Pour une histoire culturelle du travail, à partir du docufilm Radio Singer, par Marcella Filippa

Les ateliers d’été de l’Institut d’histoire culturelle européenne Bronislaw Geremek, qui ont eu lieu au Château des Lumières de Lunéville les 11, 12 et 13 juillet 2016, avaient pour thème: Objet(s)

Marcella Filippa (Fondazione Vera Nocentini, Turin), a proposé une réflexion sur les objets liés au travail. Pas ceux qui servent directement à la production, mais ceux qui accompagnent les luttes sociales, ici, la radio. Peut-on faire une histoire à partir de ces objets ?

La Fondazione Vera Nocentini (www.fondazioneveranocentini.it) de Turin, en Italie, a créé, avec la société de production Deriva Film, un docufilm, Radio Singer (Pietro Balla, Italie 2009, 52’) auquel j’ai moi-même participé. Ce documentaire fait une liaison entre des sources historiques et une histoire narrative inspirée de la vie quotidienne, à partir d’une histoire liée à une radio libre, une des premières radios libres nées en Italie.

Les radios libres sont un phénomène italien et européen qui se constitue à partir de la moitiée des annés 1970, une période qui change radicalement le monde de la communication au niveau local et national: les citoyens peuvent intervenir en direct en donnant leur propre opinion, ils peuvent choisir des chansons et on voit apparaître la publicité qui peut donner des ressources fiancières aux radios qui ne sont plus des radios d’Etat. En 2011, dans un petit village du sud de l’Italie de presque 3000 habitants, on a nommé pour la première fois en Italie, de manière symbolique, une place “Piazza Radio Libere 1976”.

Beaucoup de films et de chansons traitent de ce thème comme les longs-métrages Radiofreccia (1998), Lavorare con lentezza (2004) et Cento passi, sorti en 2000, qui relate l’histoire de Radio Aut, une radio auto-financée fondée par Peppino Impastato, un jeune sicilien de Cinisi (Palerme) qui lutte, à partir d’une radio libre, contre la mafia. Il sera tué en Sicilie le même jour que l’italien Aldo Moro, assassiné par les Brigades rouges le 9 mai 1978. En 2016, la télé italienne passe un film sur la mère de Peppino, Felicia Bartolotto Impastato (Felicia Impastato, 2016), qui a lutté toute sa vie pour réhabiliter son fils, qui n’était pas un terroriste, comme il avait été dit, mais qui a été tué avant que son corps ne soit placé sur la voie ferrée, faisant croire à un suicide. Le commanditaire était le chef sicilien Gaetano Badalamenti, dont le procès eu lieu vingt ans après et qui fut condamné pour la mort de Peppino Impastato, grâce à la mère de ce dernier. La figure de cette femme casse le stéréotype de la femme du sud résignée.

Le docufilm Radio Singer a obtenu le prix Ucca du meilleur documentaire italien au  27 Turin Film Festival (TFF), édition 2009, pour les motivations suivantes:

“Pour avoir brillament restitué avec un savant travail de montage d’archives et  des nouvelles images, une page importante de notre histoire, d’une époque à la fois lointaine et proche, qui constitue un ferment  sociale et culturel”.

En effet les langues, la diffusion et la restitution sont des problématiques très importantes pour notre réflexion, que notre Fondation à Turin et l’Institut Geremek de Lunéville se posent tous les deux.

Le documentaire relate l’histoire d’une lutte dans une usine, l’usine Singer de Leinì, un petit village dans la banlieu turinoise, presque sans histoire. Elle se situe dans le contexte de la lutte pour la défense du travail entre 1975 et 1977, et c’est l’histoire d’une défaite pas seulement d’une usine, mais d’une societé entière: en effet ce sont les années du terrorisme en Italie[1].

Durant les deux années dont les ouvriers témoignent, un laboratoire culturel est construit autour d’une radio, qui est transmise depuis le clocher d’une église: c’est le reflet du rapport spécifique entre culture laïque et culture religieuse en Italie. Une expérience analogue dans les années de la Résistance en Italie avait déjà eu lieu: une radio des maquis polonais et italiens à Turin diffusait des programmes depuis le clocher dans le centre de la ville.

5-Affiche docufilm
Affiche du docufilm Radio Singer

Au sein même de l’usine occupée, les ouvriers organisent une école pour leurs enfants. Les photographies montrent une intéressante transposition de la sociabilité familiale à une forme de sociabilité collective,  même s’il y a quelques fois une forte césure entre le rôle féminin et le rôle masculin. Il y a en effet beaucoup d’ouvriers et d’ouvrières qui viennent du sud de l’Italie, où la place de la femme reste très traditionnelle dans les relations hommes/femmes. Ils organisent en outre une cuisine populaire avec des plats régionaux et traditionnels, les femmes font des travaux féminins, comme la couture, le tricot, la broderie pendant que les hommes jouent aux cartes.  Les pères de famille construisent des jeux pour les enfants, les jeunes étudiants de l’université de Turin en architecture peignent des fresques, dont l’unique trace restante se trouve dans les photographies de nos archives et dans la mémoire des témoins.

1-Femmes au travail feminine à l usine-page-001
Femmes cousant à l’usine, Fondazione Vera Nocentini

 

Ouvriers qui jouent aux cartes, Fondazione Vera Nocentini
Ouvriers qui jouent aux cartes, Fondazione Vera Nocentini

On peut, à ce propos, parler d’une histoire des objets, liés à la vie quotidienne, qui se transfèrent de la maison à un espace collectif: l’usine.

Ensemble ils organisent des spectacles musicaux, des concerts, des spectacles de théâtre, avec la participation d’artistes importants: des chanteurs comme Francesco Guccini, Milva, des acteurs comme Franca Rame et Dario Fo, prix Nobel de la littérature en 1997. Même avec le Living Theatre, un exemple du théâtre du corps très politisé, un groupe qui pratique l’exhibition et la provocation des corps nus qui eut un impact très fort et difficile à comprendre dans une banlieue très traditionnelle, d’origine agricole et paysanne.

Fresque peinte par les étudiants de Turin
Fresque peinte par les étudiants de Turin, Fondazione Vera Nocentini

Le documentaire a donc permis une réflexion sur des années très complexes en Italie et en Europe: d’un côté les luttes pour les droits plus traditionnels et des nouveaux droits, mais aussi la dérive violente du terrorisme et de la violence politique. On doit en effet faire les comptes du passé avec courage, en regardant les aspects plus obscures de l’histoire dans une vision comparée au niveau européen. En travaillant aussi sur l’usage des mots pour le dire. « Les mots sont comme des pierres », écrivait Carlo Levi dans son livre très connu, Cristo si è fermato a Eboli. Les mots en effet donnent corps à la douleur, éludent, cachent, mystifient, amènent les traditions réinventées, mais surtout ils peuvent créer des réalités et des suggestions, ils peuvent contribuer à construire des rhétoriques de violence et de haine. Ils délimitent des nouveaux espaces publiques et des nouveaux horizons de la pensée politique.

Petite fille dans l'usine occupée
Petite fille dans l’usine occupée

Les années dont le document reconstruit l’histoire, sont des années discordantes et ambivalentes, des années de crise, de fracture, une époque de révolte et dans le même temps d’espoirs : ce sont des années difficiles pour la démocratie, durant lesquelles la culture du conflit trouve souvent une nourriture. Ainsi, une histoire des radio libres, de la production politique musicale et sociale, et des objets produits et représentés (par exemple les audiocassettes musicales et les émissions conservées dans nos archives et presque entièrement digitalisées) est très importante.

Nous arrivons maintenant  à quelques suggestions plus générales et comparées. Une journée sur les Balkans a été organisée avec des spectacles de théâtre, de la musique, des lectures, des expositions et des repas traditionnels. J’ai invité la journaliste bosniaque de Sarajevo, Azra Nuhefendic, qui maintenant vit et travaille à Trieste en Italie, à parler de ses livres sur la guerre. En particulier dans son livre, Le stelle che stanno giù (2011), elle a parlé d’un objet, une petite radio, qui fut un moyen, un instrument très important de liaison entre la vie quotidienne et la guerre en ex-Yougoslavie. Cette radio allumée 24 heures sur 24, même la nuit, pour avoir des nouvelles tout le temps, syntonisée toujours sur Radio Sarajevo est un objet très intéressant pour la reconstruction des années de la guerre à Sarajevo.

D’autre part, il existe un projet presque réalisé en Turquie, à Istanbul, Le musée de l’innocence, retraçant une mémoire et une histoire des objets quotidiens à partir du livre éponyme de Orhan Pamuk, prix Nobel de  Littérature en 2006. Il a produit un livre, un catalogue, un petit musée (chaque pièce est un chapitre du livre), un film. On y voit des objets qui racontent un amour de toute une vie, la vie de la ville, des objets liés à la quotidienneté même s’il sont banales (à l’image du modèle proposé par l’historien Daniel Roche), les objets liés à la merveille de l’existence pour la construction d’une sens à donner à sa propre vie. Avec la suggestion que les objets peuvent remplir le vide laissé par un amour (par exemple des vieilles chaussures, des morceaux de cigarettes, etc). Les objets donc sont très puissants pour la reconstruction de l’histoire individuelle liée à la subjectivité.

On a, avec les travaux des historiens Jan Gross et Irena Grudzinka, un autre élément de comparaison. Un raccolto d’oro. Il saccheggio dei beni ebraici (Einaudi, Torino 2016), traite des objets volés aux juifs dans les persécutions de la Seconde Guerre mondiale, et des objets cherchés sous-terre par les paysans polonais à Treblinka qui ont parfois nié la Shoah. Ici c’est une histoire de l’extermination des objets, et de la responsabilité des hommes et des pays dans la destruction et la mort des juifs.

Agnes Heller se pose la question dans un article récent (dans “Vita e pensiero”, n. 2, 2016) de l’importance d’une histoire européenne, d’un storytelling continent, un ensemble des histoires de liberté, de progrès, et ainsi de violence, pour la redéfinition de la relation entre le centre et la périphérie. Qu’est- ce-que l’Europe, si n’est pas l’ensemble des histoires qui viennent raconter l’Europe? On a besoin d’une biographie et d’une autobiographie de l’Europe. L’histoire des objets liés à l’histoire des hommes et des femmes peut être un instrument important pour la compréhension de la période difficile que nous traversons en Europe..

Ces journées d’études ont été l’occasion de présenter des réflexions, des recherches sur plusieurs objets. Il est important de faire une analyse et une comparaison entre les objets dans les contextes spécifiques de chaque pays, en essayant de faire une histoire européenne comparée des objets. A Turin, dans le nouveau centre culturel et historique Polo del’900 (www.polodel’900.it), dans lequel la Fondazione Nocentini s’est installée récemment avec d’autres importants instituts historiques de la ville,  on entre dans les salles en regardant des images des objets qui ont fait le XXe siècle à Turin et l’histoire de la ville : la cafetière Moka créée en 1933, la tente-abri pour les excursions à la montagne en 1910, la chaussure de tennis Superga n. 275 en 1925, le giandujotto, une praline au chocolat, une recette unique, qui est nommée même dans les dictionnaires français, la voiture 500 en 1955 etc.

Ainsi, l’affiche de ces Ateliers d’été, celle d’un grenier où se trouvent des objets en désordre, représente bien le travail des historiens, qui consiste à mettre de l’ordre dans la confusion, et de choisir quels sont les objets qui doivent être sauvés pour le futur, parce que on peut pas tout sauver, et de trouver des solutions pour les valoriser et les faire dialoguer entre eux.

580_410_2_940912-542835115897185-4116016921062749155-n

Marcella Filippa, Fondazione Vera Nocentini, Turin, Italie

[1] M. Filippa, “Per una storia del terrorismo:fonti e metodi negli archivi”, in  G. Battelli, A.M. Vinci, Parole e violenza politica. Gli anni Settanta nel Novecento italiano, Carocci editore, Roma 2013

 


Auteur : Marie Caquel

Doctorante en histoire culturelle à l'université de Lorraine, Marie Caquel prépare une thèse sur "Les transferts culturels gastronomiques entre la France et le Maroc de la fin du XIXe siècle jusqu'à nos jours". Diplômée également en muséologie, elle s'intéresse aussi à la mise en exposition de l'histoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *