Objets politiques, objets culturels en France de la fin du XIXe siècle à nos jours, par Jean El Gammal

Les ateliers d’été de l’Institut d’histoire culturelle européenne Bronislaw Geremek, qui ont eu lieu au Château des Lumières de Lunéville les 11, 12 et 13 juillet 2016, avaient pour thème: Objet(s)

                  580_410_2_940912-542835115897185-4116016921062749155-n

Le professeur Jean El Gammal (Université de Lorraine) a proposé une intervention sur les objets politiques dont voici le texte intégral.

Une réflexion d’ensemble sur les rapports entre objets politiques et objets culturels, même pour un peu plus d’un siècle et dans le cadre d’un pays familier, la France, peut ouvrir de nombreuses perspectives, mais aussi intriguer, voire dérouter si l’on prend en considération les diverses significations et formes de tels objets. A priori, ils sont insérés dans une trame historique, politique et culturelle, qui ne retient guère dans ses mailles d’objets au sens solide, surtout, en apparence, dans le domaine politique. Les objets y sont souvent peu – ou à l’inverse trop minutieusement –  définis, voire insaisissables, s’il s’agit de promesses ou d’éléments de programmes qui se dérobent ou s’estompent souvent, à moins qu’ils ne fossilisent.  Ces objets peuvent relever aussi de transactions plus ou moins licites, que l’on peut présenter en termes anthropologiques, sous le signe du don ou de contre-don, ou de manière peut-être plus prosaïque en termes de clientélisme, voire de corruption[1]. Ces objets sont divers, au sens figuré (l’emploi fictif, la manœuvre tortueuse) ou plus concrets quoiqu’en principe invisibles (la liasse de billets, la valise ou tout autre type de contenant).

A l’état matériel, du reste, un objet politique peut être de plus ou moins grande taille, assez solennel (un arbre de la liberté, une Marianne, une mairie, une salle politique, un palais, une tribune, une assemblée – mais peut-on vraiment parler d’objet lorsqu’il s’agit d’un bâtiment ?-, soit flottant, tout au moins au sens propre (un drapeau, par ailleurs souvent présent et arboré), réitéré ( un banquet républicain)  ou éphémère (un bulletin de vote, une affiche, ou, bien plus massive, une barricade). Il existe aussi des mots-objets (Bloc, Cartel, Front) ou des espaces-objets (territoires, dont les « coteaux modérés » chers à Albert Thibaudet). D’autres sont ou paraissent plus conformes au statut usuel d’un objet : un maroquin, une ou plusieurs décorations,  un insigne parlementaire ou militant. Certains journaux,  livres, recueils, mémoires, traités (encore que la notion de livre politique soit plus complexe qu’il n’y paraît) sont maniables ou utilisables en tant qu’objets.  Il arrive aussi que, dans des archives ou des musées, certains objets de divers types soient préservés, mais inégalement consultés (un fonds électoral ou des papiers privés), voire  exposés ou mis en évidence : ainsi en va-t-il de certaines photographies, de portraits, séquences d’actualités, extraits de discours, voire films politiques, subissant une transformation qui en renforce l’objectivation, ou l’instrumentalisation.

Face à un tel éventail, sans doute faut-il avoir présentes à l’esprit les permanences et surtout les évolutions d’une typologie, avant d’examiner les relations qui les distinguent ou les rapprochent et  les usages qui leur sont attachés, puis, en rapport avec ce que l’on pourrait appeler par référence à un titre de Jean Baudrillard des « systèmes des objets »[2], aborder les corrélations et, pour une période plus récente, la question des rapports entre matérialité et dématérialisation ?

Ces trois approches correspondent pour une part à une présentation chronologique, que l’on adoptera, avec deux césures en 1914 et – moins  nettement – jusqu’à la fin des années 1970 ou au début des années 1980,  mais il peut y avoir des échos d’un temps à l’autre.

D’un point de vue historiographique, on dispose, à l’appui de cette tentative de problématique, d’éléments appartenant à des champs assez divers. Il  faut rappeler tout d’abord le caractère pionnier de certains travaux de Maurice Agulhon, à l’échelle des représentations de la République et notamment de la figure de Marianne et des enquêtes sur la « statuomanie »[3]. Il convient également de noter que si la notion a connu une grande extension, les « lieux de mémoire » chers à Pierre Nora sont des objets de réflexion, mais, aussi, dans certains cas, des objets en un sens très matériel : que l’on songe au Tour de la France par deux enfants[4]– et à bien des ouvrages du même type patriotique, y compris sous d’autres régimes en Europe, dont Cuore en Italie, inscrits dans un double champ politique et culturel.  De nombreux travaux, en outre, ont porté sur les cultures politiques, sous l’impulsion, en France, de Serge Berstein et Jean-François Sirinelli. On le voit, de nombreuses pistes de réflexion sont ouvertes, d’autant qu’il ne s’agit pas aussi de la présentation et de la circulation des objets.

J’ai fait ici le choix de ne pas montrer ces objets sous formes d’images, d’autant qu’ils ne sont pas nécessairement exposés et peuvent s’inscrire dans des espaces en quelque sorte enchevêtrés ou entremêlés, en une « immense végétation »[5], pour reprendre une expression de Jean Baudrillard dans un autre contexte, mais de les évoquer en analysant leurs éventuelles interactions, leurs fonctions et leurs translations à travers des périodes plus ou moins homogènes.

I  Les objets républicains : décors et pratiques

Il n’existe évidemment pas, à l’échelle de temps considérée, grosso modo de 1880 à 1914[6],  une typologie ne varietur. Pour la commodité du propos, on retiendra comme point de départ la «  fin de siècle » tertio-républicaine. Déjà, un certain nombre d’éléments sont présents dans la cadre d’un régime qui s’affermit et s’entoure volontiers de symboles, dont certains s’ancrent dans la longue durée.

  • Transitions

Un patrimoine antérieur à la « République des républicains » est en partie maintenu (Légion d’honneur, en tant que récompense de services militaires et/ou politiques, au sens large[7], et de manière plus générale un certain décorum dans les palais officiels demeurant en usage) ou remis en honneur (certains objets et symboles issus de la Révolution française, voire de la Deuxième République, liés à une iconographie patriotique et militante que répandent gravures, journaux et almanachs) face à des objets relégués dans le passé ou souvent obsolètes (drapeaux blancs, symboles napoléoniens, en tout cas dans le champ politique). Tout ceci, revendiqué ou rejeté, relève pour une part de l’action et des combats du « parti républicain », avec ses références, dont le fameux « programme de Belleville » de 1869.

  • Mise en place d’un système ?

Il est ou serait fondé – il ne faut pas y voir un quadrillage systématique – sur des dispositifs, des emblèmes[8] et des identifications efficaces. On les observe à travers des circulations, des images et des monuments. On peut y voir un ensemble de caractères associés aux commémorations de la Révolution française, aux voyages officiels[9], aux revues patriotiques,  qu’orchestrent des autorités, en s’appuyant sur une sémiologie festive, drapeaux, cocardes et inscriptions faisant office de points de repère. Dans ce cas de figure, l’objet est transitoire, ou transitionnel en favorisant le passage de la monarchie à la République, mais sa réutilisation contribue à fixer certains traits de la culture politique. Il en va de même, à certains égards,  pour l’école primaire, l’objet-manuel ou l’objet carte-murale, y compris, à certains égards, dans le domaine de la colonisation, permettant de mettre en évidence un espace-temps pédagogique cristallisé à travers des dates, des lieux et des commentaires. Les dimensions concrètes, les signes et figurations (y compris, dans certains cas, de caractère maçonnique réel  ou supposé[10]) sont privilégiés. Moins cernable est le parcours qui conduit, au seuil du XXe siècle, à ce que ce que l’on appellera bien plus tard la « forme-parti ».

  • Ce que montrent les journaux

L’objet quotidien  ou hebdomadaire est avant tout le journal, notamment politique, qui, pendant l’ « âge d’or de la presse française », familiarise le lecteur avec des schémas de pensée. D’une certaine façon, les rubriques du journal – notamment les éditoriaux politiques, les caricatures et les illustrations de la presse d’opinion – sont des objets qu’aime retrouver le lecteur, mais la culture associée à « la civilisation du journal »[11] est loin d’être uniformément politique, d’autant que l’essor de la presse à grand tirage et le développement de nouvelles formes de presse créent en quelque sorte des modèles moins ou différemment politisés. En général, ces journaux très diffusés ne prennent d’ailleurs pas de position très tranchée. Les objets qu’ils promeuvent peuvent, au moins en apparence, dévier du champ de la politique.

  • Objets des oppositions, nouveaux éléments d’un cadre

Néanmoins, celle-ci ne relève pas seulement d’un conformisme associé à des objets mis en scène dans la perspective de la République modérée, puis radicale. Du côté des nationalistes de droite ou devenus tels, il existe une concurrence centrée sur d’autres usages de l’ « objet drapeau » ou la critique parfois virulente des symboles de la République. Dans le cas du boulangisme, de nombreuses ambiguïtés apparaissent, ainsi qu’une tentative assez circonscrite dans le temps d’utilisation de  portraits et figurines, dans le cadre, en 1888-1889, de la campagne plébiscitaire en partie influencée par celles des candidats américains, mais qui s’inscrit également dans des traditions françaises[12].  A l’opposé, des contestations de gauche s’affirment (drapeau rouge, drapeau noir, lieux de recueillement tels le mur des Fédérés[13]) mais à une échelle plus limitée et surtout dans la France de grandes villes, durant les années précédant la Grande Guerre. Il reste qu’une certaine forme de normalité démocratique (réservée aux hommes) s’est établie, complétée à la veille du conflit par un dispositif symbolique électoral (enveloppe, isoloir).

II L’évolution des « systèmes » de 1914 aux années 1970

             Plus incertaine que pour le premier temps de cette étude, et alors même que nombre de traits du « modèle » d’avant 1914 perdurent, la chronologie de la circulation est également plus heurtée, voire beaucoup plus violente, du moins jusqu’au début des années 1960. On distinguera cinq temps principaux au titre de l’histoire des objets politiques et culturels.

  • Sous le signe du patriotisme, des objets de guerre et du souvenir

D’une certaine façon, 1914 représente une solution de continuité, compte tenu du caractère sans précédent du conflit et des proportions qu’il prend. En outre, des objets de guerre spécifiques apparaissent, étudiés notamment dans le cadre de l’historial de Péronne. Sur le plan politique, ils sont souvent associés au discours et à la littérature patriotique d’union sacrée, mais c’est surtout le poids des combats qui importe, en l’occurrence. Sur le plan symbolique, des distinctions sont attribuées, notamment à travers les décorations, dont la croix de guerre. Après l’armistice, ce sont surtout les monuments aux morts qui apparaissent à l’échelle politique comme des objets et tout au moins comme des points de repère, mais leur taille, certes inégale, n’amène guère à les identifier à des objets en tant que tels.

  • Un entre-deux-guerres parfois agité

Si la notion de brutalisation, concernant la France, prête à discussion, il n’en reste pas moins que de nombreux objets renvoient à une conflictualité politique et culturelle[14]. Ils peuvent être référés à la typologie esquissée au début de cette intervention : affiches, comme celle de l’ « homme au couteau entre les dents », lors de la campagne de 1919, métaphores (le « mur d’argent »), emblèmes (la SFIC fait un usage renouvelé du drapeau rouge, en rapport avec la IIIe internationale, et popularise la double représentation de la faucille et du marteau), insignes[15] et uniformes, en relation avec des manifestations et des services d’ordre ( y compris celui de la SFIO, avec les trois flèches). En règle générale, ce sont surtout les ligues de droite et d’extrême droite qui retiennent l’attention, avec des échos internationaux, mais aussi des éléments de continuité par rapport à l’avant-guerre (cannes des « camelots du roi », jusqu’à la dissolution de l’Action française, ou, métaphoriquement, balais déjà figurés lors de la crise boulangiste). De manière en principe plus pacifique, même si le Front populaire a été marqué à la fois par des espoirs et des violences qui ne sont pas toujours restées verbales[16],  on pourrait aussi évoquer les objets-images, tels  certaines photographies des années 1930[17], ou encore des séquences d’images animées ou des films,  témoignages divers d’une esthétique qui prend progressivement son sens, au fil d’années de plus en plus menaçantes, voire bien au-delà.

  • Objets de la collaboration et de la Résistance

A lui seul, ce sujet mériterait une étude approfondie : aux symboles et aux objets d’un pouvoir mis en place en juillet 1940 et pratiquant la collaboration, entre culte du chef, éléments de décor traditionalistes, images ressurgies du passé, expositions antisémites et médailles connotées (la francisque), s’opposent les objet d’abord isolés et  longtemps fragiles de la Résistance (tracts, inscriptions, presse clandestine), les symboles d’unification (Croix de Lorraine, et, pour une élite, l’ « Ordre de la Libération »[18]). Parmi les objets qui s’imposent en temps de guerre, au titre de l’acquiescement à la propagande de Vichy, ou à l’inverse de l’écoute des nouvelles de la France libre et de la Résistance, ou de la recherche des informations, figure la radio, dont, il est vrai, l’usage avait commencé à se politiser dans les années 1930, et qui compte, en des sens divers, à la fois parmi les symboles des années noires et des espoirs placés dans la Libération. Celle-ci voit resurgir des symboles et objets de l’histoire des révolutions et des émancipations des décennies antérieures : drapeaux et barricades, notamment.

  • Une certaine éclipse sous la Quatrième République

En regard des années de la guerre et de l’Occupation, la Quatrième République paraît moins riche en objets politiques. Néanmoins, certains s’inscrivent dans le contexte des conflits liés à la décolonisation (images et ouvrages de propagande coloniale, articles, échos et journaux relatifs aux guerres coloniales). Dans la cadre de la guerre froide, la peinture « réaliste socialiste » ou les ouvrages mis en avant lors des « batailles du livre » orchestrées par le Parti communiste constituent des objets politiques et culturels. Certains symboles utilisés relèvent en partie de l’image-objet mémoriel : c’est le cas du « bonnet phrygien », symbole réutilisé par le Front républicain, sur une idée de Jean-Jacques Servan-Schreiber, lors de la campagne des élections de janvier 1956.

  • Un système des objets d’inspiration gaulliste, les débuts d’une contre-culture politique

Au temps du RPF et même de la traversée du désert, il y avait déjà des objets gaullistes, souvent en relation avec les souvenirs de la France Libre (dont la croix de Lorraine). On assiste après mai 1958 à une sorte de réinstitutionnalisation de ces objets et images, en relation avec une forte personnalisation du pouvoir,  relevant selon certains d’une « monarchie républicaine », mais aussi avec des éléments de modernité graphique que mettent en avant certaines campagnes gaullistes. Dans l’ensemble, en termes de décorum, la tradition reste fortement établie.  Avec l’accumulation des « choses » durant la dernière décennie des Trente Glorieuses, c’est peut-être l’un des éléments (du décor tout au moins), qui fait ressortir par contraste l’emprise symbolique de la contestation. A travers les événements de 1968 – voire en deçà et au-delà[19]–  elle reprend des objets du répertoire révolutionnaire (la barricade, le pavé, le livre – y compris petit et rouge – et la brochure politique)  ou des forces de l’ordre, tout en faisant des affiches, voire des graffitis de mai, des objets nouveaux, à travers lesquels entendent s’exprimer des désirs révolutionnaires, voire subversifs.  Il subsiste néanmoins des objets plus classiques dans le champ de la gauche, dont l’un des symboles des années 1970, du moins jusqu’à la rupture des négociations de 1977 : le « programme commun de gouvernement » de 1972. Pendant cette décennie, marquée par une forte politisation et l’apparition de nouveaux courants[20], se dessinent progressivement des changements « médiatiques » qui ouvrent sur un troisième temps de la réflexion.

III Matérialité, dématérialisation

On se bornera ici à proposer quelques pistes de réflexion, conduisant à évoquer, mais aussi à relativiser, la part de la modernité, en fonction des données propres au « présentisme » , à la prolifération des objets et au poids des héritages.

  • Ce qui reste des systèmes symboliques

En dépit des renouvellements et des contestations, il subsiste d’une part bien des paysages territoriaux (communes malgré des regroupements, cantons malgré la réforme récente,  départements, régions en dépit de leur recomposition partielle en 2014). On peut observer de plus, bien des décors et des objets solennels, des années 1970 à nos jours, qui s’inscrivent dans un cérémonial des pouvoirs demeuré, en dehors des références à Marianne,  très masculin, malgré l’évolution de ce début de siècle. Les drapeaux, décorations, devises et emblèmes sont toujours présents, de même que le ballet des véhicules officiels, même si ceux-ci ont changé.  Les fêtes et revues, héritées également de la tradition militaire, continuent à occuper une certaine place, ainsi que les commémorations, sans doute bien plus nombreuses à l’échelle nationale qu’elles ne l’étaient au début de la période étudiée. Sous un autre angle, les objets liés aux élections, en dépit de la crise du militantisme, demeurent présents : programmes, tracts et affiches sont toujours utilisés, et le décor des bureaux de vote a peu évolué. En outre, les cartes électorales, qui sont aussi des objets, sont toujours en usage. C’est sans doute le déclin du journal en tant qu’objet politique qui est, à l’échelle des systèmes antérieurs,  le trait d’évolution le plus marqué, mais la politique passe par bien d’autres canaux, dont la télévision. Son rôle s’est accru même si les images qu’elle diffuse sont concurrencées par celles de nouveaux médias.

  • Les images plus que les objets

A certains égards, on pourrait accréditer l’idée selon laquelle les images ont supplanté les objets, mais, dans le domaine politique, elle ont toujours été présentes, encore que l’affiche-image tende à l’emporter sur l’affiche-texte. De même, la « petite phrase », qui n’est qu’en un sens un objet, est parfois éclipsée, par l’image, photographie ou série, inscrite dans le temps des campagnes politiques. Le souvenir ou la mémoire politique, malgré les ventes importantes de certains livres politiques, s’inscrit davantage dans un flux continu (avec l’extension des usages des sondages) ou  discontinu d’images, de slogans et de bribes de discours, que certains commentateurs et journalistes, il est vrai, entendent soumettre à vérification, sur le mode du « fact checking », avec des résultats dont la portée est incertaine. L’image est parfois, il est vrai, l’une des composantes d’un récit, dans le cadre de ce que Christian Salmon et d’autres auteurs ont analysé à propos du « storytelling ». En outre, l’inflation du volume des rapports, lois, décrets et arrêtés, pousse à réduire la visibilité de l’écrit politique de caractère austère, qui, il est vrai, n’a jamais été lu par un large public.

  • A quoi les nouveaux objets tiennent-ils ?

Au titre des nouveaux modes de communications politiques, l’objet  peut sembler se dématérialiser, sous le signe de certains aspects de la communication politique et des réseaux sociaux. Le compte Twitter ou le blog peut devenir l’un des supports de la rumeur mise ou goût du jour ou du commentaire, sinon de l’action politique. Mais s’agit-il vraiment de dématérialisation, et ne peut-on y voir l’un des nouveaux aspects de la « panoplie politique », complétant la palette des moyens de communication politique[21] ? Et par ailleurs, les nouvelles méthodes ne jouent-elles pas aussi sur les ressorts, en terme de mobilisation, qui renvoient à des images initialement lointaines ou parfois présentées comme obsolètes (monter et descendre des escaliers, se rassembler sur une place, manifester sous différentes formes) ? De plus, du point de vue des électeurs, les réseaux sociaux modifient-ils les regards, les attentes, les demandes  et les déceptions à l’égard du monde politique ?

Sans doute serait-il trop catégorique, compte tenu de la persistance de différents cadres,  de conclure à une tendance à la dissolution des rituels et des objets politiques dans un ensemble composite associé à la fois à la modernité et à la crise du politique. L’objet politique, en dehors de quelques exceptions, souvent associées à des symboles susceptibles d’être diversement interprétés, ne s’est jamais caractérisé par son homogénéité, mais plutôt par ses ambivalences, comme cristallisation de fragments, d’images et de discours, inscrit dans un temps plus ou moins long. La France, à travers les nombreux changements de régime qu’elle a connus,  a offert ou subi de nombreux contrastes – mais ce peut être aussi le cas de pays apparemment plus stables (la Grande-Bretagne, par exemple, qui vient de connaître une césure apparemment importante). Cela dit, lorsque l’on parle d’objets politiques, la dimension culturelle, toujours présente, permet de mieux mettre en évidence un certain nombre d’archétypes, que soulignent discours et attitudes. De ce point de vue, une anthropologie attachée à des objets polysémiques permet de relever plus de continuités qu’on ne l’imaginait initialement.

Jean El Gammal – CRULH – Université de Lorraine

[1] Thématique abordée à travers une série de colloques liés à une ANR, dirigée en France par Olivier Dard et Frédéric Monier.

[2] Dans cet ouvrage, paru en 1968, trois ans après Les choses de Georges Perec, il s’agissait surtout des intérieurs et des objets de la vie quotidienne.

[3] Voir les trois ouvrages, Marianne au combat, Marianne au pouvoir, Les métamorphoses  de Marianne, sous-titrés L’imagerie et la symboliques républicains, avec les périodes correspondantes de 1789 à 1880, de 1880 à 1914 et de 1914 à nos jours, Paris, Flammarion, 1979, 1989 et 2001, ainsi que la section «  Monuments » d’ Histoire vagabonde, tome 1, Paris, Gallimard, 1988.

[4] Voir, in Pierre Nora ( dir.), Les Lieux de Mémoire, Jacques et Mona Ozouf, «  Le Tour de la France par deux enfants– Le petit livre rouge de la République », tome 1, réédition Quarto, p. 277-301. Signalons aussi, par exemple, « les trois couleurs », « la mairie’ ou «  La Marseillaise ».

[5] Le système des objets, op.cit., p. 7 de la réédition Tel, 1978.

[6] L’époque, où, on vient de le mentionner, Marianne est au pouvoir.

[7] Voir Olivier Ihl, Le Mérite et la République, Paris, Gallimard, 2007 et Bruno Dumons et Gilles Pollet ( dir.), La fabrique de l’honneur, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009.

[8] Bernard Richard, Les emblèmes de la République, Paris, ed. CNRS, rééd. Biblis, 2015.

[9] Nicolas Mariot, Bains de foule – Les voyages présidentiels en province, 1888-2002, Paris, Belin, 2006.

[10] Voir Pierre Mollier et allii, La Franc-maçonnerie, ed. de la BnF, 2016.

[11] Dominique Kalifa et alii ( dir.), La civilisation du journal- Histoire culturelle et littéraire de la presse française au XIXe siècle, Paris, Nouveau Monde, 2011 ( dont Benoît Lenoble, «  Les produits dérivés », p. 605-613).

[12] Voir par exemple Jean-Yves Mollier, Le Camelot et la rue, Paris, Fayard, 2004.

[13] Voir par exemple Eric Fournier, La Commune n’est pas morte – Les usages politiques du passé de 1871 à nos jours, Paris, Libertalia, 2013.

[14] L’usage des objets par les surréalistes pourrait susciter de longs développements, que ne permet pas le format de cette présentation.

[15] On peut en voir certains, relevant de ligues de droite et d’extrême droite,  sur la couverture du 6 février 1934 de Serge Berstein,  Paris, Gallimard-Julliard, 1975. L’un d’entre eux porte le phrase suivante : «  Je ne suis pas député ».

[16] Voir Jean Vigreux, Histoire du Front populaire – L’échappée belle, Paris, Tallandier, 2016, «  Rites et rituels politiques, symboles, gestes et combats », p. 231-240.

[17] Voir l’exposition de l’Hôtel de Ville de Paris, «  Le Front populaire en photographie ».

[18] Voir la notice de Guillaume Piketty et Vladimir Trouplin, in Claire Andrieu et alii’( dir.), Dictionnaire de Gaulle, Paris, Laffont, p. 857-859.

[19] Voir les quatre sections «  objets » de Philippe Artières et Michelle Zancarini-Fournel ( dir.), 68-Une histoire collective, Paris, réédition La Découverte, 2015.

[20] Dont l’écologie politique : outre l’espace-objet du Larzac, on peut mentionner le verre d’eau montré pendant la campagne présidentielle de 1974 par René Dumont.

[21] Voir par exemple Fabienne Greffet ( dir.), Continuer la lutte.com- Les partis politiques sur le web, Paris, Presses de Sciences Po, 2011.


Auteur : Marie Caquel

Doctorante en histoire culturelle à l'université de Lorraine, Marie Caquel prépare une thèse sur "Les transferts culturels gastronomiques entre la France et le Maroc de la fin du XIXe siècle jusqu'à nos jours". Diplômée également en muséologie, elle s'intéresse aussi à la mise en exposition de l'histoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *