L’Avignon des jeunes. Un essai sur le rôle de la parole au Festival mondial de théâtre de Nancy (3/5)

Troisième partie:  1973 : la mise en cause de la poursuite du Festival mondial de théâtre de Nancy

Figure 9 bis

La parole en crise

Contrairement à El Teatro Campesino, Bread and Puppet Theatre dépasse le langage pour nous rendre directement sensible à la guerre du Vietnam. La troupe ne fait pas confiance à la parole « qui trompe et qui se trompe », qui déforme la réalité ou change son sens profond. Cette défiance face au langage est une réaction aux mots des théoriciens de la guerre, des journalistes qui ont réquisitionné le mot « théâtre » pour en faire le lieu des combats, le « théâtre de guerre » que ce soit en transformant le champ de bataille en lieu d’action que les spectateurs peuvent voir en déjeunant, en manipulant les photos de presse et la télévision. La guerre est devenue une suite d’actes se jouant sur le théâtre-monde, les soldats et leurs cibles : ses acteurs. Par réaction contre ce qu’il juge une dégradation d’un langage, Peter Schumann crée un théâtre souvent aussi silencieux qu’une œuvre sculptée, où les mots, lorsqu’il y en a, ne sont que des sous-titres, des à-côtés, du bruit. Le metteur en scène s’envole vers le Vietnam tout en restant là où se trouve la source du pouvoir. Il fait ce voyage par l’esprit, en lui donnant une réalité, en franchissant la distance qui le sépare de ce pays.

         Fire est dédié à Alice Herz, Norman Morrison et Roger Laporte qui se sont immolés pour protester contre la guerre. Un spectacle, à l’exception d’une scène, muet. Il économise les gestes jusqu’à les décomposer en signes. Cinq exécutants y baignent et sombrent dans un rêve. Ils restent sept jours dans un village vietnamien dévasté le dernier jour par un violent incendie.

Bread and Puppet est un théâtre qui veut montrer quelque chose aussi clairement qu’une théorie – un théâtre volontairement didactique, sans être terre à terre. C’est un théâtre qui donne à ceux qui y participent l’occasion de relier leur art et leur travail à un problème moral central. C’est encore un théâtre qui vise à être « aussi simple (et nécessaire) que du bon pain » (nous faisons référence au rituel du partage de pain des acteurs avec le public qui précède chaque spectacle) et recherche une morale aussi peu compliquée que celle des Évangiles et des contes pour enfants. Bread and Puppet Theatre tente sous forme théâtrale et à travers quelques phrases de cerner et résumer le conflit vietnamien et d’exprimer une théorie d’ensemble, globalisante, une « théorie » de la guerre menée au Vietnam que les artistes américains refusent.

La parole censurée

La crise de la parole au Festival mondial du théâtre de Nancy s’exprime aussi, en dehors de représentations prévues, par les spectacles improvisés dans la rue et qui sont suivis par l’application de la censure. « En mai 1968, tout est calme à Nancy, aucune barricade, aucun pavé lancé Place Stanislas. [Mais en 1973,] la surestimation par le maire du danger contestataire étudiant dans sa ville conduit la municipalité de Nancy à se séparer du festival : l’enfant qu’elle a pourtant porté avec l’aide de collectivités locales et le rectorat. »[1]. Le 1er mai 1973, les CRS et les festivaliers s’affrontent, la police obligeant les jeunes à forcer les portes du Grand Théâtre pour se réfugier à l’intérieur du bâtiment où ils devaient néanmoins être poursuivis par des « acteurs en uniforme ». La scène a été filmée par la télévision et diffusée en direct par Antenne 2. « La direction du festival redoutait cette journée du 1er mai. La contestation étudiante et lycéenne, la présence à Nancy de cet amplificateur qu’est la presse nationale et internationale, associées aux traditionnelles manifestations de la Fête du Travail, tout cela faisait un mélange explosif. (…) Les festivaliers comparent l’action des CRS à un mauvais spectacle, bien banal : provocations au premier acte, répression au deuxième acte et négociation au troisième. »[2]

 

Figure 8. Un Journal du Festival, 1973. Archives de Meurthe-et-Moselle, cote du document : 68J9
Figure 8. Un Journal du Festival, 1973. Archives de Meurthe-et-Moselle, cote du document : 68J9

À ce moment-là, Roland Grünberg, le graveur, l’affichiste, celui qui a invité Grotowski à Nancy, prépare chaque jour une émission sur Radio-Lorraine pour rendre compte des événements les plus impressionnants du festival. Le 1er mai, à la question : « Roland, qu’est-ce que tu as vu hier au festival ? », il répond : « Hier, j’ai vu un spectacle lamentable dont les auteurs étaient les CRS, les flics… »[1]. Ayant décrit les scènes les plus spectaculaires du « théâtre de rues » sur la Place Stanislas et au chapiteau de la place Carrière, foyer central du festival, Rolang Grünberg est interdit d’antenne ; il sera appelé à revenir incognito sur les ondes pour parachever son travail dans les derniers jours du festival.

Suite aux événements du 1er mai, un numéro spécial du journal du festival est consacré à la crise provoquée par les agressions policières qui mettent en cause la poursuite du festival. Responsable de la publication, Jean-Denis Mouton voit, le mois suivant, Raymond Marcellin, Ministre de l’Intérieur, porter plainte contre lui pour « injures à l’encontre de la police ». La direction du festival prend ses distances à l’égard des collaborateurs du journal en question. Auteur de la couverture illustrée, Rolang Grünberg, est également poursuivi en justice par le Ministre de l’Intérieur, pour avoir employé le terme « flic ». Rolland Grünberg raconte : « J’avais pris une affiche de Mai 68, le CRS à la matraque, j’ai ajouté un petit personnage qui symboliserait le festival du théâtre et la rose. Le CRS matraquait la rose. Le slogan qui l’accompagnait était « quelques jours déjà, flic-flac, nous revoilà ». Flac-flac symbolisait le bruit de la matraque sur les têtes de festivaliers (mais c’était aussi le slogan inversé des manifestants étudiants suivant Mai 68 : « coucou, nous revoilà ! »). » Le Ministre de l’Intérieur, Raymond Marcellin, porte plainte contre la couverture de Grünberg en accusant l’expression « flic-flac » d’être une insulte contre la police. Jack Lang et Bogdan Lew Jedrzejowski, l’assistant du directeur déclarent qu’ils n’ont rien à voir avec le journal et se désolidarisent de Jean-Denis Mouton et de Roland Grünberg. Après 1,5 ans d’instruction, le juge du tribunal de Nancy rend un non lieu en faveur des deux accusés suite à une émission de radio dans laquelle R. Marcellin, invité par la RTL (Radio, Télé Luxembourg) dit sur l’antenne être fier qu’on l’appelle « le premier flic de France », le mot flic n’étant plus une insulte [2].

Figure 9. La couverture du Journal du Festival, n° 5, le 2 mai 1973. Archives de Meurthe-et-Moselle, cote du document : 68J9.
Figure 9. La couverture du Journal du Festival, n° 5, le 2 mai 1973. Archives de Meurthe-et-Moselle, cote du document : 68J9.
Figure 10. Archives de Meurthe-et-Moselle, cote du document : 68J9
Figure 10. Archives de Meurthe-et-Moselle, cote du document : 68J9
Figure 11. Un Journal du Festival, n° 5, le 2 mai 1973. Archives de Meurthe-et-Moselle, cote du document : 68J9.
Figure 11. Un Journal du Festival, n° 5, le 2 mai 1973. Archives de Meurthe-et-Moselle, cote du document : 68J9.

A suivre…

[1] Entretien de Roland Grünberg du 5 septembre 2008, Nancy.

[2] Roland Grünberg, idem.

[1] Le Festival mondial du Théâtre de Nancy, film réalisé par Jean Grémion et Didier Lannoy, Coproduction : La Sept ARTE – la Compagnie des Phares et Balises – INA Entreprise (1999 – 75 mn), https://www.youtube.com/watch?v=paL4gZldksI&feature=share

[2] Entretien de Roland Grünberg du 5 septembre 2008, Nancy.


Auteur : agnieszkaszmidt

Agnieszka Szmidt est docteure en histoire contemporaine (CERCLE, Université de Lorraine, IHCE, Château des Lumières), elle est spécialiste des approches historiques de l'esthétique théâtrale européenne dont elle fait une étude « croisée ». Actuellement agent européen à la Banque Européenne d’Investissement, elle enseigne de 2006 à 2013 la langue et la littérature dans le Département de Polonais à l'Université Nancy 2.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *