L’objet du Cercle de Madame du Châtelet. Matérialisation. Créativité. Réalisation. Efficacité. Par Annie Jourdain

Les ateliers d’été de l’Institut d’histoire culturelle européenne Bronislaw Geremek, qui ont eu lieu au Château des Lumières de Lunéville les 11, 12 et 13 juillet 2016, avaient pour thème: Objet(s)

Annie Jourdain nous présente la figure d’Emilie du Châtelet, devenue un objet invisible, que l’association du Cercle de Madame du Châtelet a voulu refaire exister à travers différentes actions explicitées ci-dessous.

OBJETS, c’est le thème des ateliers d’été de l’I.H.C.E. du 11 au 13 juillet 2016 au château de Lunéville. Ce château est en lui-même un objet qui symbolise le dix-huitième siècle puisqu’il porte officiellement le nom de château des Lumières. Madame du Châtelet, femmes de sciences, compagne (pendant quinze ans) et protectrice de Voltaire, y est morte le 10 septembre 1749. L’histoire des femmes — grâce aux « gender studies » –montre comment, au fil des siècles, les femmes sont invisibilisées. Madame du Châtelet en est un exemple. Pour la plupart des visiteurs et visiteuses du château de Cirey sur Blaise où, sur l’invitation d’Émilie du Châtelet, Voltaire s’est réfugié loin de Paris (il a été deux fois embastillé), ce château appartient à … Voltaire!

20160727_143257

Quant au château de Lunéville où nous sommes aujourd’hui, on n’y trouve aucun objet qui signalerait le rôle important qu’a joué Madame du Châtelet. Elle a, avec Voltaire, OBJECTIVEMENT fait briller la cour de Stanislas. Elle a OBJECTIVEMENT aidé matériellement Madame de Graffigny. Or, en ce château, on met à l’honneur Voltaire, on met à l’honneur Madame de Graffigny alors que Madame du Châtelet est, elle, un objet invisible.
Le cercle de Madame du Châtelet est là pour rendre visible Madame la Marquise du Châtelet, « modèle pour les jeunes filles du 21ème siècle ». C’est l’OBJET de l’association loi 1901 déclarée au Journal Officiel le 23 septembre 2013.

La traduction en anglais d’OBJET est GOAL, c’est à dire OBJECTIF, BUT. Il s’agit donc non seulement de penser avec justesse et justice mais aussi d’agir avec efficacité et droiture. Matérialiser n’est pas INSTRUMENTaliser une « femme qui n’a jamais proféré un mensonge, une amie attentive et courageuse dans l’amitié, en un mot, un très grand homme que les femmes ordinaires ne connaissaient que par ses diamants et le cavagnole », Voltaire.
Cette association de Madame du Châtelet aurait pû être une amicale, un club, … Savoir nommer est vital. Pour que le Cercle de Madame du Châtelet soit un cercle, il faut qu’il puisse réellement, effectivement, efficacement tourner et faire tourner. Il faut qu’il ait plus d’un tour dans son sac pour affronter l’inertie, le mortifère. Le cercle est à la fois visible et invisible, lumière impalpable d’arc-en-ciel qui prend corps, se personnifie, se fabrique, se montre. C’est pourquoi un habitant de Val et Châtillon dont le nom de famille est Noël (la Nativité) a FAIT un cercle au sens fort et joyeux du verbe « faire », exactement comme on fait un poème, comme on fait NAÎTRE. Il a fait un OBJET en bois « sonnant et trébuchant », un objet de valeur non marchandable, un cercle en bon bois bien authentique, une offrande porte-énergie, porte-bonheur. Et, chaque 10 septembre, ici même, dans cette salle de l’I.H.C.E., est posé sur cette table le cercle bien concret de Madame du Châtelet, lors de la tenue de l’Assemblée Générale annuelle à laquelle vous êtes naturellement convié(e)s. Nous tous et toutes sommes des rouages. Nous sommes en marche (en état de marche). Nous gravitons les un(e)s autour des autres, avec les autres, en créant, agissant, réalisant avec plus ou moins d’authenticité et d’efficacité.

Le cercle de Madame du Châtelet
Le cercle de Madame du Châtelet

Ainsi, pour faire à nouveau exister dans sa complexité Madame du Châtelet, pour transformer la connaissance simpliste et dématérialisée qu’on a d’elle comme maîtresse de Voltaire, pour passer du pôle négatif au pôle positif, pour justement MATÉRIALISER, OBJECTIVER, TOUCHER, l’outil pédagogique par excellence est la chanson. Émilie du Châtelet est marquise et il y a un refrain que tous les Français et toutes les Françaises connaissent: « Tout va très bien, Madame la Marquise ». Emparons-nous en! Si l’on met l’imagination, la créativité au pouvoir, on change les paroles de cette chanson pour en faire un objet pédagogique où Voltaire et Curie sont cités pour valoriser Émilie du Châtelet.

On obtient ainsi un objet sonore que j’ai proposé aux chorales, aux enseignants de Lorraine et de Catalogne pour encourager les apprenants à transformer — « creative writing » — les textes qu’ils doivent avec plus ou moins de plaisir étudier. Les photocopies de la chanson dactylographiée remises aux enseignant(e)s, aux apprenant(e)s, aux ami(e)s … ont peut-être été jetées. Il est sans doute plus efficace de réaliser un objet bien voyant, une calligraphie sur un grand morceau de carton coloré. C’est ainsi que les paroles de la chanson ont été copiées sur un morceau de carton et sur un drap.

N.B. : »Calligraphier » (belle écriture) signifie ici « écrire grand, simplement et clairement ». La lisibilité est primordiale. Est produit un objet original, authentique, facile à comprendre, à prendre, à s’approprier. L’objectif est le partage efficace du savoir — dans « Histoire des Choses Banales », Daniel Roche n’oppose pas production et consommation car « il y a possible appropriation » mais il évoque « l’inauthenticité comme aliénation »–.

L’image positive et digne d’admiration de Madame du Châtelet, femme vraie, authentique et libre doit s’inscrire dans l’imagination de ceux et celles qui écoutent la chanson et voient la pancarte. La capacité d’admirer est un levier pédagogique à cultiver. En prônant l’art pauvre (pour la raison évidente que je ne suis pas une riche héritière et que je n’ai pas encore de sponsor), j’ai demandé aux bonnes volontés de reproduire le portrait de Madame du Châtelet en utilisant les matériaux les plus modestes possibles. C’est ainsi que Silvio Morelli qui expose en Asie m’a envoyé une oeuvre en noir et blanc exécutée sur un sac de riz.

Portrait de Madame du Châtelet exécuté sur un sac de riz par l'artiste Silvio Morelli
Portrait de Madame du Châtelet exécuté sur un sac de riz par l’artiste Silvio Morelli

Ce qu’a réalisé Silvio Morelli est beau. C’est la bannière idéale. Il y a un grand pas à franchir de la réalisation à l’efficacité et il faut que l’oeuvre de Silvio Morelli soit en tête du cortège, qu’elle saisisse, stimule. Traduisons « Arte povera » par « Moyens du bord »! Le portrait et la calligraphie réalisés sur les deux faces du sac de riz sont donc montés sur un support magique, UN BALAI. C’est ainsi qu’existe LA bannière, l’objet noble par excellence à brandir en tête de cortège dans notre belle cité cavalière, Lunéville.
Grâce au site internet www.emilieduchatelet.net , site-objet-virtuel-outil indispensable créé (avec Tim McCracken et Yvonnick Jourdain-Léger) bien avant la déclaration du Cercle de Madame du Châtelet au Journal Officiel, j’ai été contactée par des internautes curieux. J’ai demandé à ces internautes de venir à Lunéville le 10 septembre. Je leur ai suggéré d’extraire des citations du « Discours sur le Bonheur » d’Émilie du Châtelet et de les recopier sur des banderoles ou de reproduire des instruments scientifiques, des partitions de musique (Madame du Châtelet était aussi comédienne et musicienne).

Un cortège, c’est de l’espace-temps : un lieu (Lunéville) et une date (10 septembre) qui font sens. Mémoire et mémorisation : c’est un 10 septembre que Madame du Châtelet est morte à Lunéville. Chaque année, à la même date, on réalise la chose. Ce verbe (« réaliser ») est à prononcer, à savourer au sens plein du terme. Cette chose est un évènement. Cela advient, EST PRODUIT, SE PRODUIT, est efficace, c’est à dire que cela se perpétue et que, à plus ou moins long terme (cette année ou l’an prochain), des « décideurs » verront l’intérêt d’exploiter cet événement.
Chaque année, entre le château et l’église, devant le théâtre, la dernière lettre d’Émilie du Châtelet est lue à haute et intelligible voix. Le théâtre est à mi-chemin du château et de l’église St Jacques où l’inhumation de la marquise a eu lieu en grande pompe le 10 septembre 1749. Monsieur de la Galaizière (Monsieur Brissot) participe à ce « happening ». Son habit est du dix-huitième siècle. L’habit des autres participants peut être moderne, ancien, original, coloré: la créativité des couturiers, des couturières est sollicitée. On se définit par l’habit, on s’identifie à l’habit, objet au plus près du corps, de son être intime, secret. L’habit, au théâtre, sur cette scène qu’est la cité où chacun(e) prend conscience du rôle social qu’il/elle joue, … fait le moine.

Cortège du 10 septembre, jour anniversaire de la mort de Madame du Châtelet
Cortège du 10 septembre, jour anniversaire de la mort de Madame du Châtelet

20160402_094407

Pour honorer Émilie, traductrice de Newton, ce n’est plus « Tout va très bien, Madame la Marquise » qui est chanté dans l’église mais « Green Sleeves », chanson royale s’il en est. On pose harmonieusement sur la dalle noire anonyme — la plupart des visiteurs et visiteuses ont marché dessus toute l’année sans penser à Madame du Châtelet– un objet plein de sens: DU LIERRE détaché des murs de Val et Châtillon, siège du Cercle de Madame du Châtelet. Émilie est attachante et s’attache au point de risquer sa vie par dépendance amoureuse. Le lierre lui convient, à elle qui, avec lucidité, écrit à Monsieur le Comte d’Argental: « Moins notre bonheur est dans la dépendance des autres, et plus il nous est aisé d’être heureux. »

Sur la dalle noire, il y a une pancarte indiquant qu’on entre dans une église et que le silence est de mise. Au dos de cette pancarte rien n’est écrit. Voilà un objet qui peut parler à bon escient. Donc — il s’agit de légitimation et d’efficacité–  un geste fort est applaudi par les citoyens présents dans l’église le 10 septembre 2015: le Député Maire de Lunéville et la Présidente du Cercle de Madame du Châtelet fixent un objet très léger mais très instructif au dos de la pancarte paroissiale. Cet objet est un morceau de carton sur lequel a été recopié clairement à la main le texte de la plaque commémorative commandée autrefois par Madame Badinter (plaque, comme on sait, malheureusement dissimulée et difficile à lire).

Dalle noire sous laquelle repose Madame du chatelet
Dalle noire sous laquelle repose Madame du Châtelet dans l’église Saint Jacques de Lunéville

 

plaque commémorative commandée par Elisabeth Badinter
Plaque commémorative commandée par Elisabeth Badinter

En conclusion,  je me réjouis de vous présenter l’objet « pétition » qui, grâce à internet MARCHE (c’est à dire WORKS, travaille, fait du bon travail, fonctionne). C’est un objet qui, il faut le dire, se révèle singulièrement efficace. Quand a disparu, une semaine après le 10 septembre 2015, le morceau de carton qui rendait visible Émilie du Châtelet, Nicolas Brucker, universitaire et membre du Cercle de Madame du Châtelet a mis en ligne une pétition ayant pour objet la non signalisation du tombeau d’Émilie du Châtelet et j’ai aujourd’hui le plaisir de porter à votre connaissance le texte transmis cette semaine à ceux et celles qui ont signé cette pétition.
Le Cercle de Madame du Châtelet vous remercie d’avoir signé sa pétition pour faire cesser « l’invisibilité » d’Émilie du Châtelet à Lunéville. Nous vous attendons nombreux au château de Lunéville le 10 septembre 2016. Programme : Conférence à 14h30 du Professeur Valérie André sur les femmes du 18ème siècle,
16h: Assemblée Générale du Cercle,
17h30: cortège chantant « Tout va très bien, Madame la Marquise, mais on ne sait toujours pas que vous avez traduit Newton ».
Robes longues et tenues originales bienvenues.

MERCI D’AVOIR DE L’INTÉRÊT POUR L’OBJET DE MA RÉFLEXION-ACTION .

Annie Jourdain, Professeure Associée, Sciences de l’Education, Université du Soudan, Khartoum


Auteur : Marie Caquel

Doctorante en histoire culturelle à l'université de Lorraine, Marie Caquel prépare une thèse sur "Les transferts culturels gastronomiques entre la France et le Maroc de la fin du XIXe siècle jusqu'à nos jours". Diplômée également en muséologie, elle s'intéresse aussi à la mise en exposition de l'histoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *