La valise, par Michel Rapoport

Les ateliers d’été de l’Institut d’histoire culturelle européenne Bronislaw Geremek, qui ont eu lieu au Château des Lumières de Lunéville les 11, 12 et 13 juillet 2016, avaient pour thème: Objet(s)

Le professeur Michel Rapoport (université Paris-Est Créteil) propose une déclinaison sur la valise.

https://www.flickr.com/photos/21804434@N02/5306379347/in/photolist-rTyp6X-iPQc5z-rViexN-kXViQe-rVjngy-rVrpi4-7qP3YC-8bi5pZ-9CnB76-gPbuy6-q7oDnT-kTVyqn-mofN2J-bDfrg8-4WF7pT-8MDAUm-4WKnJ5-q6hwo3-95UzH6-EnDRrG-saUJBo-rKYuZA-6GDJ1h-5nY7zX-DMegA2-4kuwm6-t1ePyk-95Wmhj
Case History, John King, 1998
Crédits: mira66

« Ma valise m’accompagne au massif de la Vanoise, et déjà ses nickels brillent et son cuir épais embaume. Je l’empaume, je lui flatte le dos, l’encolure et le plat ; Car ce coffre comme un livre plein d’un trésor de plis blancs : ma vêture singulière, ma lecture familière et mon plus simple attirail, oui, ce coffre comme un livre est aussi comme un cheval, fidèle contre mes jambes, que je selle, je harnache, pose sur un petit banc, selle et bride, bride et sangle ou dessangle dans la chambre de l’hôtel proverbial.

Oui, au voyageur moderne sa valise en somme reste comme un reste de cheval. »

Francis Ponge

Ponge nous entraîne d’emblée dans l’histoire de la valise. Le cheval, si longuement bien qu’indirectement évoqué, est-il là par hasard quand on sait qu’à l’origine la valise était ce long sac de cuir que le voyageur-cavalier transportait en croupe ? Montaigne, dans son Journal de voyage en Italie (effectue en 1580-1581) évoque « ces deux portemanteaus (sic) qui avaient à l’arson (sic) de la selle des valises », ces porte-manteaux étant métonymique des chevaux… La valise donc invite au voyage. Mais quel voyage ? C’est selon et, dès lors, l’objet valise devient tantôt symbole de la découverte, du plaisir, du temps de repos, de vacances, pouvant être perçue là comme objet de distinction sociale, objet de travail aussi. Tantôt c’est le drame,  la violence,  la mort dont elle et le symbole. Mais dans la valise peuvent être aussi enfouis secrets, souvenirs…

En premier lieu, comme il appert chez Ponge, la valise, cet objet parallélépipédique, muni d’une poignée, évoque donc le voyage d’agrément. Voyage pendant longtemps apanage des classes aisées et de l’aristocratie, voyage autour du monde, voyages d’initiation à l’image du Grand Tour, voyage vers les villes d’eaux, les stations balnéaires ou de montagne (voir Le voyage de Monsieur Perrichon)…

La valise, doublée souvent de la malle, était et reste la compagne indispensable du voyageur touriste. Un objet longtemps luxueux et donc coûteux ; un objet de « cuir épais », écrit Ponge, avec « ses nickels [qui] brillent ». Ces voyageurs fortunés ont soutenu une industrie du luxe. L’un de ces plus célèbres fournisseurs de ces objets fut Louis Vuitton, malletier à l’origine, mais qui déclina, fin XIXème-début XXème siècle, la valise, se dotant, face aux menaces de l’imitation, d’un imprimé propre. Les grandes marques de luxe suivirent, et dès les années 1920 Hermès se lança, à son tour, dans la production de cet objet de luxe. Dans les années 1980, Vuitton, comme tous les fabricants de valise, adopte l’innovation qui « révolutionne » la valise, le système des roulettes et de la poignée télescopique, devenu commun, mais objet d’une « guerre roulante » entre Samsonite et Delsey, chacun revendiquant la paternité de l’innovation. En attendant, peut-être demain, la valise électrique télécommandée, la « Trolley » est désormais de rigueur auprès de tous, des plus fortunés aux plus modestes.

Car la valise n’est pas uniquement un objet de luxe réservé aux plus aisés. La généralisation du voyage, liée tant à la révolution des transports et à la baisse des coûts qu’à celle qu’a représentée socialement l’introduction des congés payés, a entraîné l’essor d la valise. Classes moyennes et classes populaires, dès avant la Seconde Guerre mondiale, représentent une importante clientèle pour la valise. Les photos des départs en vacances en France, à la suite de l’instauration des deux semaines de congés payés en 1936, en témoignent. Généralement cette valise est en carton, parfois en toile, plus rarement en bois. L’objet « se case » partout, dans le filet d’un compartiment, le coffre ou le toit d’une voiture, voire, pour les  cabriolets, attachée derrière. On la voit envahir les aéroports. Elle est témoignage des pérégrinations, pendant un temps, objet bariolé, couvert d’étiquettes, puis d’autocollants, gardant le souvenir des destinations plus ou moins exotiques du globe-trotter.

Elle est aussi l’objet indissociable de ceux dont le voyage est une nécessité professionnelle. Pas de commis-voyageur, de représentant de commerce, de VRP sans valise. Il arrive qu’elles soient deux compagnes, l’une avec les effets personnels, l’autre pour les échantillons. Certaines, pour les professionnels itinérants, peuvent être savamment aménagées, à l’image de la valise du coiffeur. A une autre échelle, en d’autres lieux, rouge, elle fait partie de la panoplie du Premier Ministre de sa Gracieuse Majesté et l’accompagne lors de l’entrevue hebdomadaire accordée par la souveraine.

La valise est aussi l’objet du pauvre en déplacement : « Il regarde sa valise, qui est sur le filet, en face de lui, et qui déborde de beaucoup. C’est une valise de pauvre : de la toile beige sur une carcasse de carton ; du mauvais cuir pour renforcer les coins ; des poignées lourdaudes, bêtement écartées » écrit Jules Romains dans un passage des Hommes de bonne volonté.

Valise du migrant aussi, en quête de fortune et qui fit celle, même si elle fut éphémère, de Linda de Suza qui sut vendre sa « valise de carton », best-seller de 1984, vendu à deux millions d’exemplaires, puis chanson dont le refrain, en son temps, fut un « tube » :

Deux valises en carton sur la terre de France

Un Portugais vient de quitter son Portugal

Comme tant d’autres il est venu tenter sa chance

Le Portugais qui a quitté son Portugal.

 

Ou encore cet écho porté dans Une valise à la main par les Tisseuses d’étoiles, au travers de chants traditionnels de Chine comme du Congo, d’Algérie comme de Pologne, de Madagascar comme de Turquie ou d’Arménie et d’ailleurs, de ces trajectoires de femmes et d’hommes qui ont pris le chemin de l’exil.

Quant à Jean Genet, ne donne-t-il pas à lire, dans le premier tableau des Paravents, par la présence de la valise, portée par la mère et où ont été entassés les cadeaux de la noce, à sa façon, le symbole de la misère ?

*              *

Mais elle aussi symbole du malheur, du drame, de l’horreur, de la mort. Il y aurait un travail à entreprendre sur La valise et la Guerre.

Elle accompagne l’exode. Il suffit de revoir les images, photos et bandes d’actualité de mai 1940, ou celles de l’exode des Pieds Noirs d’Algérie en 1962, temps où pour l’OAS il n’y avait que la valise et le cercueil. Foules désemparées, ayant sauvé ce qu’elles pouvaient, et d’abord ce qui, pour elles, paraissait être l’essentiel de leur mémoire, de la survie, objets parfois dérisoires aussi.

Valises de ceux qui partent pour assurer la Relève ou pour le STO, valises des prisonniers de guerre.

Mais surtout valises des Juifs à qui l’occupant ou le fonctionnaire de service, lors des Rafles, bien que sachant que c’était un voyage sans retour, intimait de rassembler les effets nécessaires. Valises de déportés méthodiquement marquées et entassées dans les camps de la mort, traces du crime contre l’humanité.

La valise est aussi cette compagne du réfugié d’hier à aujourd’hui, qu’il vienne d’Espagne en 1939, menacé après la victoire de Franco, de Yougoslavie après la satellisation soviétique, d’Afghanistan ou la Syrie aujourd’hui. Seule une différence apparaît entre la valise du réfugié d’hier et celle du réfugié contemporain : l’adulte ou l’enfant « moderne » tire son « Trolley » comme tout voyageur. Là encore est entassé sinon l’indispensable, du moins ce dont le réfugié ne peut se défaire.

La guerre en valise se décline encore, durant la Seconde Guerre mondiale, comme instrument de Résistance, pour le transport d’écrits clandestins, d’armes, de radio-émetteurs. La guerre d’Algérie, elle, eut ses « porteurs de valises », qui, pour le FLN, transportaient fonds, documents…

On pourrait encore évoquer, durant les années noires, la valise objet de tous les trafics, mobilisée pour le marché noir. Que l’on se souvienne de son rôle dans La traversée de Paris, débordante de cochon ! Comment ne pas parler aussi de la valise du crime qui se décline selon plusieurs gammes, « collectionnées » comme celles de Petiot ; « sanglante », celle du fait divers ou du polar, déposée à la consigne, abandonnée ici avec un tronc, là avec des membres ; valise « poudreuse », lourde de « blanche » ; valise aux billets…

La Traversée de Paris, Claude Autant-Lara, 1956
La Traversée de Paris, Claude Autant-Lara, 1956

Dernière valise « mobile », circulante » mystérieuse, objet de tous les fantasmes, la fameuse valise diplomatique, aux formes indéfinies ; elle peut avoir la forme d’une valise, au sens propre du terme ; elle peut être sac, pochette, conteneur aujourd’hui. Elle est celle qui passe les frontières, marquée su sceau de l’Etat, inviolable, qui transporte plis et courriers, mais par laquelle transite le plus insolite, du piano de l’ambassadeur musicien à l’agent exfiltré, du moins si l’on en croit La Valise, le film rocambolesque de Georges Lautner.

*                                *

Restent à évoquer les valises qui ne sont plus que les voyageuses des souvenirs, celles qui conservent les secrets de famille, vieilles lettres et vieux papiers, photos de jadis ou les trésors enfouis, oubliés, disparus et qui, brusquement, reviennent à la lumière.  C’est ainsi que la valise mexicaine de Capa, renfermant les négatifs des photos prises lors de la Guerre d’Espagne, considérée comme perdue depuis 1939, a refait surface à Mexico en 2007. Enfin il y a ces valises réceptacles de l’interdit, à l’image de la valise des livres interdits de Binoclard, personnage de Balzac et la petite tailleuse chinoise : « Nous nous approchâmes de la valise. Elle était ficelée par une grosse corde de paille tressée, nouée en croix. Nous la débarrassâmes de ses liens et l’ouvrîmes silencieusement. A l’intérieur des piles de livres s’illuminèrent sous notre torche électrique : les grands écrivains occidentaux nous accueillirent à bras ouverts ; à leur tête se tenait le vieil ami Balzac, avec cinq ou six romans, suivi de Victor Hugo, Stendhal, Dumas, Flaubert, Baudelaire, Romain Rolland, Rousseau, Tolstoï, Gogol, Dostoïevski ; et quelques Anglais : Dickens, Kipling, Emily Brontë…Quel éblouissement ».

Objet usuel, notre valise, aujourd’hui, devient objet d’art, inspirant sculpteurs, peintres, trouvant sa place dans des lieux appropriés ou plus surprenants. Les valises monumentales de John King sont dispersées, depuis 1998, à Liverpool dans Hope Street, rappelant quelques grandes personnalités originaires de la ville ou y ayant séjourné: Dickens,  les Beatles, l’architecte Gilbert Scott, le philanthrope Robert Cain…La Consigne à vie, sculpture de bronze installée dans la cour de Rome, gare Saint-Lazare, et pour laquelle Arman, qui s’intéresse au statut de l’objet et au rapport qu’entretient avec lui la société contemporaine, a choisi de la placer dans un lieu lié au voyage. Autre oeuvre, Une valise à la main de Woudi Tat, coulée de valises tombées du ciel contenant les voix enregistrées d’immigrés de toute nature, qu’ils soient réfugiés politiques, immigrants économiques, « sans papiers », lors d’une rencontre à Lyon en 2002. Récemment, l’artiste japonais Chiharu Shiota, a présenté à la Galerie Templon, L’envol des valises, installation de vieilles valises en carton, suspendues à des cordes rouges et flottant dans l’espace, objets ordinaires placés ici pour évoquer mémoire et voyages de leurs anciens propriétaires. L’exposition suivante dans cette même galerie, Tableaux-valises de Daniel Dezeuze, membre du groupe Supports/Surfaces, place l’objet valise -ce sont les valises qui l’accompagnèrent dans ses pérégrinations- au cœur d’une réflexion sur la nature de la peinture et sa fonction. La valise n’est pas seulement le banal objet d’accompagnement du « voyageur », elle devient représentation et source d’interrogations multiples.

https://www.flickr.com/photos/scomodo/28191394481/in/photolist-wAcAEo-wS55uq-wAjBjX-wS51pS-wTjTFp-wQuckh-wAjkKR-wS5HjY-wAjjdT-wAjykk-vVMhJW-uv8pdV-tsAxk8-tsBpMv-upDrTi-upDKL2-zG6sdY-HwKNnt-tBn56r-JP3y86-HZyWD8-un8JeG-zXvAzm-us4yo6-tvdib2-JiSxWE-JiSysu-wzkFjf-JiSyNE-JxnNTw-JxnQwm-HEi5P3-JApqnX-CGWHmh-CGWEzf-CbKeNg-CzGhNA-Ci7ZBm-BMRPmP-Ci7ZTJ-Ci7Z11-CKfh9K-CGWH3S-zGcAAB-JXbgpx-JudwdY-JV6B4i-JNadbz-HYGTf4-JNacwP
Chiharu Shiota, L’envol des valises
Crédits: Gianluca Bertoncelli

Ainsi voilà, dans sa diversité, au carrefour de l’histoire des transports, de l’histoire économique et sociale, de l’histoire politique et culturelle, de la sociologie, mais aussi de la littérature et de la création artistique, la valise, cet objet de tous les transports, qui attend donc son historien.

Mais je me rends compte d’un oubli impardonnable : dans ma malle, le mot-valise a été laissé de côté. Et pour me faire pardonner, je remercie les organisateurs de cet atelier de nous avoir ainsi invités, le soir, à « bavardiner » comme écrirait la marquise de Sévigné.  

Michel Rapoport – Paris-Est Créteil et CHCSC de Versailles-Saint-Quentin-en Yvelines


Auteur : Marie Caquel

Doctorante en histoire culturelle à l'université de Lorraine, Marie Caquel prépare une thèse sur "Les transferts culturels gastronomiques entre la France et le Maroc de la fin du XIXe siècle jusqu'à nos jours". Diplômée également en muséologie, elle s'intéresse aussi à la mise en exposition de l'histoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *