémoire » sur le vieux concept de l’histoire – une victoire dont personne n’ose prédire l’avenir – est due au sentiment de vivre dans le présent, donc au soi-disant « présentisme » de notre temps.

La « mémoire » aujourd’hui, la vieille histoire hier, semblent toutes les deux inépuisables alors qu’elles laissent notre savoir sur l’histoire toujours incomplet et ses serviteurs ainsi que leur public toujours insatisfaits, bien à la façon du docteur Faust et de son studieux assistant Wagner. Ne s’exclament-ils pas, en se promenant ensemble, que « l’art est long et la vie courte » (en latin « ars longa vita brevis ») ? Le studieux Wagner ne se plaint-il pas de la difficulté de trouver les moyens permettant au chercheur d’arriver jusqu’aux sources de la vraie connaissance ? Ne reçoit-il pas en réponse de son maître Faust qu’une réplique sarcastique disant que du vieux parchemin on n’assoupira point la soif pour la connaissance ? On ne peut l’assoupir que de la source profonde de son âme propre, de l’âme de celui qui cherche, lui assène docteur Faust sèchement. ( „Das Pergament, ist das der heilige Bronnen, Woraus ein Trunk den Durst auf ewig stillt ? Erquickung hast du nicht gewonnen, Wenn sie dir nicht aus eigner Seele quillt“ , Goethe, Faust, vers 555 – 565).

La constitution de l’objet dans notre conscience

Permettez-moi de postuler l’hypothèse suivante : L’historien(ne) trouve les objets avec et sur lesquels il ou elle travaille – les chartes, les livres, les chroniques, les différents objets de matériaux divers, les objets archéologiques, architecturaux, etc. – hors de lui, dans le monde réel – ces objets pourtant n’étant que les sources et les ressources stimulant son imagination. Le vrai objet de l’historien, en effet, c’est l’image qu’il se fait du passé, ou pour mieux le saisir, c’est sa représentation du passé. Shawn Smith, un critique littéraire américain, l’exprime bien par exemple, en réfléchissant sur les nouvelles de Thomas Pynchon, tout en s’appuyant sur Hyden White affirme : « le processus par lequel l’historien transforme une source historique en narration historiographique est essentiellement dû à son imagination ». [1]

Continuer la lecture de « L’histoire a-t-elle un « objet » ? Par Petr Horák »

Pour une histoire culturelle du travail, à partir du docufilm Radio Singer, par Marcella Filippa

Les ateliers d’été de l’Institut d’histoire culturelle européenne Bronislaw Geremek, qui ont eu lieu au Château des Lumières de Lunéville les 11, 12 et 13 juillet 2016, avaient pour thème: Objet(s)

Marcella Filippa (Fondazione Vera Nocentini, Turin), a proposé une réflexion sur les objets liés au travail. Pas ceux qui servent directement à la production, mais ceux qui accompagnent les luttes sociales, ici, la radio. Peut-on faire une histoire à partir de ces objets ?

La Fondazione Vera Nocentini (www.fondazioneveranocentini.it) de Turin, en Italie, a créé, avec la société de production Deriva Film, un docufilm, Radio Singer (Pietro Balla, Italie 2009, 52’) auquel j’ai moi-même participé. Ce documentaire fait une liaison entre des sources historiques et une histoire narrative inspirée de la vie quotidienne, à partir d’une histoire liée à une radio libre, une des premières radios libres nées en Italie.

Les radios libres sont un phénomène italien et européen qui se constitue à partir de la moitiée des annés 1970, une période qui change radicalement le monde de la communication au niveau local et national: les citoyens peuvent intervenir en direct en donnant leur propre opinion, ils peuvent choisir des chansons et on voit apparaître la publicité qui peut donner des ressources fiancières aux radios qui ne sont plus des radios d’Etat. En 2011, dans un petit village du sud de l’Italie de presque 3000 habitants, on a nommé pour la première fois en Italie, de manière symbolique, une place “Piazza Radio Libere 1976”.

Continuer la lecture de « Pour une histoire culturelle du travail, à partir du docufilm Radio Singer, par Marcella Filippa »

Le réisme ou la théorie générale des objets de T. KOTARBIŃSKI dans la Pologne de l’entre-deux-guerres, par Stanisław FISZER

Les ateliers d’été de l’Institut d’histoire culturelle européenne Bronislaw Geremek, qui ont eu lieu au Château des Lumières de Lunéville les 11, 12 et 13 juillet 2016, avaient pour thème: Objet(s)

Stanislaw Fiszer (Université de Lorraine, CERCLE) nous fait découvrir la figure de Tadeusz KOTARBIŃSKI et sa philosophie du réisme: « chaque objet est une chose! »

le professeur Kotarbinski. vers 50-60. © Anka Ptaszkowska
Le professeur Kotarbinski. Années 50-60. © Anka Ptaszkowska

1. L’École de Lvov-Varsovie

A. Kazimierz Twardowski et la période lvovienne

Certains considèrent que l’École de Lvov-Varsovie a vu le jour le 5 novembre 1895.  En réalité, ce jour-là Kazimierz Twardowski a pris la direction de la chaire de philosophie à l’université de Lvov. Twardowski, fils d’un haut fonctionnaire autrichien, a obtenu son baccalauréat dans le prestigieux lycée « Theresianum », créé par Marie-Thérèse. Puis il a fait sa thèse, consacrée à L’Idée et perception, à l’université de Vienne sous la direction de Franz Brentano.

Celui-ci, en ce qui concerne la notion d’objet, renouait avec la philosophie scolastique. Selon cette dernière, l’objet de notre entendement est la manière dont nous percevons les choses : au Moyen Âge on les qualifiait de sujets de notre pensée. L’usage actuel du mot objet désignant une chose elle-même, un être extérieur à celui qui le perçoit date du XVIe et plus encore du XVIIe siècle et provient surtout de la philosophie de Descartes. D’après lui nos idées sont des copies directes plus ou moins adéquates des choses : c’est pourquoi il identifie celles-ci avec la façon dont nous les percevons.

Twardowski qui partageait les idées de Brentano, comme enseignant, exigeait la clarté, tout en luttant contre l’opinion selon laquelle la profondeur philosophique est proportionnelle à la confusion du style. Il souhaitait réformer et démocratiser l’enseignement de la philosophie dans des écoles et universités polonaises. À cet effet, il a réussi à former autour de lui un groupe d’élèves et de doctorants qui, après la résurrection de la Pologne, en 1918, ont continué l’œuvre de leur maître à penser

Les thèses écrites sous sa direction sont très hétérogènes ce qui témoigne d’une grande ouverture d’esprit de Twardowski. En effet, son seul dogme était la conviction que le dogmatisme est le pire ennemi de tout travail didactique et scientifique. Parmi les élèves de Twardowski figure Tadeusz Kotarbiński. Après la soutenance de sa thèse (Utilitarisme dans l’éthique de Mill et Spencer), en 1912, il enseignait les lettres classiques dans un lycée varsovien (Mikołaj Rej). Il n’a intégré l’université de Varsovie qu’en 1919 pour y être nommé professeur quelques ans plus tard.

B. La période varsovienne

La branche varsovienne de l’École était une création commune de philosophes (Stanisław Leśniewski, Jan Łukasiewicz) et de mathématiciens (Wacław Sierpiński, Stefan Mazurkiewicz). La coopération entre ceux-ci et ceux-là a permis de former une excellente équipe de logiciens. Grâce à eux, la logique qui, auparavant, était considérée comme l’une des sciences auxiliaires des mathématiques, est devenue avec le temps une discipline de plein droit. Ses fondateurs ambitionnaient d’en faire les fondements des mathématiques pures, une sorte de métamathématique.

Continuer la lecture de « Le réisme ou la théorie générale des objets de T. KOTARBIŃSKI dans la Pologne de l’entre-deux-guerres, par Stanisław FISZER »

La valise, par Michel Rapoport

Les ateliers d’été de l’Institut d’histoire culturelle européenne Bronislaw Geremek, qui ont eu lieu au Château des Lumières de Lunéville les 11, 12 et 13 juillet 2016, avaient pour thème: Objet(s)

Le professeur Michel Rapoport (université Paris-Est Créteil) propose une déclinaison sur la valise.

https://www.flickr.com/photos/21804434@N02/5306379347/in/photolist-rTyp6X-iPQc5z-rViexN-kXViQe-rVjngy-rVrpi4-7qP3YC-8bi5pZ-9CnB76-gPbuy6-q7oDnT-kTVyqn-mofN2J-bDfrg8-4WF7pT-8MDAUm-4WKnJ5-q6hwo3-95UzH6-EnDRrG-saUJBo-rKYuZA-6GDJ1h-5nY7zX-DMegA2-4kuwm6-t1ePyk-95Wmhj
Case History, John King, 1998
Crédits: mira66

« Ma valise m’accompagne au massif de la Vanoise, et déjà ses nickels brillent et son cuir épais embaume. Je l’empaume, je lui flatte le dos, l’encolure et le plat ; Car ce coffre comme un livre plein d’un trésor de plis blancs : ma vêture singulière, ma lecture familière et mon plus simple attirail, oui, ce coffre comme un livre est aussi comme un cheval, fidèle contre mes jambes, que je selle, je harnache, pose sur un petit banc, selle et bride, bride et sangle ou dessangle dans la chambre de l’hôtel proverbial.

Oui, au voyageur moderne sa valise en somme reste comme un reste de cheval. »

Francis Ponge

Ponge nous entraîne d’emblée dans l’histoire de la valise. Le cheval, si longuement bien qu’indirectement évoqué, est-il là par hasard quand on sait qu’à l’origine la valise était ce long sac de cuir que le voyageur-cavalier transportait en croupe ? Montaigne, dans son Journal de voyage en Italie (effectue en 1580-1581) évoque « ces deux portemanteaus (sic) qui avaient à l’arson (sic) de la selle des valises », ces porte-manteaux étant métonymique des chevaux… La valise donc invite au voyage. Mais quel voyage ? C’est selon et, dès lors, l’objet valise devient tantôt symbole de la découverte, du plaisir, du temps de repos, de vacances, pouvant être perçue là comme objet de distinction sociale, objet de travail aussi. Tantôt c’est le drame,  la violence,  la mort dont elle et le symbole. Mais dans la valise peuvent être aussi enfouis secrets, souvenirs…

En premier lieu, comme il appert chez Ponge, la valise, cet objet parallélépipédique, muni d’une poignée, évoque donc le voyage d’agrément. Voyage pendant longtemps apanage des classes aisées et de l’aristocratie, voyage autour du monde, voyages d’initiation à l’image du Grand Tour, voyage vers les villes d’eaux, les stations balnéaires ou de montagne (voir Le voyage de Monsieur Perrichon)…

La valise, doublée souvent de la malle, était et reste la compagne indispensable du voyageur touriste. Un objet longtemps luxueux et donc coûteux ; un objet de « cuir épais », écrit Ponge, avec « ses nickels [qui] brillent ». Ces voyageurs fortunés ont soutenu une industrie du luxe. L’un de ces plus célèbres fournisseurs de ces objets fut Louis Vuitton, malletier à l’origine, mais qui déclina, fin XIXème-début XXème siècle, la valise, se dotant, face aux menaces de l’imitation, d’un imprimé propre. Les grandes marques de luxe suivirent, et dès les années 1920 Hermès se lança, à son tour, dans la production de cet objet de luxe. Dans les années 1980, Vuitton, comme tous les fabricants de valise, adopte l’innovation qui « révolutionne » la valise, le système des roulettes et de la poignée télescopique, devenu commun, mais objet d’une « guerre roulante » entre Samsonite et Delsey, chacun revendiquant la paternité de l’innovation. En attendant, peut-être demain, la valise électrique télécommandée, la « Trolley » est désormais de rigueur auprès de tous, des plus fortunés aux plus modestes.

Continuer la lecture de « La valise, par Michel Rapoport »

Objets politiques, objets culturels en France de la fin du XIXe siècle à nos jours, par Jean El Gammal

Les ateliers d’été de l’Institut d’histoire culturelle européenne Bronislaw Geremek, qui ont eu lieu au Château des Lumières de Lunéville les 11, 12 et 13 juillet 2016, avaient pour thème: Objet(s)

                  580_410_2_940912-542835115897185-4116016921062749155-n

Le professeur Jean El Gammal (Université de Lorraine) a proposé une intervention sur les objets politiques dont voici le texte intégral.

Une réflexion d’ensemble sur les rapports entre objets politiques et objets culturels, même pour un peu plus d’un siècle et dans le cadre d’un pays familier, la France, peut ouvrir de nombreuses perspectives, mais aussi intriguer, voire dérouter si l’on prend en considération les diverses significations et formes de tels objets. A priori, ils sont insérés dans une trame historique, politique et culturelle, qui ne retient guère dans ses mailles d’objets au sens solide, surtout, en apparence, dans le domaine politique. Les objets y sont souvent peu – ou à l’inverse trop minutieusement –  définis, voire insaisissables, s’il s’agit de promesses ou d’éléments de programmes qui se dérobent ou s’estompent souvent, à moins qu’ils ne fossilisent.  Ces objets peuvent relever aussi de transactions plus ou moins licites, que l’on peut présenter en termes anthropologiques, sous le signe du don ou de contre-don, ou de manière peut-être plus prosaïque en termes de clientélisme, voire de corruption[1]. Ces objets sont divers, au sens figuré (l’emploi fictif, la manœuvre tortueuse) ou plus concrets quoiqu’en principe invisibles (la liasse de billets, la valise ou tout autre type de contenant).

A l’état matériel, du reste, un objet politique peut être de plus ou moins grande taille, assez solennel (un arbre de la liberté, une Marianne, une mairie, une salle politique, un palais, une tribune, une assemblée – mais peut-on vraiment parler d’objet lorsqu’il s’agit d’un bâtiment ?-, soit flottant, tout au moins au sens propre (un drapeau, par ailleurs souvent présent et arboré), réitéré ( un banquet républicain)  ou éphémère (un bulletin de vote, une affiche, ou, bien plus massive, une barricade). Il existe aussi des mots-objets (Bloc, Cartel, Front) ou des espaces-objets (territoires, dont les « coteaux modérés » chers à Albert Thibaudet). D’autres sont ou paraissent plus conformes au statut usuel d’un objet : un maroquin, une ou plusieurs décorations,  un insigne parlementaire ou militant. Certains journaux,  livres, recueils, mémoires, traités (encore que la notion de livre politique soit plus complexe qu’il n’y paraît) sont maniables ou utilisables en tant qu’objets.  Il arrive aussi que, dans des archives ou des musées, certains objets de divers types soient préservés, mais inégalement consultés (un fonds électoral ou des papiers privés), voire  exposés ou mis en évidence : ainsi en va-t-il de certaines photographies, de portraits, séquences d’actualités, extraits de discours, voire films politiques, subissant une transformation qui en renforce l’objectivation, ou l’instrumentalisation.

Face à un tel éventail, sans doute faut-il avoir présentes à l’esprit les permanences et surtout les évolutions d’une typologie, avant d’examiner les relations qui les distinguent ou les rapprochent et  les usages qui leur sont attachés, puis, en rapport avec ce que l’on pourrait appeler par référence à un titre de Jean Baudrillard des « systèmes des objets »[2], aborder les corrélations et, pour une période plus récente, la question des rapports entre matérialité et dématérialisation ?

Ces trois approches correspondent pour une part à une présentation chronologique, que l’on adoptera, avec deux césures en 1914 et – moins  nettement – jusqu’à la fin des années 1970 ou au début des années 1980,  mais il peut y avoir des échos d’un temps à l’autre.

Continuer la lecture de « Objets politiques, objets culturels en France de la fin du XIXe siècle à nos jours, par Jean El Gammal »

Colloque Réécritures de l’Histoire en Europe centrale et orientale après 1989, l’intervention de Paul Gradvohl

« Moments et temps de la responsabilité face à la Shoah en Hongrie et en Pologne. De 1945 à Polin (Musée d’histoire des Juifs de Pologne) et au « Fils de Saul », un fait local à dimension mondiale. Ou les apories des visions nationales. » par Paul Gradvohl

Le Centre de recherche sur les cultures et littératures européennes (CERCLE) a organisé un colloque à l’Université de Lorraine, les 18 et 19 avril 2016, portant sur les perceptions et les représentations des événements majeurs des XIXe et XXe siècles à travers leurs nombreuses narrations. Ces dernières ont pris la forme d’ouvrages historiques mais sont également présentes dans la littérature, la presse, le cinéma, les arts plastiques et la musique. Ce colloque a pour ambition de montrer comment écritures et réécritures multiples ont eu un rôle dans la construction des imaginaires et des identités nationales en Europe et ce, jusqu’à aujourd’hui.

J’ai retenu une intervention en particulier, celle de Paul Gradvohl. Professeur de l’Université de Varsovie où il dirige le Centre de civilisation française et d’études francophones et maître de conférences à l’Université de Lorraine, sa communication était intitulée « Moments et temps de la responsabilité face à la Shoah en Hongrie et en Pologne. De 1945 à Polin (Musée d’histoire des Juifs de Pologne) et au « Fils de Saul », un local à dimension mondiale. Ou les apories des visions nationales. » Sa réflexion m’a paru bien montrer combien il est difficile d’écrire une histoire globale de la Shoah si l’on prend en compte les différents temps, acteurs, changements de frontières et de contextes politiques, et combien les questions de responsabilités sont compliquées à aborder à cause de ces discontinuités en partant de l’exemple des peuples hongrois et polonais pendant la Seconde Guerre mondiale.

Paul Gradvohl a tout d’abord souligné que la chronologie de cette guerre n’est pas la même pour les deux pays. La Pologne est, en septembre 1939, complètement occupée. Il n’y a donc plus d’Etat polonais, le gouvernement étant parti en exil. En Hongrie, Miklós Horthy gouverne reste régent même après l’occupation du pays par l’Armée allemande le 19 mars 1944. Il n’est remplacé à la tête de l’État par le chef du parti fasciste des Croix fléchées que le 16 octobre 1944. Et l’État hongrois se maintient même fin 1944 et début 1945 au contraire de la Pologne qui n’existe en tant qu’État que par son gouvernement en exil au moins jusqu’à l’été 1944 et l’arrivée des Soviétiques.

Continuer la lecture de « Colloque Réécritures de l’Histoire en Europe centrale et orientale après 1989, l’intervention de Paul Gradvohl »