L’Avignon des jeunes. Un essai sur le rôle de la parole au Festival mondial de théâtre de Nancy (4/5)

Quatrième partie:  Le Festival mondial de théâtre de Nancy et la réalité hors du théâtre

Le Festival mondial de théâtre de Nancy, la parole au peuple. La recherche d’un nouveau public et la décentralisation du festival

Dès 1968, le festival éclate (hors) les murs du théâtre de la place Stanislas, investit la ville toute entière : brasseries, cafés, bistrots, gymnases, ainsi on utilise comme scène de spectacle des lieux neutres, des lieux de la vie quotidienne. La ville se décrypte par le biais de la culture populaire qui réhabilite l’idée de polis ou d’agora où la rencontre et la démocratie peuvent se faire par la libre circulation dans la rue, enjeu primordial de réappropriation de l’espace public. Le Festival Mondial du Théâtre Universitaire descend dans la rue : la jeuneuse chasse le spectacle dans un fauteuil. Théâtre des interventions, terrain où on se réapproprie l’espace public, la rue constitue le carrefour privilégié des rencontres entre différentes formes d’expression artistiques et de contestations.

Grâce au Bread and Puppet, les festivaliers découvrent la rue comme espace du jeu. Archives de Meurthe-et-Moselle, côte du document : 68J9.
Grâce au Bread and Puppet, les festivaliers découvrent la rue comme espace du jeu. Archives de Meurthe-et-Moselle, côte du document : 68J9.

La décentralisation est le levier premier de cette démocratisation culturelle de l’espace et des pièces se jouent dans la banlieue nancéienne. Les Nancéiens sont alors loin d’être tous saisis par la fièvre théâtrale ; la majorité reste assez indifférente à ce qui se passe en leurs murs. Indifférents, sinon agacés par cette jeunesse qui bouge et porte (parfois) des cheveux longs.

Il faut en convenir, le festival n’est pas « populaire » au sens promu par Jean Vilar et son T.N.P. cela signifie qu’il ne vide ni les usines, ni les bureaux, ni les foyers où se reposent ceux qui les ont quittés. « Vient qui veut. Vient qui peut. Vient qui aime. » [1]

La démocratisation de la parole

Le festival est, par contre, l’occasion d’une prise de parole pour ceux qui en étaient jusqu’à maintenant privés. Prenons deux exemples contradictoires : le premier, des acteurs du Teatro Campesino montrant la démocratisation de la parole par le théâtre et, le second, une usine de Maxéville, dans la banlieue de Nancy, qui renonce consciemment à une telle opportunité.

Le moment du dialogue social 

Valdez s’intéresse au théâtre gréviste en tant que membre d’une grande famille émigrante de travailleurs agricoles d’origine mexico-américaine, titulaire d’un diplôme de théâtre d’université américaine et dramaturge. Lorsqu’en 1965, Cézar Chavez décide la grève des ouvriers agricoles, L. Valdez retourne à Delano comme organisateur. Il parvient à concilier le théâtre et ses origines sociales, en créant El Teatro Campesino. Le fondateur et le directeur du Teatro Campesino, Luis Valdez est le deuxième d’une famille de dix enfants ; né à Delano, en Californie, de parents journaliers. Tout en suivant ses parents et travaillant à leur côté, il s’intéresse très jeune au théâtre, en montant dès l’âge de 12 ans des spectacles de marionnettes. Il fait par la suite des études à l’Université de San José où est représentée sa première pièce La tête réduite de Pancho Villa que le public européen découvre en avril 1969 au festival de Nancy.

Avec ses campesinos dont certains n’avaient jamais assisté à une seule représentation théâtrale, il joue les actos, de courts morceaux dramatiques représentés aux réunions du syndicat dans les champs et les camps de travail, ayant pour objectif de relancer l’énergie des ouvriers en grève. Ce théâtre « non-bourgeois » se forge en opposition à une esthétique dominante comprise par la nouvelle génération théâtrale comme celle de l’ordre établi, d’un répertoire désormais rentable du théâtre qui a perdu de sa force révolutionnaire qu’il pouvait avoir au XVIIIe siècle et dont les grands moyens du coût de la production, l’idéologie conformiste, l’institutionnalisation et le public « bien-pensant » sont désignés comme ennemi politique. Pour réaliser ce théâtre, il fallait recruter des « non-bourgeois » pour l’interpréter. Les ouvriers agricoles se joignent à ce théâtre itinérant. Ainsi, le premier gréviste qui s’est engagé est Augustin Lera, jeune compositeur de 21 ans né à Mexique qui est aussi un ouvrier agricole suivant les récoltes en Californie avec sa mère et ses sept frères et sœurs.

El Teatro Campesino Archives de Meurthe-et-Moselle, cote du document : 68J9.
El Teatro Campesino Archives de Meurthe-et-Moselle, cote du document : 68J9.

Le théâtre mène aussi une activité pédagogique en organisant des soirées cinématographiques, des classes de théâtre pour des groupes d’âge différents, des ateliers d’art graphique et de fabrication de marionnettes ou encore des cours d’anglais. Ici, les non-bourgeois s’engagent auprès d’un théâtre non-bourgeois ayant pour sujet unique leur grève.[2]

Les organisateurs du festival, quant à eux, ne réussissent pas toujours à convaincre les ouvriers de les rejoindre et de se servir de l’art du spectacle pour atteindre leurs objectifs. Les festivaliers s’attachent à la réalité hors du théâtre. Dans l’article : « Y’a pas que le théâtre » de 1977, ils expriment leur volonté de soutenir les ouvriers occupant l’usine Permali à Maxéville. Ces derniers répondent cependant par la méfiance : « Nous avons parlé du festival aux ouvriers. Nous leur avons dit qu’ils pourraient peut-être bénéficier d’un soutien de ce côté. Leurs réponses furent immédiates: « Nous, on n’y va jamais! » »

Les festivaliers font face à la méfiance et aux réticences des délégués mais aussi des travailleurs à l’égard des intellectuels d’une culture dont ils sont écartés. Ils ne parviennent pas à leur expliquer que le festival peut leur être ouvert, qu’il peut rejoindre les luttes.

Archives de Meurthe-et-Moselle, cote du document : 68J9
Archives de Meurthe-et-Moselle, cote du document : 68J9

Le festival comme tribune 

Plus largement le festival tente d’être participatif : les longs débats qui succèdent aux représentations en sont l’une des formes mais aussi les conférences et les séminaires, les bals, les rencontres dans les librairies. Dans les premières années du festival le public s’exprime, de surcroît, dans les votes et leur choix pèsent sur les délibérations du jury.

Lors de cette manifestation culturelle la place Stanislas devient un vaste forum, lieu de confrontations incessantes qu’elles soient organisées dans les colloques, réunissant les membres des différentes troupes et les spectateurs ou spontanées devant le théâtre, aux terrasses alentour ; les gens ne rentrent donc pas tous simplement chez eux, ils échangent en s’appropriant ainsi l’expérience de la représentation[3].

En 1977, Jack Lang organise des assises culturelles « Europe-Amérique Latine », sans les ouvrir au public « pour ne pas les transformer en meeting »[4]. Ceci entre en contradiction avec l’esprit ouvert, fraternel du festival soutenu par l’engagement de 300 bénévoles[5] pour assurer son bon fonctionnement et qui se veut être une tribune où chacun peut prendre la parole. Ces assises sont parmi les facteurs qui conduisent à la contestation au sein du festival contre son ancien directeur.

A suivre…

[1] Le Festival mondial du Théâtre de Nancy, film réalisé par Jean Grémion et Didier Lannoy, Coproduction : La Sept ARTE – la Compagnie des Phares et Balises – INA Entreprise (1999 – 75 mn), https://www.youtube.com/watch?v=paL4gZldksI&feature=share

[2] La note sur El Teatro Campesino a été rédigée à partir du Dictionnaire encyclopédique du théâtre de Michel Corvin, Larousse, Paris, 1998.

[3] Voir le film réalisé par Jean Grémion et Didier Lannoy pour ARTE qui illustre parfaitement cette ambiance montrant le Café du Commerce la nuit de 27 au 28 avril 1969 quand dans un référendum les Français retirent leur confiance à de Gaulle suite à quoi le Président de la République démissionne.

[4]Cité d’après Roland Grünberg, entretien du 5 septembre 2008, Nancy.

[5] Chiffre estimé par Robert Abirached in Le Festival mondial du Théâtre de Nancy, film réalisé par Jean Grémion et Didier Lannoy, Coproduction : La Sept ARTE – la Compagnie des Phares et Balises – INA Entreprise (1999 – 75 mn), https://www.youtube.com/watch?v=paL4gZldksI&feature=share

 

 


Auteur : agnieszkaszmidt

Agnieszka Szmidt est docteure en histoire contemporaine (CERCLE, Université de Lorraine, IHCE, Château des Lumières), elle est spécialiste des approches historiques de l'esthétique théâtrale européenne dont elle fait une étude « croisée ». Actuellement agent européen à la Banque Européenne d’Investissement, elle enseigne de 2006 à 2013 la langue et la littérature dans le Département de Polonais à l'Université Nancy 2.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *