Ateliers d’été 2017 à l’IHCE: Voyages et voyageurs

Du 22 au 24 juin 2017 ont eu lieu les ateliers d’été de l’Institut d’histoire culturelle européenne, au Château des Lumières, à Lunéville. Le thème portait sur les « Voyages et voyageurs ».

Voyages et voyageurs, appel à communication

Les sciences humaines et sociales, les études littéraires se sont tôt emparées du thème des voyages. Logiquement puisque la littérature de voyage, des « expéditions » au bout de son jardin jusqu’aux odyssées, constitue un genre à part entière composé de dizaines de milliers d’oeuvres, en toutes langues et de tous les siècles. Le regard du voyageur sur l’Autre réside quant à lui au coeur des analyses de l’anthropologie et l’ethnologie. Les questions de l’acculturation, des échanges et des « transferts » culturels, des regards croisés, ne pouvaient qu’amener les historiens culturels vers les récits de voyages. Ainsi, Sylvain Venayre a récemment exploré les mille et une routes de l’aventure et interrogé les émotions nées du voyage ou de la lecture de récits de périples ; Nile Green a exploré les sources voyageuses dans un vaste espace compris entre la Turquie et la Malaisie.

Ce champ d’étude a donc été sillonné par de très belles analyses. Les Ateliers d’été 2017 de l’IHCE proposent de poursuivre cette aventure de la recherche en SHS. Tout type de voyage (y compris imaginaire), tout espace et toute période peuvent faire l’objet d’une communication. Les buts des voyages se révèlent de nature très différente et le carnet écrit du voyageur ne constitue pas, loin de là le seul vecteur de récit : les études sur les guides de voyage, les images (celles de livres de photographies, par exemple), la bande dessinée, le road movie, …, voire sur les festivals de voyageurs (Etonnants voyageurs, fondé par l’écrivain Michel Le Bris a lieu chaque année à Saint Malo depuis 1990) sont les bienvenues. En revanche, tout en étant conscient de l’importance historique et humaine des déplacements forcés de populations, de migrations imposées par les persécutions, la guerre, la misère ou les changements climatiques, nous pensons ne pas pouvoir inclure l’étude de ces phénomènes, sauf peut-être par le biais d’études du nouveau « tourisme humanitaire ».

Les communications seront publiées sur le carnet d’hypothèses Histoires, culture et connexion durant l’été 2017.

Ci-dessous une bibliographie non exhaustive sur le voyage, et notamment sur le thème « Voyages et gastronomie »

*BnF : http://www.bnf.fr/documents/biblio_tourisme.pdf
*Une bibliographie des voyages, sur le site du Centre de recherche sur la littératures des voyages : http://www.crlv.org/index/bibliographie-des-voyages
*Une recension d’ouvrages récents sur les « gourmands voyageurs » :
http://happy-apicius.dijon.fr/gourmands-voyageurs/

TOURISME ET GASTRONOMIE

*Jean-Yves Andrieux et Patrick Harismendy (dir.), L’Assiette du touriste, le goût de l’authentique, Rennes/Tours, PUR / PUFR, 2013.
*Jacinthe Bessière (dir.), « Gastronomie de terroir & tourisme », Espaces, n° 242, novembre 2006.
http://www.tourisme-espaces.com/doc/5061.gastronomie-terroir-tourisme.html
*Jacinthe Bessière, Innovation et patrimoine alimentaire en espace rural, Quae, 2012.
*Sophie Bessis (dir.), Mille et une bouches. Cuisines et identités culturelles, Paris, Autrement, coll. “Mutations/Mangeurs”, n°154, 1995.
*Priscilla Boniface, Tasting Tourism. Travelling for Food and Drink, Londres/New York, Routledge, 2003.
*Julia Csergo et Jean-Pierre Lemasson (dir.), Voyages en gastronomies, Paris, Autrement, « Mutations », 2008. http://www.cairn.info/voyages-en-gastronomies–9782746712188.htm
*Frédéric Duhart, « Manger aux eaux. Réflexions sur les pratiques alimentaires et culinaires dans les contextes thermaux (XVIe
-XXe siècles) », en ligne sur le site de l’OCHA
http://www.lemangeur-ocha.com/texte/manger-aux-eaux-reflexions-sur-les-pratiquesalimentaires-et-culinaires-dans-les-contextes-thermaux-xvi-xxemes-siecles/
*Sally Everett, Food and Drink Tourism. Principles and Practice, Londres, Sage, 2016.
*Priscilla P. Ferguson, Accounting for Taste. The Triumph of French Cuisine, Chicago et Londres, The University of Chicago Press, 2004 ; voir notamment le chap. 5 « Consuming Passions », p. 149-186.
*Philip Sloan, Willy Legrand et Clare Hindley (dir.), The Routledge Handbook of Sustainable Food and Gastronomy, Abingdon/New York, 2015, chap. 7 « Culinary tourism », dont par exemple Sonia Ferrari et Monica Gilli, « Authenticity and experience in sustainable food tourism », in p. 315-325.
*Didier Francfort et Denis Saillard (dir.), Le Goût des autres. De l’expérience de l’altérité gastronomique à l’appropriation (Europe, XVIIIe
–XXIe siècles), Presses universitaires de Nancy / Editions universitaires de Lorraine, 2015.
M. Gibson et C. Tang, « Indigenous people and their foods. A valuable contribution to tourism destination development. Evidence from Lijiang, China”, in Norzuwana Sumarjan et al. (dir.), Hospitality and Tourism, Londres, CRC Press, 2014, p. 385-389.
*Anne-Mette Hjalager and Greg Richards (dir.), Tourism and Gastronomy, Londres/New York, Routledge, 2002 et 2011 dont G. Richards, «Gastronomy. An Essential Ingredient in Tourism Production and Consumption », p. 3-20 et A-M. Hjalager, « A typology og gastronomy tourism », p. 21-35.
*Jean-Pierre Lemasson (dir.), « Tourisme gourmand », Teoros. Revue de recherche en tourisme, 25-1, 2006. http://teoros.revues.org/114
*Lucy M. Long (dir.), Culinary Tourism. Eating and Otherness, numéro spécial de Southern Folklore, vol. 55, n° 3, 1998, dont Lucy M. Long, « Culinary Tourism. A Folkloristic Perspective on Eating and Otherness », p. 181–204.
*Lucy M. Long (dir.), Culinary tourism, Lexington, University Press of Kentucky, 2004.
*C. Michael Hall et Richard Mitchell, « Gastronomic tourism. Comparing food and wine tourism experiences », in Marina Novelli (dir.), Niche tourism. Contemporary issues, trends and cases, Oxford, Butterworth-Heinemann, 2005, p. 73-88.
*C. Michael Hall, Liz Sharples, Richard Mitchell, Niki Macionis et Brock Cambourne (dir.), Food Tourism around the World. Development, management and markets, Londres/New York, Routledge, 2003.
*Victor T. C. Middleton et Jackie R. Clarke, Marketing in Travel and Tourism, Oxford, Butterworth-Heinemann, 2001.
*Philippe Poirrier, « Dijon, ville d’art et capitale de la gastronomie. L’invention d’une image urbaine (1919–1935) », in French Cultural Studies, August/November 2014, vol. 25, p. 357- 365.
*Nicolas Raduget, La mise en valeur du patrimoine alimentaire de la Touraine au XXe siècle, thèse sous la dir. de Jean-Pierre Williot, Université de Tours, 2015.
*Erik Wolf, Culinary Tourism. The Hidden Harvest, Dubuque, Kendall/Hunt, 2006.


Auteur : Marie Caquel

Doctorante en histoire culturelle à l'université de Lorraine, Marie Caquel prépare une thèse sur "Les transferts culturels gastronomiques entre la France et le Maroc de la fin du XIXe siècle jusqu'à nos jours". Diplômée également en muséologie, elle s'intéresse aussi à la mise en exposition de l'histoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *