L’Avignon des jeunes. Un essai sur le rôle de la parole au Festival mondial de théâtre de Nancy (1/5)

L’exemple de deux troupes des États-Unis : Bread and Puppet Theatre et le Teatro Campesino 

Première partie: L’Avignon des jeunes : 1963-1979

 

Figure 1. Gravure par Roland Grünberg. Archives de Meurthe-et-Moselle, cote du document : 68J9.
Figure 1. Gravure par Roland Grünberg.
Archives de Meurthe-et-Moselle, cote du document : 68J9.

Le Festival mondial de théâtre de Nancy. L’entrée en scène du réel ou la politisation de la parole

Les années autour de 1968 sont l’occasion d’une intense remise en question de la culture et de son rôle dans la société. Ainsi les frontières séparant l’art et l’actualité tout comme l’art et la politique se redéfinissent. Le théâtre de cette période change son aptitude à représenter la réalité contemporaine ; il met sur la scène le monde ou plutôt cette facette de la réalité qui correspond à ses convictions. Le Festival mondial de théâtre de Nancy reflète les préoccupations de son époque. Entre 1963 et 1983, des troupes venues des quatre coins du monde confrontent des expériences théâtrales, des styles scéniques, des formes et des modes d’expression. Surtout elles viennent dire de partout que quelque chose est en train de se casser, que le « vieux monde » est usé, que la vie est à changer.

         Nous allons nous intéresser au Festival mondial de théâtre de Nancy, en nous attachant plus particulièrement à deux troupes américaines : Bread and Puppet et El Campesino[1]. Ce travail s’appuie sur la consultation des fonds de Mlle Christiane Michel des Archives départementales de Meurthe-et-Moselle et sur une interview de septembre 2008 accordée par le collaborateur du festival, Roland Grünberg.

Le texte est divisé en cinq parties, publiées en cinq posts successifs. Les deux premiers sont dédiés à un rapide historique du Festival mondial de théâtre de Nancy. Le troisième post à la position du festival dans les débats politiques mondiaux et locaux. La quatrième partie s’intéresse aux enjeux auxquels le festival se confronte dans les années 1970 avec la mise en cause de sa pérennité. Pour terminer, une analyse des procédés esthétiques utilisés par Bread and Puppet Theatre et le Teatro Campesino et au cours du mouvement festivalier dans son ensemble.

         Dans quelle mesure le Festival mondial de théâtre de Nancy est-il emblématique des ruptures apportées par 1968? Plus spécifiquement, d’abord sous l’angle d’une prise de parole par ceux qui en étaient jusqu’alors exclus ? Cette entrée en la matière nous amènera à nous interroger sur la préoccupation de ce théâtre qui décide de s’attaquer directement au réel et qui, pour représenter l’actualité passe par l’engagement politique et par la contestation. Il devient un théâtre qui milite, qui lutte. Après nous être attachés au caractère politique du festival, spécifique du contexte de son émergence, et de ses deux troupes américaines, nous observerons les moyens par lesquels s’expriment Bread and Puppet et El Campesino et en quoi consiste leur remise en cause du langage théâtral traditionnel.

         Le Festival mondial de théâtre de Nancy a permis au public français de découvrir le théâtre radical américain avec ses troupes phares telles Bread and Puppet ou El Teatro Campesino et ses artistes d’avant-garde comme Bob Wilson et Maredith Monk ; il explore de nouveaux horizons en invitant les Polonais Jerzy Grotowski et Tadeusz Kantor, le brésilien Augusto Boal avec le Teatro Arena de Sao Paulo ou encore le théâtre de danse de l’allemande Pina Bausch. Pendant longtemps, il est la plus importante manifestation théâtrale de jeunesse dans le monde. Tout commence en 1963 sous la forme des « Dionysies Internationales du théâtre étudiant » sous la direction de Jack Lang. Le premier festival est encore assez modeste : 12 compagnies, toutes venues d’Europe, mais le succès permet à Nancy d’en garder le siège permanent. Pour l’anecdote, le premier festival mettait en scène Jack Lang, président du groupe du Théâtre Universitaire, dans le rôle éponyme de Caligule d’Albert Camus.

Figure 2. Article tiré du Républicain Lorrain, le 21 février 1962. Archives de Meurthe-et-Moselle, cote du document : 68J9.
Figure 2. Article tiré du Républicain Lorrain, le 21 février 1962. Archives de Meurthe-et-Moselle, cote du document : 68J9.

En 1964, le festival devient « mondial » et se révèle être le premier festival étudiant à déborder les frontières internes et externes de l’Europe : des troupes venues du « bloc Est » et d’outre-Atlantique notamment, y participent. Marquée par la grande révolution Grotowskienne, la capitale lorraine devient « l’Avignon des jeunes ».

Figure 3. Roland Grünberg et Jerzy Grotowski. Archives privées de Roland Grünberg.
Figure 3. Roland Grünberg et Jerzy Grotowski.
Archives privées de Roland Grünberg.

C’est en 1965 que Jack Lang crée le Centre Universitaire de Recherches Dramatiques, une école théâtrale constituant une expérience radicalement nouvelle sur le plan théâtral et les méthodes pédagogiques. Ce centre est devenu un lieu de recherches et d’échanges permanents.

         À partir de la IVe édition du festival (1966), les organisateurs introduisent une innovation : le « thème imposé ». Chaque compagnie doit alors réaliser un court métrage théâtral. Le thème choisi en 1966 ne cache pas son caractère politique : un jeune manifestant contre certains aspects de la politique menée par les autorités est arrêté par les forces de l’ordre. Vérification faite, on s’aperçoit qu’il s’agit du fils – ou de la fille – de l’un des dirigeants les plus influents du pays…[2]

         Dès la Ve édition en 1967, il s’avère que le souci des participants du festival est d’aborder de front les grandes questions de l’actualité. Toutefois, en 1968, Nancy reste paisible ; il n’y a pas de manifestations et personne n’arrache les pavés de la place Stanislas.

         Le festival devient mondial et se diversifie en s’ouvrant à toutes les troupes indépendantes et non plus seulement à celles issues du microcosme universitaire. Invité pour la première fois, le Bread and Puppet Theatre joue A man says good bye to his mother (Un homme dit au revoir à sa mère) et Fire (Feu) de Peter Schumann où une centaine de personnes occupent la scène qu’elles soient acteurs, mimes, musiciens ou marionnettistes. Ces pièces, ainsi que les autres qui sont mentionnées ici font l’objet d’une analyse plus spécifique dans les parties suivantes.

L’année 1968 se caractérise aussi par un effort de décentralisation du festival et la recherche d’un nouveau public, efforts par ailleurs couronnés de succès. En 1969 le festival est désormais perçu comme un rendez-vous du théâtre contestataire. Il se déroule dans les nouveaux amphithéâtres construits par les élèves des Beaux Arts, qui choisissent l’audace et « à l’époque des robes en papier » construisent les théâtres en carton.

Figure 4. Cabaret - théâtre établi par les élèves de l'École d’Architecture de Nancy (vue de l'intérieur) pour le pré de Maxéville à Laxou. Archives de Meurthe-et-Moselle, cote du document : 68J9
Figure 4. Cabaret – théâtre établi par les élèves de l’École d’Architecture de Nancy (vue de l’intérieur) pour le pré de Maxéville à Laxou. Archives de Meurthe-et-Moselle, cote du document : 68J9

Outre la confirmation du génie de Schumann avec L’histoire du roi, le festival de 1969 est riche en apports nouveaux : le Teatro Campesino, troupe d’ouvriers agricoles mexicains de Californie, offre l’exemple d’un théâtre populaire fait par des hommes issus du peuple et jouant pour ce peuple. Ils présentent la pièce La tête de Pancho Villa et Actos en création collective, sur laquelle nous revenons plus bas.

         À partir de 1971 (VIIIe édition), l’année de Bob Wilson et de son Regard du Sourd, de la révélation du théâtre japonais de Terayama, des grands créateurs latino-américains comme Augusto Boal de Teatro Arena de Sao Paulo, du surréaliste polonais Tadeusz Kantor, le festival devient biennal. Les chiffres donnent une idée de l’importance de cette manifestation : 28 troupes, 500 participants, 1000 avec les accompagnateurs, 10 lieux scéniques, plusieurs centaines de représentations. C’est aussi cette année que le film Paradise Now, enregistrement d’un spectacle du Living Theatre (par Shelton Rochlin), est projeté.

Figure 5. L’extrait du programme du festival en 1971. Le 24 avril 1971 - la projection de Paradise Now de Living Theatre. Archives de Meurthe-et-Moselle, cote du document : 68J9.
Figure 5. L’extrait du programme du festival en 1971. Le 24 avril 1971 – la projection de Paradise Now de Living Theatre. Archives de Meurthe-et-Moselle, cote du document : 68J9.

            Le 1er mai 1973 (IXe édition) des affrontements violents opposent les CRS aux festivaliers. Le nouveau directeur, Lew Bogdan Jedrzejowski, invite des groupes de tradition populaire en cherchant un rapprochement possible entre certaines orientations du théâtre contemporain et les formes dramatiques traditionnelles s’exprimant par le retour à la rue comme nouvel espace signifiant, par l’utilisation de techniques de bouffons et la pratique du rite collectif dépouillé. Jusqu’en 1975, le festival n’avait ému qu’une partie de la population : les étudiants et les jeunes bien sûr, les « amoureux » du théâtre, les intellectuels mais sa Xe édition est un vrai succès public avec près de 200 000 participants. Les responsables du festival sont persuadés que désormais son succès lui garantit une activité théâtrale permanente.

En 1976, Michèle Kokosowski prend la direction artistique du festival – manifestation à thème autour du théâtre comique populaire. Cette année là, elle invite encore El Teatro Campesino avec La Tente des Opprimés. La XIIe édition (en 1977), fait une place importante au théâtre dansé et se prolonge par les Assises Internationales Europe-Amérique Latine où la parole est donnée à des artistes exilés du Chili, du Brésil, de l’Argentine et de l’Uruguay. Deux événements artistiques impressionnent les observateurs. D’abord le spectacle du Polonais Tadeusz Kantor avec La classe morte, ensuite l’œuvre de la metteuse en scène et chorégraphe allemande, Pina Bausch qui met en scène Sept péchés capitaux de Bertold Brecht et Kurt Weil. La même année, Bread and Puppet Theatre présente en plein air le spectacle intitulé Jeanne d’Arc, un cirque en miniature avec des numéros de danseurs, de montreurs d’ours, de cracheurs de feu et d’acrobates.

         En 1979, en période de Noël, le festival trouve son public dans tous les milieux sociaux, parmi toutes les classes d’âge, à la ville comme à la campagne. Tout paraît fonctionner au mieux et un train, « le Trans-Noël-Express » circule entre Nancy, Gérardmer et Baccarat. Bread and Puppet enchante les spectateurs avec Washerwoman Cantate II-Nativity mais de 1979 à 1983, les dernières années de l’existence de la manifestation, ses organisateurs font tout pour réanimer sa flamme. Le festival n’échappe pourtant pas à sa lente agonie[3] avant de disparaître en 1983. Il reste néanmoins un lieu important de la pratique d’avant-garde et de rénovation des pratiques théâtrales en France et dans le monde, et c’est de ces évolutions capturées par le festival depuis les années 1960 que nous allons traiter dans les parties suivantes.

Figure 6. Bread and Puppet Theatre, Washerwoman Cantate II ; Nativity, 1979. Archives de Meurthe-et-Moselle, cote du document : 68J9.
Figure 6. Bread and Puppet Theatre, Washerwoman Cantate II ; Nativity, 1979. Archives de Meurthe-et-Moselle, cote du document : 68J9.

A suivre…


[1] Les informations générales portant sur Bread and Puppet Theatre ainsi que sur El Teatro Campesino et son créateur, Luis Valdez, reposent sur la consultation des articles de Geneviève Fabre et de Christine Douxami publiées dans le Dictionnaire encyclopédique du théâtre à travers le monde, ouvrage sous la direction de Michel Corvin aux Editions Bordas, Paris, 2008, pp. 217-218 ; 247-248.

[2] Entretien de Roland Grünberg du 5 septembre 2008, Nancy.

[3] Roland Grünberg, Monique Demerson, Nancy sur scènes. : au carrefour des théâtres du monde, Festival mondial de théâtre de Nancy, Impr. de la Ville de Nancy, Nancy, 1984, 252 p.


Auteur : agnieszkaszmidt

Agnieszka Szmidt est docteure en histoire contemporaine (CERCLE, Université de Lorraine, IHCE, Château des Lumières), elle est spécialiste des approches historiques de l'esthétique théâtrale européenne dont elle fait une étude « croisée ». Actuellement agent européen à la Banque Européenne d’Investissement, elle enseigne de 2006 à 2013 la langue et la littérature dans le Département de Polonais à l'Université Nancy 2.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *